afficheot

Depuis la création de l'office de Tourisme du Pays du Saulnois, structure dépendant de la Communauté de communes, une équipe (exclusivement féminine) oeuvre sur trois sites pour valoriser ce territoire et ses innombrables richesses. 

A Château-Salins, pour les directrices ou dans les deux bureaux d'information situés à Dieuze et Vic sur Seille, on met en avant les atouts du Saulnois. 

Pour les faire découvrir aux touristes de passage mais également aux habitants du Saulnois qui ne connaissent pas tous les trésors offerts par la nature et l'histoire prestigieuse du pays du sel on met en place des animations, des visites guidées, des randonnées originales, on diffuse des documents (guides, plans, cartes..). Les deux boutiques permettent également de vendre les produits culturels, gastronomiques réalisés dans le Saulnois.afficheot2

Le site Internet et la page Facebook sont les fenêtres sur la toile de cet immense territoire qui va de Chambrey à Albestroff, de Lagarde à Delme. 

Pour trouver une idée de sortie, pour visiter, pour obtenir des informations sur les restaurants et les hébergements ou faire quelques emplettes locales, rendez-vous donc à Dieuze, dans l'enceinte des Salines Royales ou à Vic sur Seille à  l'Hôtel de la Monnaie. 

Tél : 03  87 01 16 26 ou 03 54 77 00 15

Horaires d'ouverture des deux bureaux d'information : 

- Du 1er octobre au 23 décembre et du 9 janvier au 31 mars

Du mardi au samedi : de 9H30 à 12H00 et de 13H30 à 17H00
 
afficheot3

 

- Du 1er avril  au 30 septembre

Du mardi au vendredi : de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 18h00                   

Le samedi de 9h30 à 12h30 et de 14h00 à 18h00               

Dimanche de 10h00 à 12h30 et de 14h00 à18h00

mirabelle2020Impossible lorsqu'on se balade dans le Saulnois, d'échapper aux très nombreux vergers de mirabelliers. Actuellement, on récolte cette petite prune jaune délicieuse qui fait la renommée de la région aux quatre coins de la France. 

Les arbres sont remplis et vous pouvez aller marauder quelques mirabelles pour vous faire un petit plaisir égoïste. Si vous connaissez un ami qui possède un verger, alors demandez lui de vous offrir suffisamment de fruits pour réaliser une tarte et régalez vous ! 

Quelques infos sur la mirabelle...

Histoire : Fruit du mirabellier, on situe assez précisément son origine en Chine, les théories sont en revanche divergentes sur son arrivée en France. La théorie la plus courante est qu’elle aurait été rapportée de croisades au 15e siècle par le Duc d’Anjou et de Lorraine, René 1er.
Son nom : L’origine de son nom est elle aussi obscure. Il est probable qu’elle dérive du latin "mirabilis", qui signifie "belle à voir". Mais elle peut également avoir été nommée ainsi en 1430 par un fonctionnaire de Metz qui s’appelait Mirabel.

Ses vertus : La mirabelle est riche en fibres, notamment de la pectine, ce qui lui donne des propriétés laxatives. La pectine est également importante pour réguler le taux de cholestérol.

Cette espèce de prune fait partie des fruits les plus énergétiques car elle apporte 60 calories pour 100 g. Elle est par ailleurs riche en sucres puisque 100 g de mirabelle fournissent 15 g de glucides, qui sont pour l’essentiel des sucres simples. Ceux-ci sont facilement transformables en énergie par l’organisme.

C’est également une source de vitamines, en particulier de la vitamine A. Celle-ci est notamment importante pour entretenir la santé de votre peau ainsi que votre vue. La mirabelle est d’autre part une bonne source de vitamine C.

Elle apporte enfin à votre organisme de multiples sels minéraux et oligo-éléments, essentiels pour le bon fonctionnement du métabolisme. Le potassium est particulièrement présent, mais la mirabelle apporte également des quantités intéressantes d’autres minéraux, comme du phosphore, du magnésium, du calcium, du fer et du cuivre.

Production : Avec 15 000 tonnes par an, la récolte de mirabelles en Lorraine représente 70 % de la production mondiale.

 

LaTour Sebastien Vic

S'il est un site culturel qui devrait attirer un large public dans le Saulnois pendant les vacances, c'est bien celui là ! Le musée départemental Georges de la Tour de Vic sur Seille est un écrin qui évoque un des maîtres de la peinture du XVII ème siècle né dans ce village en 1593. 

On y est allé pendant ce séjour post confinement et malheureusement, rien n'incite les habitants du Saulnois ou les touristes à se rendre en nombre dans cette petite cité de caractère pour découvrir les oeuvres ou la vie du grand peintre. 

