permismuseedusel

Deux ans, jour pour jour, après la fermeture du musée du sel de Marsal, voici une petite lueur d'espoir pour ce site exceptionnel, labellisé musée de France, qui retrace l'histoire de l'exploitation du sel dans le Saulnois, depuis l'Antiquité jusqu'au XXème siècle. 

Le Maire de la commune vient en effet de recevoir le permis de construire pour des travaux que va mener le Département de la Moselle, propriétaire du site, avant une réouverture dont on ne connaît pas encore la date. 

permismusee2

Et pour cause ! Du côté du propriétaire c'est l'omerta ! Un silence étonnant pour une collectivité territoriale qui agit bien evidemment avec l'argent public mais dont la politique en matière culturelle est difficilement compréhensible, ce qui explique sans doute le mutisme de ses dirigeants et de ses élus.

Voici donc les seuls éléments en notre possession qui nous ont été donnés par le premier magistrat marsalais qui n'a, lui non plus, aucune autre information sur la date de réouverture du musée du sel.

Sur les documents du permis de construire on voit donc de grandes palissades en bois qui vont être installées autour des deux casernes qui servaient à l'accueil du public, au stockage des découvertes archéologiques et aux expositions temporaires.

Jugées dangereuses, menaçant ruine, le Département qui avait envisagé de les détruire a décidé de protéger le public de ces bâtiments édifiés par Vauban au XVIIème. 

permismusee3

 

Les visiteurs entreront comme autrefois sous la Porte de France. De grandes baies vitrées vont être posées, le sol réhaussé, les sanitaires, le vestiaire et une salle pédagogique installés. Une grande verrière recouvrira l'ensemble.

Pour rejoindre l'espace muséographique, la rampe extérieure existante devrait être reprise afin d'améliorer l'accessibilité pour les personnes à mobilité réduite. permismusee4

Il n'y a aucune programmation de travaux prévue à l'étage et il se murmure qu'on ne présenterait dans ce musée réhabilité que la partie Antiquité de l'expoitation du sel. 

On continue de chercher des infos et on vous tient au courant ! 

 

La rumeur de rachat se faisait de plus en plus insistante autour de la limonaderie du Saulnois Lorina du côté de Munster. C'est le quotidien régional le Républicain Lorrain qui a vendu la mèche dans son édition du 19 octobre. Jean-Pierre Barjon, le PDG, qui avait racheté l'entreprise familiale Geyer en 1995 a décidé de vendre la société au groupe danois Royal Unibrew pour une somme qui avoisinerait les 85 millions d'euros. 

Dans pareille situation, on pense évidemment aux employés qui s'inquiètent certainement pour leur avenir.

Le nouveau directeur Emmanuel Pinteaux se montre rassurant : "Le site de Munster employant 45 personnes continuera sur les prochaines années d’être développé et modernisé. Un nouvel entrepôt de stockage est en construction actuellement et verra le jour dans quelques mois. De nouvelles machines vont être installées pour moderniser notre ligne de production historique sur les belles bouteilles en verre avec un bouchon mécanique."

Pour en savoir plus sur ce changement de direction à la tête de cette société emblématique du Saulnois, lisez l'article de Philippe Derler, journaliste du RL sur le Saulnois, en cliquant sur la vignette ci-dessous : 

 lorinavente

inventerreresto

Dans le cadre de la semaine "Bio et local c'est l'idéal", l'association l'Inventerre du Pré Vert a lancé une invitation aux restaurateurs, gestionnaires en restauration collective, aux responsables des accueils périscolaires du Saulnois, aux élus locaux afin de les sensibiliser à l'utilisation des produits locaux issus de l'agriculture biologique. 

Une opération séduction pour mettre en relation la vingtaine de paysans qui vendent leurs produits au magasin bio de Dieuze et les restaurateurs du Saulnois qui pourraient proposer à leurs clients des menus bio et locaux. 

Le timing est idéal puisque le public est de plus en plus demandeur d'une alimentation saine et locale. Les Députés suivent ce mouvement. Ils ont voté il y a quelques mois un texte qui imposera aux établissements de restauration collective d'ici 2022 de servir au moins 20 % de produits bio et au moins 50 % de produits bénéficiant de certifications environnementales, label rouge, écolabel pêche. 

