velorail17

Pour un coup d'essai ce fut un coup de maître ! La jeune association Le Saulnois D'Rail a créé l'évènement en proposant aux habitants du Saulnois de parcourir quelques centaines de mètres en....vélorail sur l'ancienne voie ferrée Dieuze-Bénestroff ! 

Dans le cadre du Festirail, une manifestation musicale et festive qui a vu se produire quatre groupes de Rock dans la soirée du 26 août sur le site de l'ancienne gare de Dieuze (Jamie Clarkes's perfect, Les Tongs, Breaksit et Emile Zielinger and Friends), on pouvait donc monter sur cette drôle de machine qui transporte quatre personnes en même temps (deux pilotes aux pédales et deux passagers) 

Tout au long de la soirée, ce sont des dizaines de participants au Festirail qui ont donc empunté cette ligne défrichée sur sa première partie par Wolfgang Schaeffer, le Président du Saulnois D'Rail et les membres de son association. (voir la vidéo ci-dessous)

Provoquant des sensations uniques et inédites, l'animation a beaucoup plu et les usagers auraient aimé que l'expérience dure un peu plus longtemps. Pour cela, il faudra que le Saulnois D'rail poursuive son difficile travail de défrichage et peut-être qu'un jour, en vélorail, on pourra rejoindre Bénestroff en partant de Dieuze. 

En attendant, les candidats au voyage pourront découvrir ou redécouvrir cette attraction les 16 et 17 septembre à l'occasion des journées du patrimoine. 

 

Plus d'infos sur la page facebook du Saulnois D'rails

false1

Le centre d'art contemporain - la synagogue de Delme a reçu une quarantaine de visiteurs lors de l'ouverture d'atelier de l'artiste Éléonore False le mercredi 30 août à 18h30 à Lindre-Basse.

Ce fut l'occasion de rencontrer l'artiste, de découvrir ses recherches et d'échanger autour d'un buffet convivial.

" Le point de départ du travail d'Eléonore False est l'image. Observée, extraite, classée. Découpée, agrandie, décolorée, superposée, juxtaposée, pliée, renversée, inversée. Observée, oubliée, retrouvée. Grâce à un ensemble de gestes, elle lui propose d'exister autrement la libérant de son contexte originel, historique et symbolique.

Elle s'empare de sa matérialité, de ses motifs, trames et couleurs. Inévitablement certaines images se manifestent à la mémoire avec insistance, comme pour demander l'émancipation de leur planéité — un rappel de leur racine imago/imagines, masques funéraires antiques permettant aux défunts d'être présents lors des processions à travers l'empreinte à la cire de leurs visages.false2

Images glanées de champignons rares sur papier glacé.

Travailler avec un souffleur de verre pour les réinterpréter sans chercher la copie ou la fonctionnalité. Les techniques de fabrication artisanales : tissage, vannerie, raku, sont choisies par l'artiste pour leur capacité de traduction et lui inspirent la recherche de typologies d'images particulières. Chauffer, souffler, tourner, souffler, tourner, ciseler, sabler.

Le savoir-faire verrier évoque l'esthétique organique, les excroissances et les courbes étranges des russules, pézizes ou trémelles. Si l'analogie entre le corps et la nature est évidente, la forme produite est solitaire, arrachée à son socle mnémonique, réouverte. " Marie Bechetoille

Les œuvres en verre ont été produites avec le soutien du CIAV - Centre International d'Art Verrier de Meisenthal.
Le programme de résidence d'artistes est organisé en collaboration avec le Parc Naturel Régional de Lorraine et la commune de Lindre-Basse.

saintliviergateau

Saint-Livier est bien connu dans le Saulnois. Chevalier messin, il a été décapité sur la côte Saint-Jean près de Moyenvic par les Huns d'Attila en 451 après une bataille épique dans sa ville natale. Une chapelle porte son nom sur le lieu de son martyr et depuis plusieurs siècles un pélerinage est organisé en sa mémoire qui emmène les croyants près de la source miraculeuse qui aurait  jailli lorsque sa tête tomba sur le sol.

Dans la région, de nombreux indices rappellent l'existence du Saint : une statue en bois le représentant la tête dans les mains est exposée au sous-sol du musée Georges de La Tour, des fossiles de coquillages (gryphées archées) que l'on ramasse près de la chapelle sont appelés "talons de Saint-Livier", une église et un arrêt de Tram à Saint-Max portent son nom.

Mais savez-vous qu'une délicieuse pâtisserie vendue avenue de Strasbourg à Nancy  porte également le nom de Saint-Livier. Un délicieux gâteau fait de meringue au lait et aux amandes, au beurre avec des éclats de nougatine.

 

 

conf17Pendant seize années, Laurent Olivier, Conservateur en chef au Musée des Antiquités Nationales de Saint-Germain-En-Laye a, avec ses équipes internationales, fouillé le sous-sol au coeur du Saulnois historique afin de comprendre comment les Celtes et les Gaulois fabriquaient le sel dans l'Antiquité.

Le programme de fouilles s'achève cette année afin de permettre aux différents chercheurs d'analyser et de publier le fruit de leurs recherches.

Dans le cadre de la fête Univer'Sel organisée ce dimanche 27 août à Marsal, Laurent Olivier a donné une conférence qui retrace ces seize années de recherches archéologiques.

 

univ1

Les organisateurs de la fête Univer'Sel étaient fiers et heureux hier en fin de soirée d'avoir pu offrir aux archéologues qui mènent depuis plus de quinze ans des fouilles au coeur du Saulnois, une fête à la mesure de l'importance de leurs recherches. 

