depute1

La longue période des voeux des hommes et femmes politiques débute dans le Saulnois par l'intervention dans la presse de notre député de la 4ème circonscription de la Moselle, Fabien Di Filippo :

"Dans le contexte incertain de cette année 2019 qui s'ouvre à nous, je tenais à souhaiter à toutes les forces vives et à tous les habitants du Centre et du Sud Mosellan tous mes voeux de bonheur et d'épanouissement personnel, familial, associatif et professionnel.

J'ai une pensée particulière pour nos soldats mobilisés au Mali afin d'assurer notre sécurité ainsi que pour tous ceux qui affrontent directement ou dans leur proche entourage la maladie.

Que 2019 soit pour eux une année de réconfort et d'espoir.

2018 fut pour la France une année mouvementée et incroyable, de la liesse populaire suivant notre victoire en Coupe du Monde à la mobilisation des Gilets jaunes. 

Des femmes et des hommes qui travaillent ou ont travaillé toute leur vie et n'y arrivent plus ; des personnes vivant dans des territoires qu'ils refusent de voir sacrifiés au profit d'une métropolisation qui écrase nos identités et détruit notre culture.  

C'est un message fort qui nous habitera en cette nouvelle année. Une page qu'il nous appartient d'écrire, dans la justice, l'exigence et l'équité. 

Je formule enfin le voeu que cette année soit celle de l'apaisement et du courage. Pas celui des mots auxquels nos concitoyens ne veulent plus croire, mais le courage des décisions et des choix tranchés, dont nous ne pouvons plus faire l'économie. 

Les défis migratoires, environnementaux et budgétaires sont à notre porte et la sortie de crise ne pourra se faire qu'à ce prix. 

Vous pouvez compter sur moi pour mener ces combats."

 

 

 

 

dscf0388

C'est une des premières bonnes nouvelles de l'année 2019 dans le Saulnois ! Les casernes Vauban à Marsal, patrimoine historique majeur de notre territoire, seraient sauvées. On emploie évidemment le conditionnel pour ce genre de dossier qui nécessite de longues tractations, beaucoup d'argent et surtout une volonté politique unanime. 

Après la levée de boucliers née de la proposition du Conseil Départemental de la Moselle, propriétaire des lieux, d'abattre ces édifices du XVIIème siècle, la clairvoyance et l'intelligence d'autres décideurs vont certainement permettre de sauver et restaurer ces bâtiments. 

La Sous-Préfète de l'arrondissement, Magali Martin, a en effet décidé de prendre les choses en main en réunissant les acteurs de ce dossier. Le Conseil Départemental semble décidé à se débarrasser des casernes et les cèderait à la commune. En sortant du jeu Patrick Weiten débloque ainsi la situation et nous rend un peu plus optimiste quant à la préservation de cet ensemble architectural d'exception.

Sous l'égide de l'EPFL (Etablissement Public Foncier de Lorraine) une étude financée par l'Etat et la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) qui devrait débuter ce premier trimestre permettra de connaître l'ampleur exacte des travaux de rénovation à effectuer.

Ensuite, il faudra étudier toutes les possibilités d'utilisation de ces casernes et déterminer la nature des travaux à réaliser. 

On vous tient au courant de l'avancée de ce dossier. 

 

participationcitoyennevic

En juin dernier le Commandant de Gendarmerie avait présenté aux maires du Saulnois le dispositif "Protection Participation citoyenne". 

Le principe consiste à sensibiliser les habitants en les associant à la protection de leur propre environnement. 

Les maires étaient appelés à "recruter" dans leur village un référent qui relayera l'action de la gendarmerie auprès de la population, qui favorisera la diffusion de conseils préventifs pour lutter contre la délinquance d'appropriation et les dégradations, qui communiquera toutes les informations qu'il estime devoir porter à la connaissance des gendarmes.

Jusqu'à présent, dans le Saulnois, huit communes se sont engagées dans le dispositif : Vic sur Seille, Obreck, Château-Salins, Vergaville, Craincourt, Val de Bride, Lindre-Haute. Dieuze avait devancé tout le monde en s'engageant dans le dispositif similaire mais privé "Voisins vigilants". Selon les services de l'Etat d'autres communes vont signer très prochainement leur engagement. 

Ainsi qu'on peut voir depuis quelques semaines aux entrées des localités le petit oeil bleu sur fond jaune qui signale aux éventuels malfrats qu'ici on les observe !

 

cahierdedoleances

En 1789, dans toute la France, on rédigeait des cahiers de doléances pour rapporter au Roi les dysfonctionnements dans le pays.

Deux cent trente ans plus tard de nouveaux cahiers de doléances sont ouverts dans les mairies de France, à l'initiative d'associations d'élus locaux, pour coucher sur le papier les revendications de citoyens en colère qui portent depuis quelques semaines des gilets jaunes.

On ne sait pas si le pouvoir lira ces documents mais ils seront le témoignage à un instant "t" d'un mal être populaire évident et on l'espère une base de travail avant la grande consultation nationale de la mi-janvier organisée par le Gouvernement.

A Vic sur Seille, un cahier de doléances a été ouvert en mairie. Il est à la disposition des Vicois aux horaires d'ouverture de la Mairie : 

Du lundi au jeudi : 9h00-12h00 / 15h00-18h00

le vendredi : 9h00-12h00 / 15h00-17h00

le samedi : 9h00-12h00  

WMEFGteOgAqIPVf 800x450 noPad

Les parents d'élèves du regroupement des Bords de Seille qui fédère les écoles de Marsal, Moyenvic et Mulcey étaient inquiets des rumeurs qui circulent actuellement dans le Saulnois sur l'avenir incertain de ces regroupements pédagogiques dispersés.

En juin dernier, en effet, au cours d'une réunion de la fédération des maires du Saulnois, les représentants des institutions, les hommes politiques, avaient proposé d'engager une réflexion sur le devenir de ces écoles de villages, sur les moyens importants qu'il fallait multiplier pour leur fonctionnement et sur le bien fondé de leur existence.

Sans nouvelle de l'avancée de ces réflexions pour les écoles de leurs enfants, les parents d'élèves du regroupement des Bords de Seille, très attachés à la qualité d'enseignement proposée dans ces petites structures de village, ont décidé d'informer la population de cette situation. La quasi totalité des habitants des six communes (Marsal, Moyenvic, Mulcey, Blanche-Eglise, Haraucourt et Saint-Médard) a même signé une pétition (près de 1700 signatures recueillies) de soutien aux établissements scolaires et la presse locale s'est faite l'écho du climat actuel dans nos écoles de campagne.regrouptseille

Cette médiatisation, que certains ont jugé exagérée, aura cependant permis de clarifier les choses. En effet, à l'initiative des parents délégués, une rencontre a eu lieu avec les représentants des communes concernées. Après une explication franche entre élus et parents, tous sont unanimes pour défendre le regroupement des Bords de Seille et les trois écoles de Marsal, Moyenvic et Mulcey.

Les maires ont rappelé leur attachement à leur Syndicat scolaire et s'engagent à informer immédiatement les parents en cas d'évolution de ce dossier. Deux réunions par an seront même programmées entre élus et parents pour évoquer les différents sujets touchant au fonctionnement de l'école.