nouvelinventerre2

Autrefois taxés de "fumeurs de moquettes", "d'irréductibles gaulois" ou plus gentiment de doux rêveurs "écolos" par tout ce que le Saulnois compte de conservateurs arriérés, les consomm'acteurs de l'Inventerre du Pré Vert ont franchi une nouvelle étape de leur projet initial en ouvrant à Dieuze un nouveau lieu, à la fois épicerie bio et café associatif.

Sur le site de l'ancien café restaurant La Lorraine, rue Dufort, rénové et transformé pendant la crise du Covid, ils proposent toujours à la vente les centaines de produits locaux issus de l'agriculture biologique.

Mais désormais, profitant du nouvel espace, on peut également trinquer, boire un café ou bavarder dans le bistrot de l'asso qui a ouvert ses portes le mois dernier. Et comme le site est pourvu d'une cuisine, on peut aussi déguster les délicieux petits plats cuisinés avec les produits du local de vente.

On y assiste aussi à des débats, des concerts, des conférences ouvrant ainsi dans la cité des académiciens un nouveau lieu culturel dans le Saulnois.nouvelinventerre

Un premier débat conférence a d'ailleurs lancé cette première saison vendredi 9 juillet. C'est Tiffany Garcia Parrilla, Docteure en Anthropologie qui a présenté l'article qu'elle a coécrit avec les chercheurs de l'INRAE/ASTER de Mirecourt. Le thème : l'alimentation bio comme projet de territoire. Une intéressante mise en bouche qui a permis de souligner les difficiles compromis pour créer une telle structure sur un territoire où les agriculteurs bio se comptent sur les doigts de la main et où les élus locaux ont très peu de considération pour ce modèle agricole.

En plus de ces freins institutionnels, les tiraillements internes ont aussi rendu plus délicat le passage à cette nouvelle étape du projet de l'Inventerre du Pré vert. Une crise de croissance bien légitime pour ces pionniers utopistes ou des doux rêveurs qui ont cependant réussi à installer, valoriser durablement le bio local dans le Saulnois.

nouvelinventerre3

 

Pour consommer, papoter, trinquer, rendez-vous à l'Inventerre du Pré Vert

- mercredi de 15h à 17h45

- jeudi de 15h à 17h45

- vendredi 9h-12h, 15h-18h45

- samedi 10h-12h

216317801 4271632442889534 2396457671634070060 n

Face à la sinistrose ambiante et la détresse des centres-bourgs du Saulnois la municipalité de Vic sur Seille, tente...Les Estivales !

Cinq concerts gratuits sur la Place Jeanne d'Arc de la cité des Evêques, une fête de la musique de 19h à 22h avec des thèmes variés :  guinguette piano bar, rock des années 60-70, variétés, rap, folk, pop et ambiance celtique.

Pour l'occasion, la place sera totalement piétonne et les cafetiers auront étendu leurs terrasses.

Le programme en cliquant sur la vignette ci-contre

eauIl semblerait qu'à Juvelize et Marsal, l'eau polluée aux nitrates ne gêne personne ! Dans ces deux communes du Saulnois en effet l'Agence Régionale de Santé multiplie les avertissements aux dirigeants représentants du peuple. A chaque fois un texte court mais explicite :

"Eau d'alimentation non conforme à la limite de qualité réglementaire pour le paramètre nitrates. La consommation de l'eau est déconseillée aux femmes enceintes et aux nourrissons de moins de 6 mois. Les mesures correctives nécessaires doivent être prises afin de rétablir la qualité de l'eau. Un suivi analytique renforcé est réalisé pour vérifier l'évolution de ce paramètre."

A Juvelize la situation dure, dure dure mais les résultats sont toujours aussi catastrophiques depuis avril....2020 ! 10 mg de nitrate par litre d'eau au dessus du seuil autorisé. Certains habitants sont excédés mais rien n'y fait semble-t-il ! Le maire du village ne communique pas sur cette situation, on ne sait donc pas s'il s'occupe du problème. L'homme fort du Saulnois, le Président de la Comcom, conseiller régional, suppélant du député, maire de Vic, Jérôme End est au courant. Il rend visite à tous les conseils municipaux. Il est venu à Juvelize. On ne sait pas si il a le pouvoir de transformer l'eau polluée aux nitrates en eau potable ! La Sous Préfète, le Préfet peut-être ?

A Marsal, le maire vient d'être élu et on imagine que ce lourd dossier va l'intéresser.

En attendant que quelqu'un réagisse, on espère en tout cas qu'aucun nourrisson, aucune femme enceinte ne passera ses vacances à Juvelize ou à Marsal.

mariemadeleine

Changement de crèmerie pour Marie-Madeleine à Dieuze ! La sainte parmi les saintes, celle qui aurait assisté Jésus jusqu'au bout, spectatrice de sa résurrection, a quitté La Délivrance pour atterrir devant l'église qui porte son nom.

Une volonté municipale pour rendre à la salle des fêtes de la commune, où la statue représentant la sainte était installée, son caractère laïque.

La sculpture de Marie-Madeleine, réalisée en bronze par l'artiste de Lezey Jean François Laurent, trône donc désormais devant le campanile de l'église de la cité où chacun peut l'admirer comme l'ont fait les nombreux spectateurs lors d'une cérémonie qui s'est déroulée en présence du maire, de ses adjoints, de l'artiste et des autorités religieuses le 3 juillet dernier.

Et pour que la fête soit complète, l'évêque de Metz a même béni la prestigieuse sculpture !

 

IMG 20210711 063956Découverte dans le Républicain Lorrain cette semaine, une belle inititaive de quelques habitants du Saulnois  ;

« Faire pousser sa nourriture, c’est imprimer sa propre monnaie ». Un groupe s’est mis en place pour initier une démarche visant à promouvoir l’échange et le partage de produits et de services autour de Dieuze.

Il vise par exemple à l’échange de semences, de produits du potager ou du verger, de vêtements, le prêt d’outillage ou de jeux.

Il peut aussi intégrer des services comme le covoiturage, l’aide à la cueillette. Il repose sur le bénévolat et la mutualisation et exclut les contreparties monétaires.

Des initiatives de type aide à la récolte et à la transformation de fruits et des légumes, des conseils pour la réalisation de recettes à base de produits locaux y ont toutes leur place.

Ce groupe fait appel à toutes les personnes qui pourraient être intéressées par le développement d’un tel projet qui repose sur les idées de mutualisation et d’entraide.

Il veut aussi renforcer le lien social et le mieux vivre en milieu rural. Il veut développer aussi l’esprit d’innovation et rompre avec l’isolement qui caractérise notre secteur. L’idée est de faire éclore des groupes relais dans le maximum de localités.

Il s’adresse à tous actifs ou non. De telles initiatives se développent et pas seulement en France.

Reconquérir son autonomie est la base de tels projets. Son but promouvoir le mieux vivre.

Si vous êtes intéressés, contacter Didier Gaillot, Tél. 03 87 86 70 33 ou par mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..