malacuriadeuxans

Malacuria était autrefois le nom d'un petit village du Saulnois. Aujourd'hui c'est le nom de la brasserie bio artisanale de la famille Jacquemin qui fête les 8 et 9 juin son deuxième anniversaire à Malaucourt sur Seille.

Une belle réussite pour ces agriculteurs bio qui ont choisi de diversifier leur activité tout en gardant cet esprit de vendre des produits sains et de bonne qualité. Car la Malacuria est..délicieuse ! Partout où l'on distribue la gamme de bières, les commentaires sont élogieux et les 33 cl comme les 75cl s'écoulent comme des petits pains.

En deux ans à peine, la Malacuria a été déclinée en une dizaine de saveurs différentes : Blonde, Blanche, Ambrée, Indian pale, Black Ice, Fût de chêne, Saison, Eldorado....Elle  est distribuée dans toute la région, des Vosges jusqu'à Paris, dans les restaurants, les magasins bio, les caves, les bars !!

Alexis Jacquemin et son père se démènent pour trouver ces débouchées et écument les salons et foires dans toute la France. 

Dans le Saulnois, on peut trouver les bières bio Malacuria à l'Inventerre du Pré vert à Dieuze, à la maison Davrainville à Marsal, au restaurant l'Embellie et bien évidemment directement à la ferme à Malaucourt. 

Pour fêter dignement les deux ans de la Malacuria, les Jacquemin proposent un week-end festif les 8 et 9 juin où l'on pourra évidemment découvrir toutes les bières de leur production mais également voir une pièce de théâtre, déguster les produits du terroir. 

le programme du week-end : 

-Dégustation gratuite pendant les horaires d'ouvertures de nos différentes bières ainsi que les nouvelles gammes mais également la possibilité de prendre une petite pression entre amis.
- Marché du terroir avec la présence de Antony Florentin, EARL Les Poulets du Jard, Alex'Scargot, So Authentic, Domaine des Pierres Sèches - Sylvain Gauthier, Martine Jacquemin, Maison Davrainville qui vous ferons découvrir ou redécouvrir leurs produits durant ces deux jours.
- Restauration possible sur place avec des produits de producteurs, de 12h à 14h et de 18h30 à 20h30 le samedi et de 12h à 14h le dimanche.
- Et cette année pour vous remercier de ces deux magnifiques années passées à vos cotés, on vous offre une pièce de théâtre pour tout public intitulée "Feydau Dell'Arte" jouée par la Compagnie Incognito !

 

pluriellles

Les six femmes du groupe Mots d'Elles constitué par les Foyers Ruraux de Moselle présentent dans le cadre du festival Charimatan un spectacle théâtral intitulé "Féminin Pluri'elles"les 26 et 27 mai prochains à Béchy.

Le public découvrira à partir d'une mise en scène originale d'Anna.D, des textes personnels de femmes engagées, des moments drôles et touchants et en final en chansons.

cartoucheCharlymatan 212x300

Mots d'Elles ce sont Michèle, Claudine, Christine, Mireille, Véronique, et Nathalie. Elles sont depuis longtemps engagées dans leurs Foyers Ruraux respectifs à Ley, Maizières-les-Vic et Chambrey, autour du développement d’actions enfance-jeunesse, culture ou sport loisir.

Depuis octobre 2014, elles font partie du groupe Mots d’Elles piloté par la Fédération Départementale des Foyers Ruraux de Moselle et se réunissent régulièrement pour mener des projets sur l’expression des femmes par le biais des arts plastiques, de l’écriture autobiographique et du théâtre, toujours encadrées par des artistes reconnus. Certaines ont eu la chance d'élargir la rencontre en Hongrie, en Lituanie ou encore en Bourgogne lors du projet Fémin'art.

Elles souhaitent aujourd’hui faire partager au public l'énergie et la belle solidarité qui les unit ainsi que leur singularité et leur expérience, en tant que femmes mais avant tout en tant que personnes humaines engagées au sein de leur famille, de leur travail, de leurs associations et de leur territoire...

Des thèmes tels que la rencontre, le voyage, la maternité, l'éducation, la culture, l'égalité des droits et des chances, les rapports hommes-femmes, la transmission, seront abordés dans la bonne humeur par ces six femmes parfois modèles ou parfois rebelles, en tous les cas toujours sincères et fidèles à leurs valeurs.

Elles exposeront aussi avec le groupe élargi une installation nommée «Echappées d’elles », issue d’un travail avec la plasticienne Véronique Fuchs-Sublon qui les a accompagnées sur quatre week-ends à dimension régionale (57,54 et 88). Des femmes grandeur nature qui délivrent des messages et prennent leur place dans l’espace public

Cette année encore vous êtes nombreux à avoir participé au concours photos de la Communauté de Communes du Saulnois.

