IMG 20201226 002218

Il y a quelques semaines on apprenait que l'état rayait de la carte du Saulnois les deux dernières trésoreries qui restaient sur le territoire à Dieuze et Château-Salins. Les remous provoquées par ces décisions administratives, qui s'inscrivent dans la droite ligne des politiques publiques de nos chers dirigeants de droite comme de gauche depuis les années Sarkozy, n'ont pas fait trembler les technocrates de Bercy qui, droits dans leurs bottes, maintiennent leur politique de fermetures. 

Par contre, les maires de Château-Salins et Dieuze, Gaétan Bennimédourenne et Jérôme Lang, accompagnés par le Président de la Communauté de communes du Saulnois, Jérôme End, ont réussi à freiner quelque peu les ardeurs de ces fossoyeurs des services publics en obtenant de haute lutte semble-t-il, quelques garde fous intéressants comme le présente le chef de l'interco sur sa page Facebook et que nous résumons :

Le centre des finances publiques de Château-salins est...sauvé ! Il est ainsi écrit par Jérôme End :"les services des finances publiques continueront à accueillir le public, comme aujourd'hui, au centre des finances publiques, avec la même amplitude horaire qu'aujourd'hui." Par contre on ne sait pas si dans quelques mois ou quelques années le centre de fermera pas. C'est ce qui s'est passé à Albestroff où la fermeture a été repoussée...d'une année ! On ne sait pas non plus combien d'agents seront présents sur place pour accueillir le public.

A Dieuze, par contre ça ferme bien mais : "un point d'accueil hebdomadaire sera mis en place en remplacement de la trésorerie. Un agent des finances publiques accueillera et renseignera les usagers chaque semaine sur l'ensemble des questions relevant des finances publiques : impôts des particuliers, impôts des entreprises, taxes foncières, factures du secteur public local, cadastre, donations, etc."

A  Vic-sur-Seille, "il sera possible de se faire aider dans toutes ses démarches relatives aux finances publiques (impôts, amendes, factures du secteur public local, etc.) à la Maison des services publics."

Enfin pour l'ensemble du Saulnois, "le paiement en espèces ou par carte bancaire de ses factures d'impôts et ses factures de services publics (eau, assainissement, périscolaire, restauration scolaire, hôpital, etc.) est désormais possible chez les buralistes de Château-Salins, Dieuze et Vic-sur-Seille".
 
Enfin, pour aider les élus locaux et leurs services dans les domaines comptable, budgétaire, financier et fiscal, deux cadres des finances publiques, entièrement dédiés à la mission de conseil, seront implantés auprès de la Communauté de communes du Saulnois. L'un aura dès 2021 son bureau à Dieuze et l'autre à Château-Salins à compter de 2022.
 
Et si cela ne suffisait pas on nous annonce que des rendez-vous pourront être pris par téléphone ou par visio conférence avec les services de Metz et Sarrebourg. La CCS surveillera ça de près en envoyant un représentant au comité de suivi de la réforme. Ouf !
 
Au final et à lecture de cet article, on ne sait si on doit se réjouir ou se désespérer. Les élus ont fait le boulot (on n'en attendait pas moins de leur part ) en préservant pour quelque temps encore une famélique présence de l'administration financière. Mais pour combien de temps ? Et que feront ces élus lorsqu'il faudra choisir le programme politique du prochain président de la République qui évoquera les réductions budgétaires, les coupes sombres dans le budget de l'Etat et les futures fermetures de Trésoreries ?
 

echo

On salue sur ce site le retour d'un journal d'information "L'Echo de Moyenvic". Un bulletin d'information à destination des habitants de l'ancienne cité du sel qui avait disparu de la circulation sans que l'on sache pourquoi, il y a...douze ans !

Créé en 2001 à l'initiative de quelques conseillers municipaux, le journal reparaît enfin sous l'impulsion d'un élu super motivé qui rétablit ici un lien important avec les administrés.

Autrefois trimestrielle, la parution désormais semestrielle présente les décisions du conseil municipal, les projets, les informations, l'état civil, les animations. L'histoire est également évoquée comme dans ce premier numéro où l'on découvre l'histoire du monument aux morts ou de la borne située devant l'église.

Vous pouvez retrouver les anciens numéros de l'Echo de Moyenvic en cliquant ici

 

orgues2

25 ans après sa dernière restauration, l'orgue monumental de l'église de Château-Salins vient de connaître un toilettage complet. Il a fallu procéder au démontage et au nettoyage des 3000 tuyaux de l'instrument avant de réaccorder le tout.

Si cet évènement somme toute banal mérite d'être évoqué sur Grain de sel, c'est que les grandes orgues de l'église Saint-Jean Baptiste de Château-Salins sont chargées d'histoire. En effet, l'instrument a été construit en 1780 pour la prestigieuse abbaye de Salival, qui se trouve à deux kilomètres de Moyenvic. Les tourments de la Révolution française ont poussé les moines à le mettre à l'abri à....Château-Salins. Réparé et transformé au XIXè, il fut fortement endommagé par les bombardements américains en 1944. En 1960, il est reconstruit selon un style néo classique, néo baroque. Il tombe dans l'oubli avant d'être réhabilité en 1995.