Le Département de la Moselle n'a pas vraiment la culture chevillée au corps. Son président Patrick Weiten a décidé de faire la part belle au gadget numérique ! Il ne jure plus que par la réalité augmentée. Etonnant lorsque vous visitez un musée des beaux arts. Ici le produit d'appel, ce ne sont pas les tableaux ou les expositions temporaires,  c'est une sorte de jeu vidéo où vous découvrez casqué une pseudo reproduction de l'atelier du peintre. Moins étonnant lorsque vous apprenez qu'il n'y a pas de conservateur qui dirige sur place ce musée pourtant labellisé "Musée de France". On peut effctivement tout imaginer comme exposer ici une peinture d'un artiste local, intronisé artiste de référence par le maire d'une localité voisine. Mais qui conseille donc cet homme politique en matière culturelle ? botarogdt

 Comble de malchance pendant notre passage, l'unique tableau de Georges de la Tour du musée, le fameux Saint-Jean Baptiste dans le désert n'était plus là ! Prêté à Milan, son absence va décevoir les visiteurs qui ne pourront se consoler avec le tableau de substitution proposé : une peinture de Nicolas Tournier. 

Malgré ce gâchis permanent, cette triste léthargie culturelle, on espère sincèrement que des visiteurs passeront par Vic sur Seille et son musée qui vit autrefois des expositions prestigieuses drainer des dizaines de milliers de visiteurs. On espère aussi que le jeune président de la Communauté de communes du Saulnois, également maire de Vic sur Seille, Jérôme End, fort de ce nouveau pouvoir, ira défendre auprès des instances départementales ce site d'exception. 

 

632769024784923768

Il y a un an jour pour jour, il rouvrait 3 km de la voie ferrée Dieuze-Bénestroff en y faisant rouler des vélorails. Succès immédiat pour cette animation inédite dans le Saulnois. Au début du mois, il lançait en Alsace bossue, à Drulingen, sa ville natale, ses engins sur d'autres rails pour un autre parcours original. Depuis, il se partage entre les deux sites avec le même enthousiasme.

wolfcor

Aujourd'hui, Wolfgang Schaeffer, épaulé par les membres de son association le Saulnois D'Rails, inaugure à Dieuze un nouvel espace d'accueil du public. Un ancien wagon de voyageurs construit il y a un peu moins d'un siècle en Allemagne dans le cadre des dédomagements de guerre consécutifs à la Première Guerre Mondiale.

La voiture longue de 21 mètres est posée sur une nouvelle voie ferrée longue de 140 mètres réalisée par l'association avec l'aide l'entreprise de terrassement CLT de LEY. Les rails ont également une histoire, ils viennent d'Ohio (USA) et ont été amenés par les Américains en 1944 pour réparer les dégâts des bombardements de la seconde guerre mondiale et pour permettre d'avancer ainsi jusqu'à Berlin. 

inaugvelorail19b

 

Plus tard, vraisemblablement au printemps prochain, Wolfgang aimerait que dans ce wagon on puisse déguster des tartes flambées en buvant les bonnes bières locales avant ou après la balade sur ses vélorails. Le hangar en bois qui appartient toujours à la SNCF pourrait lui servir de salle d'expo sur l'histoire des trains. 

En attendant, il aimerait que les acteurs du tourisme local l'aident davantage à valoriser son animation. Il verrait bien des offres couplées avec les visites des sites emblématiques du Saulnois comme le fait par exemple la comcom d'Alsace Bossue avec son Vélorail  à Drulingen.  

Infos pratiques pour aller pédaler sur la voie ferrée en cliquant ici

 

 

 

eliselucet

Les véhicules électriques ont le vent en poupe, l'Etat aide à grands coups de subventions les entreprises et particuliers qui achètent des vélos ou des voitures électriques. Le parc s'agrandit à la vitesse grand V mais avec lui se profile également le développement ultra rapide du grand marché du retraitement des batteries utilisées pour délivrer la précieuse énergie. 

vaerecycl

Une équipe de journalistes de l'émission de reportage Envoyé spécial, diffusée chaque jeudi sur France 2 était à Dieuze dernièrement  pour visiter l'usine EuroDieuze (VEOLIA) qui recycle justement ces composants. L'usine qui est une des seules en France à retraiter ces produits est appelée à croître. 

Mais quand on parle d'EuroDieuze, on ne peut pas ignorer les nombreux incidents qui ont jalonné la vie de l'entreprise depuis son installation sur la zone industrielle route de Vergaville. Des incendies à répétition, des explosions qui, pour une usine classée SEVESO III, peuvent inquiéter les habitants de l'ancienne cité du sel. En mars dernier encore les secours avaient dû intervenir pour un incendie heureusement rapidement circonci. 

Et c'est pour cette raison que les envoyés spéciaux d'Elise Lucet ont aussi interrogé les responsables de l'association AVOINE, créée justement après le grand incendie d'août 2010 qui avait presque totalement détruit l'usine EuroDieuze. 

Le reportage sera diffusé au mois de septembre. 

En attendant vous pouvez découvrir EuroDieuze sur Juvelize.com en cliquant ici