bio2Les paysans bio de lorraine se mobilisent et revendiquent une politique plus affirmée en faveur de cette agriculture vantée par tous en public mais qui dans les faits se heurte aux nombreux lobbys qui gravitent autour de l'agroalimentaire. 

Pour se faire entendre ils organisent une manifestation sous la forme d'un casse-croûte paysan, le mercredi 4 février, de 11h à 14h, place Saint-Jacques à Metz. Une pétition est également en ligne pour les soutenir en cliquant ici

 

Voici le texte de leurs revendications : 

STOP à l’hypocrisie !
Pour une politique en faveur de la bio qui ne se limite pas au discours. Notre Ministre annonce vouloir doubler les surfaces en bio or le budget alloué à la bio n’est pas capable de couvrir les besoins ! En Lorraine, il manque 40 millions d’euro pour y parvenir !
Nous demandons une réorientation budgétaire pour avoir les moyens des objectifs annoncés.


STOP aux aides à 2 vitesses !
Un paysan bio qui respecte l’environnement et la santé touche moins d’aide qu’un agriculteur qui utilise des pesticides ! De plus avec l’enveloppe actuellement prévue seuls les paysans passant en bio pourront prétendre à une aide !
Nous demandons une réorientation budgétaire pour assurer un accès équitable aux aides de soutien à la bio à TOUS les agriculteurs de Lorraine. Nous demandons aussi une vraie progressivité des aides publiques pour que les montants soient cohérents avec les efforts fournis par les agriculteurs.


STOP aux à-coups sur le développement de la bio !
Avec une enveloppe budgétaire insuffisante, premier arrivé, premier servi ! Nous allons avoir une vague massive de conversions pour certaines précipitées. Cela aura un effet destructeur sur les circuits de commercialisation. Un afflux de produits à valoriser risque de déstabiliser les filières et de fragiliser les fermes engagées dans une certification biologique. C’est une menace sur les emplois agricoles.


Nous demandons des arbitrages budgétaires pour assurer un développement cohérent de la bio qui puisse répondre aux attentes des consommateurs.
Soutenez les paysans bio de Lorraine et leurs filières ! Soutenir le développement de la bio c’est soutenir une agriculture respectueuse de l’environnement,
une agriculture respectueuse de la santé,
une agriculture respectueuse des terroirs et de la qualité de vie, une agriculture génératrice d’emploi.

 

bio

affiche les jours heureux

 

Entre mai 1943 et mars 1944, sur le territoire français encore occupé, seize hommes appartenant à tous les partis politiques, tous les syndicats et tous les mouvements de résistance vont changer durablement le visage de la France.

Ils vont rédiger le programme du Conseil National de la Résistance intitulé magnifiquement : « Les jours heureux ».
Ce programme est encore au cœur du système social français puisqu’il a donné naissance à la sécurité sociale, aux retraites par répartition, aux comités d’entreprises, etc.

Un film documentaire, réalisé par Gilles Perret, sorti en 2013 retrace cette belle Histoire de France. Il sera projeté à la MJC de Dieuze, le vendredi 6 février, à  20h. Un débat public sur l'engagement citoyen suivra la projection. 

 

Le magazine culturel lorrain l'Estrade n'en finit pas de grandir !

Après la belle réussite de son édition consacrée à tous les arts, l'équipe du journal avait créé un supplément Economie et sociéte.

Voici maintenant un cahier destiné aux Juniors. 

Très belle initiative à souligner d'autant que ce magazine est gratuit. 

Découvrez l'Estrade Juniors en cliquant sur la vignette ci-dessous : 

estradejunior

 

banat

La Lorraine a une histoire riche et complexe. Terre d'immigration et d'émigration elle est indépendante jusqu'en 1766, elle sera rattachée au royaume de France aprés la mort de Stanislas, roi de Pologne, et beau-père de Louis XV.

Avec le traité de Meudon en 1737 le duc de Lorraine, Francois III, qui a épousé Marie-Thérèse d'Autriche devra abandonner la Lorraine au profit du duché de Toscane.

Stanislas, roi déchu de Pologne, viendra s'installer à Lunéville. La Lorraine vit ses derniers jours. A sa mort, après huit siècles d'autonomie, les duchés ont vécu.

Quelques années plus tard, Francois et Marie-Thérèse quitteront Florence et la Toscane pour Vienne pour régner sur l'Empire des Habsbourg ..

Le Banat, territoire à cheval sur la Roumanie, la Serbie et la Hongrie, dépendant de l'empire des Habsbourg dévasté par les guerres contre les Ottomans, est une région à reconstruire.

C'est ainsi que des Lorrains, paysans, instituteurs, artisans seront encouragés à s'installer dans cette région d'Europe de l'Est.
Deux conditions : parler ou comprendre l'Allemand et être catholique.    

Environ cinquante mille migrants originaires de notre region firent le voyage.

Pratiquement tous les villages du Saulnois subirent des départs entre 1740 et 1780.

C'est l'histoire des ces pionniers et leurs descendants que les associations des Amis du musée du sel et de Chemins faisant proposent de vous faire découvrir vendredi 30 janvier à 20h, salle des fêtes de Marsal, au cours d'une conférence Le destin tragique des Lorrains au Banat de Temesvar donnée par Michel Rémillon.

Entrée libre

 ""

voeuxsp

La traditionnelle cérémonie des voeux du Sous-Préfet aux forces vives du Saulnois avait lieu ce mercredi 28 janvier dans les locaux de la Sous-Préfecture. Une réception un peu particulière puisqu'elle était présidée pour la première fois par Eric Infante, nouveau Sous-Préfet par interim.

Eric Infante connaît bien le sud Mosellan puisque ce parisien de 44 ans, juriste de formation, est déjà depuis un an et demi Sous-Préfet de Sarrebourg.voeuxsp2

En présence du Préfet de Lorraine, Nacer Meddah, Eric Infante s'est adressé aux maires, aux autorités civiles et militaires pour leur rappeler que le Saulnois ne serait pas oublié par l'Etat  (voir la vidéo ci-dessous)

Car cette réception avait la particularité d'être aussi la dernière ! Car en effet, Château-Salins ne sera plus Sous-préfecture le 1er janvier 2016. 

Dans un an, l'infrastructure deviendra Maison de l'Etat avec de multiples services. Quant aux salons d'honneur où l'on trinquait à la nouvelle année ce soir, ils seront repris par le Conseil général pour une destination aujourd'hui inconnue.