fr3

Ce que l'on va désormais appeler l'affaire des sites Moselle passion prend de l'ampleur puisque la télévision vient de réaliser un reportage sur le sujet. Le personnel s'inquiète du plan de restructuration que se trame en coulisse et  le fait savoir.

Le reportage a été diffusé au 12/13 de France 3 Lorraine, vendredi 28 août. Vous pouvez le retrouver dans la vidéo ci-dessous : 

 

 

Voir aussi les articles de Grain de sel :

La mise au point de Jean-Claude Cunat

Coup de tonnerre culturel en Moselle

calcat

Régulièrement apostrophé sur Grain de sel à propos de son attitude jugée trop discrète face au projet privé d'installation d'un méthaniseur aux limites de sa commune, le Maire de Marsal, Bernard Calcatera a souhaité s'exprimer sur notre site pour expliquer sa position. L'origine privée du projet ne l'empêche pas d'intervenir tant l'impact public est important dans ce dossier. Il a également abordé un autre thème sensible du moment : les restructurations des sites Moselle passion.

Le méthaniseur 
Pour lui, à l'origine, le projet de méthaniseur était un beau projet. Traiter des effluents pour les rendre moins nocifs est une bonne chose mais à certaines conditions.
Ecologique et à taille humaine au début (il ne concernait que quelques agriculteurs), le dossier prend des proportions industrielles qui l'inquiètent. (23 agriculteurs maintenant) Le projet a débordé. Les agriculteurs locaux sont des bons agriculteurs mais pas des industriels. Ce n'est pas une construction anodine.

Annoncé comme l'un des plus grands méthaniseurs de France avec ses quatre cuves de vingt-cinq mètres de diamètres, le bassin de plus de 100 mètres de long, plus de 50 mètres de large où l'on stockera une demi-année de production d'effluents, le méthaniseur n'est pas installé, pour le premier magistrat marsalais, à un endroit propice et stratégique pour son exploitation.

Le site n'est pas très accessible aux engins qui vont circuler là. Le lieu est pentu. Ce ne sont pas les agriculteurs qui vont apporter eux-mêmes la matière première ou enlever les matières traitées. Ils vont utiliser, par tous les temps, les services d'un transporteur extérieur (à part peut-être les Marsalais ou Haraucourtois) ce qui aura un impact important sur la circulation. Bernard Calcatera a mis d'ailleurs des restrictions sur l'utilisation des chemins sur la commune qui ne sont pas prévus pour supporter de telles charges.

L'impact environnemental n'est pas bon également. Au départ ce projet est élaboré pour protéger l'environnement. Il ne faut pas que l'installation elle-même pollue cet environnement : pollution visuelle, pollution olfactive, proximité d'un site historique, proximité de la Seille et des ultra-sensibles labéllisées « Natura 2000 » et en ZNIEF.

Le maire de Marsal ne comprend pas qu'un tel projet ait été validé par les ABF et les intégrations paysagères prévues ne sont pas là pour le tranquilliser ni pour le satisfaire.
Autre inquiétude est l'apport prévu de culture dédiée, le maïs, notamment qui nécessite pour sa croissance beaucoup d'eau et de nombreux engrais et de produits de traitement. Incompatible avec cette idée de projet écologique vanté par certains. 

Le maire de Marsal, ex-spécialiste de la gestion industrielle, a aussi un grand doute sur la rentabilité du projet dans les conditions annoncées. Le but de toute entreprise économique étant de générer des résultats ; l’investissement lourd des agriculteurs, déjà appauvris par les prix bas contestés de toutes part de leur production, ne sera pas un gage certain de résultats positifs et de survie. De nombreuses structures de méthanisation ne sont pas aussi rentables que ce qui avait été annoncé lors de l'élaboration des projets. 

Sur l'emplacement maintenant, Bernard Calcatera pense que d'autres sites beaucoup moins sensibles étaient envisageables. Par rapport aux localisations des exploitations agricoles concernées, entre Dieuze et Moyenvic, il y avait d'autres lieux plus accessibles et tout aussi non inondables le long du pipeline qui recevra le gaz produit sans coût supplémentaires et surtout avec l’avantage de ne pas être situé aux portes du site touristique le plus important de notre arrondissement.

Sites Moselle passion et les restructurations à venir
A propos des sites Moselle passion, le maire est très inquiet. Egalement Président de l'Office de Tourisme du pays du Saulnois, de Vic et environs, le maire de Marsal déplore que le Conseil départemental se désolidarise complètement des acteurs locaux.
Le Département de la Moselle est en train de scier l’arbre public qui a été planté par plusieurs générations de ses prédécesseurs et de bénévoles du milieu touristique et culturel local.

La politique de l'OT s'appuie sur les sites Moselle passion du Saulnois  et les fermetures pendant cinq mois des musées de Vic et Marsal sont des handicaps lourds pour notre territoire. A aucun moment, le Département n'a évoqué la gestion et l'avenir de ces sites avec le président de l'OT, avec les maires concernés, avec la Communauté de communes du Saulnois, avec les associations locales. Les nominations changeantes à la tête des musées, les incertitudes concernant le personnel ne contribuent pas au travail serein des structures. 