Ce lundi 1er octobre, dans la salle des fêtes d'Haraucourt sur Seille, mise à disposition par la Communauté de communes du Saulnois, quelques professionnels ont accepté l'invitation de l'Inventerre du Pré Vert.

Parmi eux le chef du restaurant L'Event de Vic sur Seille, qui était très heureux de l'initiative prise par l'association dieuzoise. Il a beaucoup apprécié cette rencontre qui lui a permis d'échanger avec les producteurs de fromage, de produits laitiers, les maraichers, ou les éleveurs. Des premiers contacts qui verront peut-être un prolongement dans les assiettes de ses futurs clients. 

La commune de Dieuze était également représentée. L'adjointe au Maire chargée des questions scolaires et périscolaires venait ici en observatrice, n'oubliant pas l'obligation de passer au bio dans les cantines scolaires dans un proche horizon. 

On a également vu lors de cette rencontre une chargée de mission de la commune de Tarquimpol qui travaille actuellement sur un projet de restaurant à la Maison du Pays des Etangs. Enthousiasmée par l'initiative de l'Inventerre du Pré vert, elle souhaite développer pour le projet qu'elle porte une offre de produits de qualité locaux et/ou bio. 

Même si les organisateurs attendaient une plus grande participation des professionnels de la restauration du Saulnois ce premier rendez-vous est une première étape importante qui devrait connaître des prolongements dans les mois qui viennent. 

weiten17Une petite pépite mosellane découverte dans la presse régionale de ce samedi 28 septembre : les déclarations de notre président du conseil départemental, Patrick Weiten, qui s'autoproclame conseiller pédagogique et déclare à propos des sorties scolaires que mettent en place les enseignants mosellans et que le Conseil départemental finance à la condition qu'elles se déroulent dans notre département :

"On ne sortira de Moselle que quand on la connaîtra. Nos collèges ne font pas l'effort d'aller la découvrir. L'an dernier, seulement deux classes de collège ont visité les trois sites Moselle Passion du Saulnois (Musée Georges de La Tour, Musée du sel, Domaine de Lindre). Nous avons des lieux allant de l'archéologie au troisième millénaire, de la biodiversité à la construction de l'Europe, des mémoires patriotiques à la peinture. Il n'est pas honteux d'aller viister le haut fourneau U4 à Uckange, les mines de fer et de charbon. Cette mesure (aide financière uniquement aux sorties en Moselle) ne porte pas atteinte à l'épanouissement de nos jeunes. Je ne suis pas sûr qu'on élargira leur ouverture d'esprit en augmentant le périmètre kilométrique"

Les enseignants et les parents d'élèves apprécieront cette sortie et ces conseils présidentiels. 

L'opposition politique, quant à elle s'insurge de ce protectionnisme mosellan et déclare par l'intermédiaire de Patricia Sallusti, conseillère départementale et conseillère municipale à Metz : "Les jeunes mosellans ont la chance de vivre dans un environnement riche. Comment développer son esprit critique, son ouverture d'esprit sans partir à la découverte de l'autre, à commencer par nos voisins alsaciens, allemands, meusiens ou vosgiens ? Il est capital de créer un sentiment de fierté chez nos jeunes mosellans, mais tout à côté il y Verdun, le mémorial d'Alsace-Moselle, la montagne où les familles n'ont pas toujours les moyens d'amener leurs enfants." Et Peggy Mazzero Becker, conseillère départementale d'Algrange d'ajouter : "il faut laisser les enseignants effectuer leurs choix pédagogiques en fonction des programmes" 

weitenconseillerpeda

ccs18sept

C'était la rentrée hier pour les délégués des 128 communes de la CCS qui étaient convoqués à Château-Salins pour une séance ordinaire du conseil communautaire.

Quatre-vingts d'entre-eux étaient présents à cette séance qui aura duré à peine une heure trente.