31 personnes ont joué le jeu et envoyé 273 photos !

Un jury de pré-sélection s'est réuni  et a sélectionné 6 photos de chaque catégorie dans les 4 thèmes proposés.

Pour rappel : Les 4 thèmes sont les suivants: Faune et flore sauvage du Saulnois, Villages et Paysages du Saulnois, Le Saulnois en Fête, Le Saulnois insolite

Les catégories sont les suivantes : Adultes, Enfants, Ecoles et Périscolaires  

Les vainqueurs seront désignés par les internautes. Jusqu'au 24 mai, vous pouvez voter en cliquant sur la vignette ci-dessous :

voteccs18

Pour toute question n'hésitez-pas à contacter : Audrey Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

ou Cécile Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.: 03 87 05 11 11

Soyez nombreux à voter pour vos photos préférées !

Les meilleurs clichés seront dévoilés et les vainqueurs de ce concours récompensés lors de la fête des 20 ans de la CCS le 3 juin à Albestroff. 

 

monumentcanada

De notre envoyé spécial à...Valenciennes.

On imagine aisément qu'ils sont peu nombreux, les habitants du Saulnois, a avoir vu du pays  il y a deux siècles et demi, pourtant, il y en a deux notamment qui ont voyagé loin et même traversé un océan : François Husson et Jean Gillet.

François Husson naît à Marsal à la fin des années 1730. Il fait le voyage vers le Canada sans doute au début des années 1760, durant la Guerre de Sept Ans. On le retrouve en effet dans les registres de la paroisse de Contrecœur (le nom de la paroisse est hérité de celui d'un officier du régiment de Carignan-Salières, parti de Marsal en 1665). François se marie en effet en 1764 avec Catherine Saint-Romain, fille d'un colon né près de Cahors, et arrière-petite-fille de Jean Gerlaise dit Saint-Amand, un soldat belge du régiment de Carignan

On connaît au couple au moins une fille prénommée Marie Catherine, née à Contrecœur en décembre 1766, et décédée à l'âge d'un mois à Saint-Antoine-sur-Richelieu. On retrouve ensuite François Husson surnommé Lajeunesse, à Montréal où il occupe la fonction d'huissier de justice pendant les années 1770. François décédera dans la même ville en 1810, occupant la fonction de cantinier.gillet jean naissance

Un second ressortissant du Saulnois fait lui-aussi le même voyage, enrôlé durant la même guerre. Il s'agit de Jean Gillet, né en 1737 à Donnelay, où l'un de ses grands-pères était cabaretier (restaurateur), tandis que le second était vigneron à Hampont. On trouve une première mention de Jean Gillet/Juillet, avec le surnom de Laverdure (la pratique du surnom étant presque systématique dans l'armée à l'époque) à L'Assomption où il se marie en 1763 avec Thérèse Migneron qui décède sept ans plus tard après avoir donné naissance à quatre enfants dont seule Marie Charlotte atteindra l'âge adulte. C'est encore à l'Assomption que Jean se remarie en 1771 avec Marie Angélique Racette.

Dix enfants naîtront de cette seconde union, dont quatre atteindront l'âge adulte et laisseront une importante descendance.Le ménage quitte l'Assomption pour Saint Jacques De L'Achigan vers 1781 où on le retrouve pendant une dizaine d'années (la ville avait été fondée seulement neuf ans plus tôt par une trentaine de familles acadiennes), avant de s'installer à Saint-Roch-de-l'Achigan dans les années 1790, où Jean sera cultivateur. La famille est d'ailleurs mentionnée sur le monument aux fondateurs de Saint-Roch sous l'orthographe "Julet dit Laverdure". Jean Gillet y décèdera en 1810, quelques jours après son soixante-treizième anniversaire. Il fut inhumé dans le cimetière de la paroisse.

cygnespetits

On les avait vus, admirés, photographiés en hiver sur l'étang gelé des Essarts à Dieuze.

Glissant maladroitement sur l'étendue d'eau gelée, on tremblait de froid pour ce couple de cygnes blancs à ce moment-là.

Quelques mois plus tard, en plein coeur du printemps, les deux oiseaux nous montrent qu'ils ont bien traversé l'hiver et présentent leurs cinq cygnons aux promeneurs et joggeurs qui empruntent le sentier botanique. 

Les cinq petits qui sont gris pour quelques mois (rappelez-vous l'histoire du vilain petit canard), ne lâchent pas leurs parents d'une semelle et sont nourris par eux de végétaux trouvés autour de l'étang. Les cygnons deviendront blancs cet hiver.