Preuve du dédain départemental, le premier magistrat s'étonne de voir débarquer des élus de Sarreguemines ou d'ailleurs lors des inaugurations d'expositions ou manifestations comme la fête gauloise sans que lui ne soit associé. Il regrette aussi l'urgence et la légèreté avec laquelle on a sollicité les associations locales pour les repas lors de cette fête. 
Bernard Calcatera ajoute pour la défense du département, il faut aussi dire que de nombreux élus de notre territoire pensent que le tourisme et la culture n’ont rien à faire chez nous, que cela ne sert à rien…que cela coûte trop cher…

Il nous reste encore beaucoup de travail, conclut le maire, si l’on ne veut pas que d’ici une vingtaine d’années notre territoire ne soit peuplé que d’agriculteurs et de personnes du quatrième âge…

 

rails2014bTraversant le Saulnois d'Est en Ouest, de Baudrecourt à Cutting, la Ligne à Grande Vitesse sera bientôt opérationnelle. Le premier train devrait passer dans notre région le 3 avril 2016. Il permettra aux usagers d'effectuer le trajet Paris-Strasbourg en 1h50 ! 

Dernière étape avant la phase d'essais, le raccordement électrique des caténaires, prévu le dimanche 30 août, qui rend désormais le site et ses abords extrèmement dangereux. 

Vous pouvez retrouver les différentes phases des travaux dans le Saulnois sur Grain de sel en cliquant ici

Voir aussi le site de la LGV

cunatEn marge de la journée gauloise du 23 août à Marsal, nous avons interrogé Jean-Claude Cunat, vice-président du Conseil départemental, délégué à la Culture, après la divulgation par le site Loractu du document interne qui évoquait les restructurations, les fermetures, les mutations dans les site Moselle Passion. (voir l'article de Grain de sel : Coup de tonnerre culturel en Moselle

Le conseiller départemental du canton de Sarreguemines a affirmé que le document en question n'était qu'un dossier de travail utilisé en interne uniquement. Les différentes hypothèses formulées ne sont que des hypothèses.

Dans ce type de document, après les constats, on propose toujours plusieurs scénarii. Des propositions "hautes" comme la fermeture des sites et les fermetures chiffrées envisagées en font partie. Les élus du Conseil départemental seront informés des propositions faites et décideront ultèrieurement les points du plan qui seront retenus.

Jean-Claude Cunat regrette que les documents aient fuité dans la presse et demande d'attendre quelques semaines pour connaître l'avenir des sites Moselle Passion. 

On vous tient au courant. 

tract2Mais à quel jeu joue le Département de la Moselle en matière de politique culturelle ? 

Derrière les jolies expos et manifestations du moment relayées par Grain de sel avec enthousiasme (L'Or blanc des Celtes, Retour à la Lumière, Chevaliers et Samourais, Vita Romana, le Village Gaulois ou les 145 ans de la bataille de Gravelotte..)  il semblerait que les sites Moselle Passion * connaissent ou vont connaître de profonds bouleversements. 

Déjà quelques interrogations étaient nées après la fermeture au public de novembre à mars des différents sites ou lorsqu'on décida de supprimer la gratuité pour les scolaires. On s'étonnait aussi de  campagnes de publicité timides pour annoncer les expos. On riait jaune lors des inaugurations organisées un mois après le début de l'évènement. Sans parler de l'interdiction de communiquer faite aux directeurs de sites sans la présence d'élus de la commission Culture. Bref on était inquiet ! 
Mais après les révélations faites sur le site Internet Loractu hier, l'inquiétude a pris une autre dimension. On y évoque en effet ni plus ni moins que la fermeture des sites Moselle passion !  

malbrouck16

Un véritable coup de tonnerre dans le milieu culturel mosellan qui prend la forme d'un document interne où l'on parle de restructuration, de mouvement de personnel, de mutualisation, de disparition de service et, dans une dernière page ahurissante, on pourrait même fermer les sites économisant ainsi 1,8 million d'euros !

Des paragraphes glaçants évoquent même la gestion des frustrations du personnel après la mise en place du plan de restructuration.

Le personnel justement ne cache pas son inquiétude et parfois même sa colère comme il l'a fait ce week-end à Bliesbrück, lors de la manifestation Vita Romana, organisée au Parc Archéologique. Les Syndicats FO, CFDT et SUD distribuaient aux visiteurs sous une banderole "Culture en danger" des tracts présentant leurs craintes.
Une réunion est annoncée entre les représentants du personnel et le Président du Conseil départemental Patrick Weiten qui devrait permettre de clarifier la situation. 

tract1

 

Voilà on en est là ! Un peu sonnés ! On a du mal à croire qu'une collectivité territoriale, qui avait fait de la culture un étendard, sur l'autel des économies, sacrifie ainsi ses huit écrins prestigieux. Des sites qui drainent en Moselle des milliers de visiteurs, qui dispensent le savoir aux jeunes générations, qui contribuent à la renommée de notre territoire en entretenant sa mémoire et en valorisant ses richesses naturelles. 

Les contingences financières sont une chose mais la culture est un domaine où l'on peut difficilement  raisonner en terme de rentabilité. La diversité des sites, leur spécificité en font des éléments à part dans la politique départementale. Quant au Saulnois, ses trois sites Moselle passion étaient un bel espoir de développement dans une situation économique compliquée. L'avenir s'assombrit !! nouveaune   

Affaire à suivre !

* les sites Moselle Passion : Musée du sel de Marsal, Musée Georges de La Tour de Vic sur Seille, Domaine de Lindre, Musée de la guerre de 1870 et de l'Annexion de Gravelotte, Château de Malbrouck à Manderen, Maison de Robert Schuman à Scy Chazelles, Les jardins fruitiers de Laquenexy et le Parc archéologique de Bliesbrück.