s4jours

Les écoles de Marsal, Moyenvic, Mulcey, Dieuze, Château-Salins, Hampont, Bezange, Gelucourt, Donnelay ont été autorisées par le Directeur Académique des Services de l'Education Nationale à déroger à la réforme des rythmes scolaires mise en place en 2013 par le Ministre de l'Education Nationale de l'époque Vincent Peillon. 

Cette autorisation tardive, validée par les communes, les conseils d'école mais également par le Conseil régional, en charge des transports scolaires, bouleverse de nouveau l'organisation des jours et des semaines des écoliers et l'on revient aux horaires d'avant réforme et aux quatre jours ouvrés (lundi, mardi, jeudi et vendredi).

4 jours

Ainsi, dès le 4 septembre 2017, à Dieuze, les cours débuteront à 8h le matin pour s'achever à 11h30 et l'après midi les écoliers iront en classe de 13h30 à 16h.

Dans les autres écoles citées plus haut, les horaires sont les suivants : le matin de 8h30 à 11h30 et l'après-midi de 13h30 à 16h30.

A Chambrey, l'école ouvrira de 8h30 à 12h et de 13h30 à 16h.

On passe à 4 jours dans le Saulnois aussi à  : Insming, Aulnois, Marthille, Lesse, Insviller, Honskirch, Lucy, Munster, Rodalbe, Torcheville, Vergaville, Vibersvilller, Virming, Ommeray,

Les horaires de votre école en cliquant ici

cataloguebotar

On avait assité le 23 mai dernier au vernissage de l'exposition Autour de Brancusi au musée départemental Georges de La Tour. Aujourd'hui, sort le catalogue de cette exposition que chacun pourra se procurer contre la somme de 25 € à la boutique de l'établissement. 

Réalisé et financé par l'artiste Rémus Botar Botarro qui expose une quarantaine de ses oeuvres dans le musée vicois, l'ouvrage rassemble l'ensemble des peintures du musée Georges de La Tour ainsi que les oeuvres prêtées par Rémus Botar Botarro (quatre Brancusi, deux Petrascu, un Rodin et un Modigliani).

Le dernier chapitre présente les quarante peintures et sculptures de Botarro.

L'exposition est visible jusqu'au 27 août au Musée départemental, place Jeanne d'Arc à Vic sur Seille. 

Heures d'ouverture : 

du mardi au dimanche de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 18h.

Tarifs : 5 €

Tarif réduit : 3,50 €

gratuit pour les moins de 16 ans

 

casernesvauban

Le dernier conseil municipal de Dieuze, filmé par Grain de sel, suscite de nombreuses réactions. La situation du musée départemental du sel de Marsal exposée par le premier magistrat dieuzois, vice président du Conseil Départemental de la Moselle se voulait rassurante. Fernand Lormant a en effet annoncé la réouverture du musée pour le printemps 2018. Mais l'annonce simultanée de la destruction envisagée des casernes qui font partie de ce même musée inquiète. A tel point qu'une pétition pour sauver ces casernes érigée au XVIIè est désormais en ligne. Elle s'ajoute à celle lancée il y a quelques semaines déjà pour soutenir le musée du sel. 

Voici le texte de la pétition :

 Lors d'un conseil municipal en date du 10 juillet 2017 à Dieuze, (Moselle)  M. Fernand Lormant, conseiller départemental a annoncé le souhait du département de la Moselle, et de son président M. Patrick Weiten, de démolir deux casernes de type Vauban situées à Marsal, datant de la fin du XVIIe siècle. Ces casernes accueillaient toutes deux jusqu'à présent les collections du Musée départemental du Sel de Marsal, labellisé Musée de France.

Nous en appelons à la ministre de la Culture afin que ses services s'opposent à une telle démolition.
Nous en appelons au conseil départemental afin qu'il envisage une solution autre que la destruction de ces prestigieux bâtiments.
Nous en appelons au soutien populaire pour manifester l'importance de ce patrimoine, et pour qu'une meilleure solution puisse être trouvée par le biais d'une concertation ouverte et objective.

