depute1

Après la lourde défaite électorale des Républicains aux élections européennes, après la démission du chef du parti Laurent Wauquiez, dont il était proche, il était intéressant d'avoir la réaction de Fabien Di Filippo, Député de notre 4ème circonscription de Moselle, président de la fédération de Moselle des LR et secrétaire général adjoint du parti auprès de Laurent Wauquiez. 

Ce mercredi 5 juin, et alors qu'il entame sa troisième année en tant que Député, Fabien Di Filippo a répondu à nos questions depuis l'Assemblée Nationale.

Comment analysez-vous les résultats des élections européennes du 26 mai dernier ?

Ces résultats montrent une colère très forte de la population française. Elle est encore plus nette sur notre territoire. La majorité présidentielle, si l'on tient compte d el'abstention ne satisfait que 11 % des citoyens français. On ne peut donc pas parler de victoire pour Macron.

Quant aux républicains, si nous n'avons pas existé c'est en raison du duel mis en place en partie par les médias entre la La république en Marche et le rassemlement National. Il n'y pas eu de place pour les débats de fond, sur l'abandon des territoires. pourtant on a, aux Républicains, alerté sur les différentes problématiques liées à la défiscalisation des heures supplémentaires, à la CSG, aux 80 km/h. A chaque fois le Gouvernement est revenu sur les mesures qu'ils avaient prises. Nous avions raison ! 

Comment voyez-vous maintenant l'avenir du parti après l'échec et les déchirements qui le traversent ?

On a le droit je crois de défendre certaines valeurs ; des valeurs que ne défendent pas LREM ou le RN. Malgré nos erreurs les Républicains doivent être une alternative à Macron ou le Pen. Il faut prendre du temps pour se remobiliser, il ne faut pas abdiquer. Jean Léonetti a été nommé président par intérim après le départ de Laurent Wauquiez. J'aimerais pour ma part que de nouvelles élections au sein des LR soient organisées cet automne.

L'avenir du parti ne doit pas être dicté par les jeux d'alliance ou d'appareil. Pour l'avenir, nous devons collectivement incarner quelque chose de fort, être audibles.  

Quel sera l'avenir de Fabien Di Filippo au sein des LR ?

Je ne renie pas ce qui a été fait auprès de Laurent Wauquiez. Et même si j'étais secrétaire général adjoint des LR, je ne suis pas étiqueté "Wauquiez", mais plutôt "jeune député". S'il y a une nouvelle équipe et que je n'y suis pas, ce n'est pas grave. Je travaille énormément pour ma circonscription, c'est l'essentiel et le premier objectif c'est de travailler en Moselle pour les habitants du territoire Sarrebourg-Château-Salins. Au sein des LR, je reste président de la Fédération de Moselle et là aussi il y a beaucoup de travail. 

Fêtera-t-on les deux ans de la mandature Di Filippo ? 

La date anniversaire de ma prise de fonction c'est le 18 juin. Date symbolique où les Gaulliste se réunissent traditionnellement en mémoire de l'appel du général ; nous en profiterons comme l'an passé pour célébrer ces deux années de Député à Sarrebourg au restaurant Reinhardt. 

9891

Après le départ à la fin du mois de mai de Magali Martin, on apprend par décret du Président de la République la nomination de son successeur. Il s'agit de Monsieur Christophe Duverne qui était jusqu'à présent Sous-Préfet dans les Alpes de Haute-Provence à Castellane dans la plus petite sous-préfecture de France. 

Agé de 46 ans, né dans la Nièvre, le nouveau représentant de l'Etat est diplômé d’une Licence en droit, d’une Maîtrise en droit public, d’un DESS « droit et politique de la sécurité » et d’un Diplôme d’Université « sécurité urbaine ».

Il a auparavant occupé les fonctions d’attaché territorial pour les mairies de Bagnolet, Roanne et Saint-Martin-d’Hères, et d’administrateur territorial, directeur général adjoint « proximité et solidarité » au conseil départemental de la Corrèze. 

