eclipsedelune18

Evènement exceptionnel ce soir dans le Saulnois et sur tout le territoire, une éclipse totale de lune se déroulera de 19h environ jusqu'à 23h. 

La lune, qui sera pleine, va rentrer peu à peu dans la pénombre, puis dans l'ombre pour se retrouver totalement dans l'ombre, avant d'en sortir progressivement. 

Quand, privé des rayons du Soleil, le satellite va s'assombrir, celui-ci prendra une teinte rousse ou cuivrée, voire rouge sombre. Tout dépend en fait des conditions de l'atmosphère, et notamment de la pollution.

L'autre héroïne de la nuit sera la planète Mars, qui se trouvera à l’opposé du soleil par rapport à la Terre. Légèrement à droite et en-dessous de la lune, elle sera donc très brillante, avec une couleur légèrement orangée.

Contrairement aux éclipses solaires, le show pourra se découvrir à l'œil nu, sans aucun danger.

Jumelles, lunettes et télescopes permettront néanmoins d'en profiter encore plus. Grâce à ces instruments, il sera ainsi possible d'observer Mars dans les détails.

Les éclipses de lune ne sont pas rares, mais la particularité de celle-ci tient à sa longueur, puisqu'il faudra 1h43 à la lune pour traverser la part d’ombre de la Terre, un record au 21ème siècle. "C'est une réplique de l'éclipse du 16 juillet 2000, qui avait duré 1 heure 46 minutes, devenant la plus longue éclipse de lune du 20ème siècle (qui s'est achevé le 31 décembre 2000), relève auprès de l'AFP Pascal Descamps, astronome à l'Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides (IMCCE) au sein de l'Observatoire de Paris-PSL.

La plus longue éclipse de lune connue de l'histoire a quant à elle duré 1h47. C'était le 31 mai 318… Soit il y a 1.700 ans !

methaniseurjuillet18

Après deux tentatives avortées (refus de la délibération par la Sous-Préfète pour vice de procédure, absence de quorum), après quelques discussions musclées, la CCS a voté (46 pour, 7 contre, 4 abstentions), lors du conseil communautaire qui se tenait à Château-Salins ce mardi 24 juillet, son engagement dans le dossier de demande de subvention pour le financement de l'unité de méthanisation qu'est en train de réaliser la Société privée Méthanisation Seille Environnement sur la commune d'Haraucourt.

La CCS emprunterait 1 500 000 € pour permettre l'achat du purificateur qui permet la transformation du méthane produit dans le digestat en gaz injectable dans le pipeline ou dans des véhicules sous forme de carburant. 

Cette somme serait ensuite récupérée par la CCS (900 000 € grâce aux subventions européennes espérées pour de tels investissements subventions et 600 000 € par les loyers qui seraient demandés à la société Méthanisation Seille Environnement).

Une opération "blanche" donc pour la CCS qui déléguerait même le montage et le suivi du dossier au Pôle Innovation Saulnois, structure de la ville de Dieuze. 

Une plate forme technologique d'innovation serait alors créée (si les subventions sont accordées) afin de réfléchir au développement du biogaz dans le Saulnois (carburant pour les véhicules agricoles ? gaz bouteille pour les usagers ?) methanisationjuillet18b

Le dossier a sucité de nombreuses remarques au sein de la maigre assemblée de délégués notamment sur la présentation qui en a été faite.

Comment le Pôle innovation, structure dieuzoise est entré dans ce projet, le rôle de la CCS se bornera-t-il à n'être qu'un levier pour toucher des subventions ou aura-t-elle un droit de regard sur le fonctionnemment du méthaniseur ?  le purificateur est un organe obligatoire dans le méthaniseur, pourquoi la CCS doit-elle le financer ? qu'adviendra-t-il de la capacité à emprunter de la CCS après ces deux emprunts importants ? La personne embauchée pour gérer le dossier au sein du Pôlesera-t-...Nombre de ces questions n'ont pas trouvé de réponses en raison de l'absence des principaux intéressés : le maire de Dieuze n'était pas présent et les trois délégués communautaires associés de la Société de Méthanisation Seille Environnement avaient dû quitter la salle en raison de leur implication dans ce dossier...

La conclusion, c'est le Président de la Commission Agriculture qui l'aura : "de toute façon, on ne vote ici que la demande de subventions, les questions de fond pourront être posées si les subventions sont accordées." 

 

 

 

 

 

jeandenis3

Alors que la consommation des produits issus de l'agriculture biologique ne cesse de progresser dans le pays, voilà une nouvelle qui devrait réjouir les adeptes du manger sain et local !

Depuis le mois de mai, en effet, on peut manger du pain bio, made in Saulnois préparé, de A à Z, à Pévange, petite localité située près de Morhange. 