Autour de la conférence de fin de fouilles de Laurent Olivier, un des plus grands spécialistes des Celtes et des Gaulois en Europe, les nombreuses animations proposées ont attiré la grande foule à Marsal ce dimanche 27 août.

Plusieurs centaines de personnes toutes générations confondues, ont ainsi, toute la journée durant, déambulé dans les rues de l'ancienne cité du sel pour se cultiver, écouter, jouer, peindre, danser, chanter, manger et boire sous un chaud soleil de fin d'été. univ2

Dès dix heures le matin, l'atelier des Petits Archéos permettait à des dizaines d'enfants de devenir apprentis archéologues. Un chantier de fouille grandeur nature avait été reconstitué pour eux par Laurent Olivier et son équipe. Avec les propres outils des professionnels, les bambins ont gratté, deterré, répertorié les objets découverts avant de recevoir un beau diplôme de fouiileur. 

Juste à côté, le stand des jeux en bois traditionnels n'a pas désempli de la journée.

univ3

Sur des panneaux de bois de sept mètres de long, l'artiste peintre anglais  Wayne Sleeth invitait le public à prendre les pinceaux pour laisser sur cet immense fresque, à la manière de Monet, une image collective du patrimoine naturel marsalais.

L'anthropologue Tiffany Garcia Parrilla, proposait au public une réflexion sur la culture et le patrimoine dans le Saulnois. Sur deux cartes du territoire (une institutionnelle, réalisée par le Communauté de communes du Saulnois et une autre vierge) les participants étaient invités à indiquer leurs sites culturels emblématiques, les sites oubliés par la CCS, ceux qu'il faudrait valoriser et/ou promouvoir....univ4

Un peu avant midi, tout le monde s'est rasssemblé sur la Place du village pour une inauguration officielle de la fête Univer'Sel ! Un moment d'émotion fort puisqu'un hommage solennel a été rendu à l'ancien maire du village, fondateur du musée du sel, du PNRL zone Est, Henri Rémillon décédé jeudi dernier.

Après la minute de silence, les officiels ont pris la parole pour remercier chaleureusement Laurent Olivier et l'ensemble des archéologues qui avaient fouillé le sous-sol du Saulnois pendant seize ans, aidant ainsi l'humanité, grâce aux nombreuses découvertes, à accroître ses connaissances sur l'organisation de la société dans le monde antique.

univ6Le Maire de Marsal, Bernard Calcatéra, Michel Rémillon, président des Amis du Musée du Sel, Laurent Olivier, les Sénateurs de la Moselle Jean-Marc Todeschini et Jean-Louis Masson, le Vice-Président du PNRL Rémy Hamant ont redit l'importance de ce programme de recherche et la nécessité de conserver et présenter les résultats des fouilles dans un musée du sel qu'il faut réouvrir au plus vite et dans les meilleures conditions.

Après le repas préparé par le restaurateur de l'Auberge du Saulnois et la Maison Davrainville, producteur de viande marsalaise, après la dégustation pour certains des bières artisanales de la Brasserie de l'Arsenal, au son du groupe d'un groupe de Folk Cajun, les visites guidées ont démarré.

Visites traditionnelles de la ville de la cité fortifiée, de la Collégiale et la visite insolite et totalement décalée des guides loufoques Lucienne et Venceslas. Cent cinquante personnes en tout qui auront découvert sous un nouveau jour Marsal et ses richesses.univ5

A seize heures, la conférence de Laurent Olivier aura rassemblé la foule dans la grande salle de l'Arsenal. Le Conservateur en chef du Musée des Antiquités Nationales a dressé le bilan de ses seize années passées à fouiller le sous-sol du Saulnois. (voir très prochainement la conférence en vidéo). L'assistance, extrêmement attentive a retenu, que dans le monde entier, les scientifiques s'intéressant à l'Antiquité, connaissent et aiment Marsal et le Saulnois.

Les spectateurs ont appris également que lors de cette dernière campagne, l'exhumation de matériel romain près des bassins de décantation de saumure laisse à penser, contrairement à tout ce que l'on avait imaginer, qu'on a extrait du sel à l'époque de l'occupation romaine dans le Saulnois.

univ7Evidemment, les questions du public ont porté sur la situation du musée du sel (fermé depuis novembre 2016 et dont on ne connaît encore pas la date de rouverture, on parle de 2018). Le Député, Fabien Di Filippo, qui découvrait le riche passé du Saulnois, s'est dit préoccupé par la situation du musée. Il fera tout ce qui est en son pouvoir pour faire avancer le dossier et oeuvrer à la réouverture de ce fleuron du patrimoine mosellan, lorrain et national.

En fin d'après-midi, c'est à la Collégiale qu'avait lieu l'évènement. C'est le pianiste allemand Markus Stange qui au cours d'un récital d'une heure a subjugué l'assistance en jouant divinement Catoire de Bioncourt, Chopin, Debussy, Messiean et Schumann.univ8

Deux concerts de musique festive ont clos cette grande journée Univer'Sel. Le groupe local Les Tongs et le groupe nancéien La Ptite Soeur ont fait chanter, rire et danser les nombreux visiteurs jusque tard dans la soirée.

Tout au long de la journée, des petits sachets de sel gemme, ont été vendus donnant également la possibilité aux acheteurs de participer à une grande tombola.
Le ticket vainqueur (n°1753) a remporté une superbe lampe taillée dans ce même sel gemme qui était au coeur de cette grande fête populaire.