A propos de Salival :

Fondée au XIIème siècle par Mathilde de Hombourg, comtesse de Salm, sur le territoire de la commune de Bourmont et tout près d’une ancienne villa gallo-romaine, l’abbaye de Salival s’est peu à peu développée grâce aux dons que faisaient les nobles, les bourgeois et même les paysans des localités voisines. Les dons (terres, maisons, journées de travail..) permettaient alors de s’attirer les faveurs divines à l’heure du jugement dernier. Au fil des siècles, les possessions dépassaient largement le cadre du Saulnois.dessinsalival

Les moines qui vivaient là avaient une grande activité agricole. Ils produisaient des céréales, du vin. L’élevage représentait une part importante de leur production. Ils profitaient également du sous-sol de la région en extrayant le sel dans les salines de Saléaux près de Lezey ou de Salonnes. Les moulins à proximité leur permettaient de vivre en totale autarcie.

En plus de leur temps de prière, les moines copiaient également de nombreux livres et ils ont constitué une importante et réputée bibliothèque. Cinq de ces ouvrages ont été achetés en 2003 par la bibliothèque de Vic-sur-Seille. Ils sont consultables sur place.

Ruinée et dévastée par les protestants en 1590, elle le fut à nouveau à la Révolution française et les biens de l’abbaye furent alors dispersés. Elle devint une sucrerie sous Napoléon. En 1806, le blocus empèche les importations en sucre de canne , il fallait donc produire du sucre sur le territoire français ; il était produit à Salival à partir de la bettrave. L’imposante cheminée en briques témoigne de cette activité agricole originale dans notre région.

100879938 3222802861084413 4239282748654616576 o

A l'instigation de la comcom du pays de Sarrebourg Moselle Sud qui mène le projet depuis quatre ans, le Saulnois s'est associé à la candidature pour devenir réserve mondiale de biosphère de l'UNESCO en 2021.illu Ramsar NUM 0724

Les réserves de biosphère sont des sites désignés par les gouvernements nationaux et reconnus par l’UNESCO (Organisation mondiale des nations unies pour l'éducation, la science et la culture)  pour promouvoir un développement durable basé sur les efforts combinés des communautés locales et s’appuyant sur des connaissances locales et scientifiques. Il en existe 14 en France, 701 dans le monde réparties sur 124 pays.

Les  zones  choisies  par  l’UNESCO remplissent trois fonctions fondamentales :

-  conservation des paysages, des écosystèmes, des espèces...   

-  développement  économique et humain durable

- logistique pour fournir un soutien à la recherche, à l’éducation et à l’échange d’informations concernant les questions locales, nationales et mondiales  de   conservation et  de développement. 

Si l'instance internationale valide le dossier sud mosellan, notre territoire gagnera une reconnaissance supplémentaire pour ses richesses naturelles exceptionnelles. Pour le Saulnois, il s'agit évidemment des zones humides de l'étang de Lindre et de la vallée de la Seille, des centaines d'espèces d'oiseaux, du sonneur à ventre jaune, de la salicorne.....

701sites

 

Jérôme End, Président de la Communauté de communes du Pays du Saulnois a signé, la semaine dernière, de façon symbolique, le dépôt du dossier, avec ses homologues du Pays de Sarrebourg et du Pays de Phalsbourg. 

La réponse de l'UNESCO sera connue dans six mois.

 

brancusi

C'est dans l'air du temps, un peu partout dans le monde on déboulonne les statues. Le Saulnois n'est pas en reste et c'est à Dieuze que ça se passe.

Pour être tout à fait précis, dans la cité des académiciens, on va..déplacer les statues. Deux sculptures qui ont beaucoup fait jaser lors de leur implantation.

Si dans de nombreux pays ce sont les actes des hommes statufiés qui posent problème, à Dieuze ce sont les sites sur lesquels les statues ont été placées par la Municipalité précédente qui ont créé la polémique et fait naître la volonté pour la nouvelle équipe d'élus de changer les choses.

La première, la statue de Marie Madeleine trônait dans la salle des fêtes municipale de La Délivrance. Une oeuvre superbe de Jean François Laurent de Lezey qui va quitter l'espace culturel pour se rapprocher de l'espace cultuel, l'église du même nom, et retrouver ainsi des sphères plus religieuses.

La seconde, c'est l'oeuvre d'art de l'artiste roumain Remus Botarro, qui habite désormais à Dieuze, artiste pour lequel l'ancien maire Fernand Lormant avait les yeux de chimène. Un portrait ou un autoportrait de Brancusi posé sur un socle de l'artiste dieuzois installé devant la mairie.

La sculpture va trouver désormais sa place dans le parc des sculptures où habite Rémus Botarro.