A l'origine de cette nouvelle proposition culinaire, Jean-Denis Steineur, paysan bio et.....instituteur ! Ce double actif produisait hors temps scolaire, depuis 1997 des céréales sur une petite exploitation héritée de son père mais à l'occasion de discussions avec un de ses amis lui est venue l'idée de se servir de cette matière première pour fabriquer son pain. 

jeandenis1

Mais on ne s'improvise pas boulanger, alors en autodidacte, passionné par ce défi inédit, Jean-Denis s'est documenté, a cherché et beaucoup lu allant même à Paris à la BNF (Bibliothèque Nationale de France) pour obtenir toutes les informations nécessaires, non seulement pour la fabrication du pain (article sur le levain) mais également pour la réalisation du four (ouvrages sur les voûtes, sur la dilatation des matériaux)

Ensuite et pendant deux ans, après avoir dessiné le fameux four voûté et tournant, notre paysan instituteur est passé à la réalisation. Une phase intense et pleine de questionnement sur la viabilité d'un projet né de son imagination mais qu'il mènera à son terme grâce à la qualité de ses travaux et l'aide précieuse de Nathalie, sa compagne, partenaire privilégiée de l'aventure.

Les pièces de fonte pour le four ont été récupérées à Bordeaux. Un moulin avec meule en granit a été acheté grâce à Internet, le pétrin récupéré chez un boulanger qui partait en retraite. 

jeandenis2

Pour la réalisation de la pâte, Jean-Denis s'est mis en relation avec un nutritioniste de l'INRA pour tout ce qui concerne la digestibilité du pain. Et peu à peu, grâce aux recherches effectuées en amont et selon la méthode scientifique (en faisant varier un à un les paramètres)  il est arrivé à sortir du four des pains de grande qualité. Pain de campagne, pains aux graines, pain douceur (figues, noisettes, raisin), sont les trois variétés actuellement  produites par Nathalie qui oeuvre dans le laboratoire pour la préparation de la pâte et sa cuisson. 

Ensuite, les néo boulangers prennent la route pour livrer à plusieurs endroits de la Moselle leur production. A l'Inventerre du Pré Vert, espace de vente de produits bio locaux de Dieuze, à la ferme de Borny (magasin de producteurs bio), au Café de la Salette à Saint-julien et à la Ruche qui dit oui de Faulquemont et Vahl Ebersing.

On peut les voir également le premier dimanche du mois sur le marché de prodcuteurs locaux de Château-Salins (nocturne le vendredi 3 août).

Heureux d'avoir atteint ce premier objectif, Jean-Denis et Nathalie terminent d'aménager un petit espace de vente qui ouvrira sur le lieu de production à Pévange. D'autres idées sont prêtes à germer mais elles attendront encore un peu avant d'éclore, Jean-Denis ne veut pas sacrifier sa qualité de vie et son bonheur tranquille à la production et la rentabilité.   

 

moulene

Artiste majeur de la scène française, Jean-Luc Moulène dessine depuis près de quarante ans un parcours singulier qui déjoue les catégories de genre et de style, à travers un corpus vertigineux d'images photographiques, de livres, de sculptures, de peintures et d’installations.

L'exposition Objets et faits qui se tient au Centre d'Art Contemporain La Synagogue de Delme rassemble jusqu'au 21 octobre vingt-quatre œuvres, réalisées entre 1978 et 2018, et propose une traversée en forme de poésie objective dans la pratique multiforme de l'artiste.

Une écriture dans l'espace « sans socle ni cérémonie » où chaque œuvre renverrait simultanément à toutes les autres.

C'est l'occasion pour Jean-Luc Moulène de présenter des œuvres inédites, où les questions d'héritage, de généalogie et de filiation ouvrent de nouvelles perspectives dans sa démarche.

Voir le site du Centre d'art contemporain la Synagogue de Delme

rosepolluee

Rififi dans le Saulnois autour d'un nouveau cour d'eau pollué ! Après le Spin à Dieuze, c'est La Rose à Vibersviller qui pose problème. 

Eau blanchâtre, poissons morts, odeurs nauséabondes, les habitants de la localité située à l'extrême est du Saulnois sont écoeurés. 

Les agriculteurs, souvent mis en cause dans ces cas là, respectent, selon le maire de la commune, les normes imposées. Alors tout le monde se tourne vers une entreprise bien connue dans le Saulnois et dont on a parlé récemment sur Grain de sel, la Limonaderie Lorina de Munster, village voisin de Vibersviller. 

Le PDG M.Barjon se défend d'être le responsable de cette pollution et renvoie aux nombreux contrôles qu'il est obligé de faire tout au long de l'année.

Alors pour connaître le responsable de cette pollution, tout le monde attend du côté de Vibersviller les résultats des analyses effectuées par la Police de l'eau qui seront communiqués dans quelques jours. On vous tient au courant. 

Visionner le reportage de France 3 Lorraine en cliquant sur la vignette ci-contre.