Poules pondeuses

La 5ème édition de la fête des poules composteuses se déroulera le dimanche 15 octobre à Ajoncourt. 

Au cours de cette grande fête de la nature qui comptera de nombreux stands de producteurs et d'artisans locaux, une exposition avicole et un marché fermier vous pourrez récupérez les deux poules offertes par la communauté de communes du Saulnois (si vous les avez réservées sur le site Internet de la CCS au préalable)

 

weitenfr

 

Il y a quelques jours, nous avions assisté à l'AG extraordinaire des Foyers ruraux de Moselle. Une réunion au cours de laquelle l'assemblée s'alarmait des diminutions des subventions allouées par le Département de la Moselle qui mettaient sérieusement en péril le fonctionnement du mouvement populaire rural  né dans le Saulnois il y a soixante-dix ans.

Plusieurs actions ont été envisagées. La première est cette lettre ouverte signée de la main du Président de la Fédération des Foyers ruraux de Moselle, Christophe Velja :


"Madame, Monsieur,

Nos territoires ruraux sont en crise. La fracture entre « urbains » et « ruraux » est de plus en plus importante. L’état ferme bon nombre de services publics avec une centralisation plus accrue dans les grandes villes. Les réformes territoriales de la loi « NOTRE » rajoutent encore de l’incertitude mais surtout des inégalités territoriales.  Le nombre de nos représentants « ruraux » a fortement diminué. Les choix politiques nationaux, régionaux et départementaux, conduisent à une baisse de l’attractivité de nos territoires. Les petites communes sont étranglées par le manque de moyens et de nombreux acteurs locaux comme les maires, les Foyers Ruraux, le tissu associatif, les clubs sportifs se sentent parfois désemparés... Un vrai risque pour nos villages.

De nombreuses actions de services publiques sont mises en place en partenariat avec de nombreuses communes rurales ; accueils périscolaires, cantines scolaires, accueils de loisirs, animations de loisirs de proximité... De vrais services pour la population rurale.

Maintenant, c’est un pan entier de la politique de l'animation en milieu rural, de la jeunesse, de la culture, du lien intergénérationnel qui est abandonné. La situation de la Fédération départementale et plus largement du mouvement rural, pour une centaine d'associations, est préoccupante depuis plusieurs années.

Le Département qui était notre soutien privilégié, a depuis plus de cinq ans fait le choix de restreindre son partenariat et donc son aide financière. Ce fléchissement est même en accélération. En cinq ans, cette aide a baissé de 92 700 € pour atteindre en 2016 96 000 € et seulement 50.000, 00€ pour cette année.

En 2016, pour faire face à ces baisses, la Fédération a dû licencier ou non-reconduire une partie de son personnel et toutes les mesures d’économie de charge de structure ont été réalisées. Cela ne suffit pas.

Les rencontres avec les élus sont difficiles et rares malgré les sollicitations fréquentes. Les discours sont toujours les mêmes. Les choix politiques et les actes sont clairs : en dehors de ses prérogatives obligatoires, le Département de la Moselle fait le choix de promouvoir les élites qu'il appelle « les pépites ». Il faut les montrer, c’est le fer de lance pour son programme « d’attractivité ». C'est oublier que la population mosellane est présente dans toute sa diversité et qu'elle a aussi des attentes.
Les « pépites » sont présentes chaque jour et dans l'ombre pour l'intérêt général, ce sont les milliers bénévoles qui se mobilisent au quotidien pour que les villages soient « attractifs... ».

Aujourd’hui, la Fédération Départementale va devoir continuer sa mutation pour pouvoir préserver au mieux le coeur de notre mouvement qu'est le réseau de ses associations adhérentes.Cet accompagnement des associations locales, le département a fait une croix dessus. Les autres Fédérations d’éducation populaire du Département sont également impactées de manière dramatique. La Fédération Culture et Liberté vient de mettre la clé sous la porte et la Fédération des MJC n'a conservé qu’une personne pour assurer l’ensemble des missions d’animation du réseau, de gestion et de coordination.

Pourtant, plus que jamais, le monde rural a besoin d’une politique de développement, s’appuyant sur l’ensemble de ses forces vives, notamment le secteur associatif. Sans les associations rurales et sans la capacité de leurs têtes de réseau à générer la réflexion, à former leurs bénévoles, à mettre en synergie des initiatives dispersées, le monde rural risque de devenir un désert social, économique et culturel.

De plus ces décisions sont vécues comme une réelle injustice pour les milliers de bénévoles qui s’investissent pour faire vivre les territoires ruraux et risquent de voir anéantir tout le travail réalisé depuis de nombreuses années.