Le village de Marsal en Lorraine est une cité fortifiée marquée par sa longue et riche histoire, liée à la production de sel, mais également à sa dimension de place-forte.casernesvauban2

Devenue lorraine, Marsal reçoit ses premières fortifications modernes durant les années 1610. Disputée par le royaume de France et le Duché de Lorraine, elle est prise en 1663 par le Roi-Soleil. L’épisode, qui constitue la première conquête militaire de Louis XIV, et qui s’est effectué sans faire couler le sang, est célébré dignement par de nombreux artistes français comme Jean de la Fontaine, Charles Perrault, ou le peintre Charles Le Brun dans ses tentures de "l’Histoire du Roi". 

A partir de 1663, le roi de France installe le régiment de Carignan-Salières dans la place. Les soldats ne la quitteront que deux ans plus tard, pour aller pacifier la colonie française au Canada, et devenir les ancêtres de millions de nord-américains. 

A la même époque, Vauban élabore un premier projet pour Marsal, reprenant le tracé des anciennes fortifications. Quatre casernes, prévues pour loger 1400 soldats et près de 300 chevaux, sont mises en chantier dès les années 1660. Elles constituent les seuls vestiges de cette période majeure (la porte de France, datant du XVIe siècle, n'a été rénovée que plus tardivement). Seules deux de ces casernes subsistent dans leur totalité, dont l'une est classée au titre des Monuments Historiques depuis le 10 avril 1990 au titre de ses façades et toitures, de ses écuries au rez-de-chaussée, de sa cage d'escalier et d'une de ses travées. 

planrelierfmarsal2

 

Ces deux bâtiments, jugés dangereux par le conseil départemental de Moselle, leur propriétaire, nécessiteraient 1,4 millions d'euros pour un confortement ou 9 millions d'euros pour une restauration complète. Jugeant la dépense inopportune, le conseil départemental de Moselle envisage leur démolition. Une telle disparition constituerait une perte irrémédiable pour ce patrimoine de dimension internationale.

Pour signer la pétition cliquez ici

lormantconseil17

L'avenir du musée départemental du sel de Marsal s'est invité hier soir au Conseil Municipal de Dieuze ! Le maire, Fernand Lormant, dans le cadre d'un long chapitre consacré à des communications diverses, a évoqué le futur du site Moselle Passion fermé depuis neuf mois déjà. 

Répondant à un commentaire virulent sur Grain de sel* de son collègue marsalais, Bernard Calcatéra, le premier magistrat dieuzois a affirmé que le Musée de Marsal était sauvé et que le Maire de Marsal n'a pas bien compris ce qu'on lui avait dit épinglant au passage Philippe Leroy ancien Président du Conseil général qui a très mal géré le site.! (vor l'intervention du Maire dans la vidéo ci-dessous)

Le Saulnois, qui est fier de son musée du sel, se réjouit que l'on garde ce site ouvert a déclaré le Maire de Dieuze. 

Pendant près de trente minutes, le Maire, qui est aussi Conseiller départemental du Saulnois, s'est fait le porte parole de Patrick Weiten pour expliquer que le problème n'était pas la Porte de France mais que la fermeture actuelle du site résultait de la dangerosité des deux casernes dont celle qui accueillait la billetterie. 

Les casernes, selon un rapport d'un bureau d'étude de Woippy, réalisé à l'automne 2016, sont dans état catastrophique menaçant même de s'écrouler. Pour consolider ces bâtiments il faudrait dépenser 9 millions d'euros pour une solution complète ou 1,4 million pour une solution intermédiaire. 

La démolition des casernes est envisagée par le Département mais il sera difficile d'obtenir l'accord des bâtiments de France. 

Concernant la muséographie, il a été envisagé une fermeture définitive du musée ou un déplacement des collections à Vic, Bliesbrück et même à Dieuze. Mais Fernand Lormant a refusé. L'exploitation du sel à Marsal n'a rien à voir avec Dieuze et on ne peut pas mélanger le Briquetage et les salines royales de Dieuze. Cela n'aurait pas de sens. Par respect pour Henri Rémillon son fondateur, le musée doit rester à Marsal. Les salines de Dieuze constituent un complément au musée de Marsal. Il n'y a pas de concurrence entre Marsal et Dieuze. La solution envisagée est donc de réorganiser la muséographie dans la Porte de France et le musée va rouvrir en avril, mai ou juin 2018 après des travaux qui sont actuellement à l'étude. 