Moselle Attractivité

Dans un premier temps, ils ont écouté la représentante de Moselle Attractivité (agence créée en 2017 par le Conseil départemental) dresser un premier bilan de l'action de cette structure financée par la CCS à raison d'1,50 €/habitant soit 44 174 € de participation pour le Saulnois.

Moselle attractivité s'est donnée plusieurs missions : elle est un appui aux territoires et entreprises mosellanes en tant qu'agence de développement économique, elle met sur pied une stratégie touristique visant au développement et à la promotion de la destination Moselle. Enfin elle conduit des actions de promotion et de marketing territorial.

Rapport d'activité

Ensuite, le Directeur Général des services Frédéric Jund a présenté le rapport d'activité de la CCS pour l'année 2017. Une obligation légale à laquelle les maires devront également se soumettre devant leur conseil municipal respectif.

On a retenu quelques chiffres de cette présentation rapide :

La CCS en 2017 c'est :

148 conseillers communautaires, 10 séances du conseil communautaire, 161 délibérations prises, 5 zones d'activités, 2 en construction, 18 bâtiments relais générant 380 emplois, 4676 tonnes de déchets ménagers collectés, 1900 tonnes de recyclables collectés, 211 tonnes de vêtements et 5660 tonnes collectées en déchèterie.

C'est aussi 412 enfants issus de 356 familles accueillis dans les 5 crèches, ouverture d'un RPAM (Relais parents assistantes maternelles), une participation de la CAF d'1 038 582 € pour le fonctionnement de ce service.

La CCS a mis à disposition la balayeuse pour 95 communes et la machine à broyer les végétaux pour 69 villages.

Un Office de Tourisme communautaire a été crée qui ouvre au public deux Bureaux d'information à Dieuze et à Vic sur Seille. 10 ateliers d'arts vivants et 12 séances de cinéma ont été financés par la CCS. Enfin 12 000 € ont été versé en soutien à l'évènementiel pour 16 dossiers.

10 communes ont effectué une modernisation énergétique de l'éclairage public.

8260 visiteurs ont été sur le site internet de la CCS

Contrat de ruralité : des sous pour le Saulnois

L'assemblée a approuvé la convention financière pour 2018 relative au Contrat de ruralité. L'Etat versera en 2018  1 130 313 € à différents projets sur le territoire du Saulnois :

- 159 600 € pour la création d'une maison d'assistantes maternelles à Vittersbourg

- 40 000 € pour l'achat d'une station service à Albestroff pour le maintien du commerce local

- 295 000 € pour la création d'un parcours pédagogique des Salines Royales à Dieuze

- 90 261 € pour la  création de circuits touristiques pedestres à Haboudange

- 25 872 € pour la création d'un sentier de randonnée à Léning

- 250 000 € pour la création d'une voie véloroute voie verte le long du canal de la marne au Rhin par la CCS

- 189 501 € pour la requalification de la caserne en espace fonctionnel du pôle Saulnois innovation à Dieuze

- 80 079 € pour l'aménagement de la place du ruisseau salé et du parking de la Tuilerie à Château-Salins

 

ZAC de la Sablonnière

La CCS a approuvé le dossier de réalisation de la deuxième tranche de la ZAC de la Sablonnière à Dieuze. Elle demande également à l'Etat et au département un nouveau report de fin d'exécution des travaux inhérents à la création de cette ZAC dans le cadre de l'obtention de la subvention CRSD d'un montant de 3 280 468 €.

Et la fibre ?

En toute fin de réunion et alors que les délégués commençaient à quitter la salle, Jean-Jacques Gady, représentant de la CCS auprès de Moselle Fibre a fait le point sur l'avancée des travaux dans le Saulnois. Ils ont pris onze mois de retard. La première plaque celle de Dahlain devrait être livrée cet automne. Au 1er trimestre 2019, ce sera au tour de celle d'Insming. A l'été prochain on devrait surfer en très haut débit du côté de Dieuze et Château-Salins. La plaque d'Ommeray viendra ensuite. 

Quant à la plaque de Delme qui a pris du retard en raison d'un problème d'implantation du NRO (Noeud de Raccordement Optique), la validation du nouveau lieu de son installation est en attente.