Il devrait prendre ses fonctions le 17 juin.

 

ssprfete19

Après vingt et un mois passés sur notre territoire, la Sous Préfète de l'arrondissement de Sarrebourg-Château-Salins, Magali Martin, quitte le Saulnois pour une autre mission à Belfort en tant que directrice de cabinet du Préfet, rôle où elle aura en charge la sécurité publique de son nouveau département.

Avant de partir sous d'autres cieux, elle dresse pour Grain de sel, le bilan de son passage dans le Saulnois. 

Même si il aura été court, son séjour l'aura profondément marqué. Subjuguée par la beauté du territoire, Magali Martin a été également séduite pas la chaleur des habitants, la qualité de leur accueil et la gentillesse des uns et des autres à son égard. 

Elle a évidemment traité de très nombreux dossiers et il est difficile pour elle d'en détacher certains pour illustrer son passage dans le Saulois mais elle a tenu tout de même à évoquer la résolution du problème du prix de l'eau à Pettoncourt grâce au rachat de crédit par la Caisse des dépôts. Elle se félicite aussi de l'opération Participation Citoyenne avec l'adhésion de près de trente communes du Saulnois et du Pays de Sarrebourg, du travail autour de la carte scolaire, de l'installation de la Maison des services au public de Vic sur Seille, du lancement de l'étude pour les casernes de Marsal. 

Mais le travail d'une Sous Préfète c'est aussi un travail invisible énorme d'accompagnement des communes, de médiation en cas de litiges qui ont été accomplis grâce à l'excellente attitude des uns et des autres sur le terrain.

Lorsqu'on demande à  Magali Martin de ressortir un meilleur souvenir de son passage dans le Saulnois, elle est incapable d'en mettre un en exergue. Elle loue encore l'extraordinaire richesse du territoire qui l'a éblouie pendant ces deux années et en confidence les très très bonnes tables du Saulnois.

Pas de mauvais souvenir par contre mais juste le regret de ne pas voir l'aboutissement de certains dossiers comme l'hôtel restaurant du Rocher de Dabo ou le dossier des casernes Vauban à Marsal. Elle regrette aussi que ce Saulnois, qu'elle a tant aimé, ne soit pas mieux connu hors de ses frontières.

 

 

 

almutra

La Municipalité de Vic sur Seille invite les habitants de la commune à une réunion d'information ce lundi 3 juin, sur la mutuelle communale présentée par la société Almutra qui propose de souscrire à une complémentaire santé  (de 47 € à 87 € par mois) quel que soit l'âge et la situation socioprofessionnelle.

Très en vogue dans les petites communes, où certains habitants ne peuvent souscrire à une complémentaire santé, les mutuelles communales  peuvent proposer des tarifs plus ou moins attractifs en raison du volume de contrats qu'elles négocient. 

Chacun pourra en écoutant les explications des représentants d'Almutra ce lundi 3 juin à 18h30 salle du Tribunal à Vic sur Seille se faire une idée des propositions et comparer avec les services des autres mutuelles du marché. 

 

 

61077193 473974360011242 4981050676147650560 o

Des bruits, des rumeurs parcourent les deux anciens chefs lieux de cantons à Vic sur Seille et Dieuze à propos des prochaines élections municipales qui devraient se dérouler en mars 2020.

On avait déjà  lu quelques commentaires de lecteurs de Grain de sel plus ou moins bien informés qui envoyaient l'actuel maire de Vic sur Seille Jérôme End dans la cité des Académiciens. 

Aujourd'hui c'est le Canard Dieuzois qui évoque le sujet avec l'humour qui le caractérise en croquant le parachutage de Jérôme End au-dessus de l'Hôtel de ville de Dieuze ! 

Un bon moyen de lancer une campagne qui s'annonce à un peu moins d'un an de l'échéance électorale...palpitante !