Il faut prendre des dispositions au plus vite afin, d’une part, d’éviter la disparition de ces structures associatives, d’autre part, de leurs attribuer les moyens nécessaires pour poursuivre leurs missions unanimement reconnues.

De nombreux soutiens se font entendre et la grogne monte.

Pour le milieu rural, je compte sur votre soutien et votre mobilisation.

Recevez, Madame, Monsieur mes salutations les plus distinguées."

Christophe VELJA
Président de la FDFR57

stagecirque17be

 

Dans quelques jours débutent les vacances de la Toussaint !

La Communauté de Communes, la compagnie LA GIGOGNE et la Commune de BLANCHE EGLISE  proposent gratuitement aux enfants  à partir de 5 ans de participer à un stage découverte des arts du cirque du 23 au 26 octobre 2017, de 10h à 12h30 et 13h30 à 16h.

Les participants seront initiés aux techniques aériennes ainsi qu'au jeu d'acteur en situation comique, le clown. 

Le but est d'initier les enfants au spectacle vivant et de créer en fin de stage un spectacle qui sera présenté à tous le 26 octobre. 

Renseignements et inscriptions au 06 50 48 03 53

Attention places limitées !

sangpoche

Aucun traitement ni médicament de synthèse ne peuvent encore se substituer aux produits sanguins.

Irremplaçables et vitaux, les produits sanguins sont indiqués dans deux grands cas de figure :

- les situations d’urgence et les besoins chroniques, qui concernent des patients que seule une transfusion sanguine peut contribuer à guérir ou à soulager.

Ce geste citoyen permet au quotidien de sauver des milliers de vies en France.

 

Jeudi 12 octobre, de 16 à 19h30, venez donner votre sang à Château-Salins, salle polyvalente. 

eausecours

Plus de cinquante personnes avaient pris place ce jeudi soir dans la salle des fêtes de Pettoncourt afin d'évoquer les augmentations des tarifs du prix de l'eau. 

Depuis près de deux ans, dans cette petite localité de 300 âmes à l'extrême ouest du Saulnois, ce thème est au centre de toutes les discussions et les perspectives annoncées par la maire Marie-Claude Dimey, il y a quelques jours lors d'une réunion publique, ont fini par convaincre la population de prendre les choses en main. Aujourd'hui les habitants de Pettoncourt paient 5,25 € le m3 mais dans quelques mois on évoque les sommes de 7 € voire 11 € quand le prix moyen payé en France est de 3,59 €.  

Si on en est là, c'est à cause des investissements réalisés par la Municipalité précédente et des emprunts contractés concernant le raccordement pour l'alimentation en eau potable et pour le traitement des eaux usées.

Un projet de station d'épuration mené avec la commune voisine de Meurthe-et-Moselle, Moncel sur Seille, et sa Communauté de communes du Grand Couronné. Un grand projet, peut-être un peu trop grand, qui nécessita, à l'époque, de contracter un emprunt de 600 000 € auprès du Crédit Agricole  à un taux de 4,48 % sur 20 ans. Mais on prévoyait à l'époque l'arrivée dans le village d'une trentaine de maisons sur un futur lotissement et on comptait sur les agriculteurs qui depuis on quitté le navire excédés par les augmentations des prix du m3 d'eau. 

Et alors que chez nos voisins Meurthe-et-Mosellans, la gestion de l'eau et de l'assainissement est une compétence de la Communauté de communes du Grand Courroné, à Pettoncourt, il faut se débrouiller seul ! 

La première magistrate a bien renégocié avec la banque la durée du remboursement du prêt (étendu à 25 ans et réduisant quelque peu les montants des remboursements), demandé de l'aide à la Communauté de communes du Saulnois (qui n'a pas la compétence et qui ne fera pas un geste), écrit au Premier Ministre, à la ministre de l'environnement...les Pettoncourtois sont seuls devant leur facture d'eau ! 

Alors ils viennent de créer un collectif baptisé " Eau secours", préparent une pétition, une manifestation et vont utiliser la toile pour faire connaître leur situation au..monde entier !!! 

Ils solliciteront sans doute le nouveau Député, la Sous Préfète et tous les officiels qu'ils rencontreront pour faire avancer leur dossier. Ils ont même pensé appeler Jean-Pierre Pernaud et Julien Courbet, c'est pour dire s'ils sont désemparés. 

En attendant, on relayera ici leurs actions et on espère que dans le Saulnois on ne payera pas un jour le m3 le plus cher de France !