* : Nous aurions bien aimé avoir le même type de courrier adressé à Monsieur le Président du Conseil Départemental dont l’objet serait la non ouverture au public du musée départemental du Sel de Marsal cette saison. Nous aurions bien aimé avoir le même type de courrier adressé à Monsieur le Président du Conseil Départemental dont l’objet serait la non ouverture au public du musée départemental du Sel de Marsal cette saison. Mais là, Monsieur le Conseiller Départemental, il faut-il en avoir…Il nous a été promis une commission pour réfléchir, et un nouveau musée du sel pour avril 2018, peut-être même avec un peu de retard…A ce jour, pas de commission –bien sûr- des tractations et des transferts d’archives, oui certainement… pour le reste, top secret, bouche cousue…Et nos casernes qui ne se sont pas écroulées lors du dernier orage… Mais que vont-elles devenir ? Et plus généralement, que va devenir le Saulnois après 2020 ? (c’est dans moins de 3 ans !) Si vous avez un peu de temps, allez signer la pétition : « Rendons le Musée du Sel à son public ! », avec le lien ci-dessous. Faites-la signer aussi, et pourquoi ne pas aller déjeuner ou diner chez Charles. Vous ne regretterez ni l’un et surtout pas l’autre. Bernard Calcatéra.
(https://www.change.org/p/alain-demur-rendons-le-mus%C3%A9e-du-sel-%C3%A0-son-public )

 

 

Rythmes scolaires des communes optent deja pour la semaine de quatre jours reference

Marche arrière toute !

Les communes du Saulnois veulent revenir dans leur très grande majorité à la semaine des quatre jours pour leurs écoliers à la rentrée de septembre 2017.

La réforme de 2013 lancée par  Vincent Peillon, ministre de l'Education Nationale de François Hollande, n'aura pas résisté à la vague Macron ! 

Pourtant la nouvelle organisation du temps répondait à des objectifs pédagogiques pour permettre aux enfants de mieux apprendre à l'école : favoriser les apprentissages fondamentaux le matin, au moment où les élèves sont les plus attentifs ; bénéficier de 5 matinées pour des temps d'apprentissage plus réguliers.

Parallèlement, les communes devaient organiser, avec les acteurs locaux, des activités pendant le temps périscolaire dans le cadre d'un PEDT (Projet éducatif de territoire) . Très critiquée par les parents, les professionnels et les hommes politiques la réforme a fait couler beaucoup d'encre. 

Pour les plus jeunes enfants, les cinq matinées de suite entraînaient une grande fatigabilité. Les courtes après-midi perturbaient sensiblement les siestes des élèves de Maternelle. D'autre part, certaines communes mettaient en place des activités périscolaires de qualité, en collaboration avec les associations locales, des artistes (comédiens, peintres, musiciens...) professeurs de langues..... tandis que d'autres localités n'ont rien proposé pendant ce temps périscolaire installant des inégalités criantes entre les écoles, entre les communes. 

Mais le nouveau président de la République a autorisé par décret ce 30 juin 2017 les Municipalités à revenir à la semaine de 4 jours d'école pour les enfants de 3 à 12 ans et nombre d'entre elles se sont engouffrées dans la brèche ouverte pour renégocier 

Les mairies, les Syndicats scolaires, les Conseils d'école (assemblée composée des enseignants, des parents d'élèves et des élus) se réunissent donc dans l'urgence en ce début juillet pour donner leur avis sur la question. 

Et dans le Saulnois c'est le grand retour souhaité à la situation de 2013 : semaine de 4 jours ! 

Ainsi à Ley, Gelucourt, Bezange, Dieuze, Château-Salins, Loudrefing, Marthille, Bermering, Hampont, Lesse, Lucy, Prévocourt, Pettoncourt, Gremecey, Erstroff, Marsal, Moyenvic, Mulcey on a demandé à revenir à la semaine des 4 jours.

Il faut attendre maintenant l'avis de la Direction des Services de l'Education Nationale avant d'officialiser ce retour à la semaine de quatre jours d'école.