sehr2Huit habitants à Moyenvic, six à Château-Salins, quatre à Donnelay, vingt à Dieuze, neuf à Guébling, quinze à Marsal, dix à Vergaville, un à Salival, un également à Juvelize, deux à Rodalbe, cinq à Conthil, trois à Lagarde, cinq à Albestroff, etc...de tous les villages du Saulnois, on est partis vers le Banat (actuelle Roumanie) entre 1750 et 1800. 

Une émigration volontaire initiée par l'ancien duc de Lorraine François III devenu François 1er Empereur du Saint Empire Romain Germanique. On offrait aux candidats à l'émigration 12 hectares, une ferme, quelques animaux et outils agricoles sur ce territoire d'Europe de l'Est, grand comme la Belgique. On construsait aussi une église dans ces nouveaux villages, aux noms rappelant la Lorraine (Saint Hubert, Charleville, Seultour, Mercydorf...) car en plein touments religieux ces Lorrains, très catholiques et germanophones étaient d'un grand secours, pour l'Empereur catholique lui aussi, face aux menaces des Protestants d'un côté et des Ottomans de l'autre.

Outre les deux mille habitants du Saulnois recensés on évalue à cinquante mille les Lorrains expatriés dans cette région d'Europe qui chevauche actuellement trois pays : la Roumanie, la Serbie et la Hongrie. Mais l'histoire des Banatais lorrains s' achèvera tragiquement. Enrolés de force dans l'armée allemande en 1939, ils furent persécutés par les Russes après le conflit. 

C'est cette histoire qu'a contée, avec brio,  Michel Rémillon, ce vendredi 30 janvier dans la salle des fêtes de Marsal. La conférence est visible dans son intégralité dans les deux vidéos ci-dessous.

 -

 

A l'issue de l'exposé, un homme dans la salle s'est levé et alors que l'on attendait qu'il pose une question au conférencier il a raconté qu'il était né...au Banat. C'était un descendant de ces Lorrains exilés revenus habiter en Lorraine, sur la terre de ses ancêtres, bouclant ainsi la boucle d'une histoire incroyable commencée il y a deux cent cinquante ans.

Né près de Belgrade, à Modosch (aujourd'hui Yascha Tomic), en 1941, Stéphan Sehr vit désormais à Chambrey. 

Cette conclusion émouvante a permis d'enrichir un peu plus cette conférence de grande qualité qui s'est conclue par le verre de l'amitié. 

sehr

Cette rencontre culturelle s'inscrit dans un cycle de conférences organisé par les associations des Amis du musée du sel et de Chemins faisant.

Le prochain rendez-vous est fixé au vendredi 27 mars, à 20h, dans la salle d'Haraucourt sur Seille avec l'exposé de l'archéologue Laurent Forelle. 

L'UFC Que choisir Moselle Sud avait organisé ce vendredi 30 janvier, à Dieuze, une réunion sur la future organisation du ramassage des ordures ménagères qui se prépare actuellement à la Communauté de communes du Saulnois.

Malheureusement, la communication autour de la mise en place de la redevance incitative a dû connaître quelques couacs puisque l'info n'est passée que le matin même dans la presse locale ce qui est bien dommage pour un sujet qui interesse pourtant les 30 000 habitants du Saulnois. 

Mais notre confrère de Juvelize.com veillait et a pu assister à cette rencontre pour nous livrer un compte rendu que vous pourrez lire sur son excellent site en cliquant sur la vignette ci-dessous : 

ordures

bio2Les paysans bio de lorraine se mobilisent et revendiquent une politique plus affirmée en faveur de cette agriculture vantée par tous en public mais qui dans les faits se heurte aux nombreux lobbys qui gravitent autour de l'agroalimentaire. 

Pour se faire entendre ils organisent une manifestation sous la forme d'un casse-croûte paysan, le mercredi 4 février, de 11h à 14h, place Saint-Jacques à Metz. Une pétition est également en ligne pour les soutenir en cliquant ici

 

Voici le texte de leurs revendications : 

STOP à l’hypocrisie !
Pour une politique en faveur de la bio qui ne se limite pas au discours. Notre Ministre annonce vouloir doubler les surfaces en bio or le budget alloué à la bio n’est pas capable de couvrir les besoins ! En Lorraine, il manque 40 millions d’euro pour y parvenir !
Nous demandons une réorientation budgétaire pour avoir les moyens des objectifs annoncés.


STOP aux aides à 2 vitesses !
Un paysan bio qui respecte l’environnement et la santé touche moins d’aide qu’un agriculteur qui utilise des pesticides ! De plus avec l’enveloppe actuellement prévue seuls les paysans passant en bio pourront prétendre à une aide !
Nous demandons une réorientation budgétaire pour assurer un accès équitable aux aides de soutien à la bio à TOUS les agriculteurs de Lorraine. Nous demandons aussi une vraie progressivité des aides publiques pour que les montants soient cohérents avec les efforts fournis par les agriculteurs.


STOP aux à-coups sur le développement de la bio !
Avec une enveloppe budgétaire insuffisante, premier arrivé, premier servi ! Nous allons avoir une vague massive de conversions pour certaines précipitées. Cela aura un effet destructeur sur les circuits de commercialisation. Un afflux de produits à valoriser risque de déstabiliser les filières et de fragiliser les fermes engagées dans une certification biologique. C’est une menace sur les emplois agricoles.


Nous demandons des arbitrages budgétaires pour assurer un développement cohérent de la bio qui puisse répondre aux attentes des consommateurs.
Soutenez les paysans bio de Lorraine et leurs filières ! Soutenir le développement de la bio c’est soutenir une agriculture respectueuse de l’environnement,
une agriculture respectueuse de la santé,
une agriculture respectueuse des terroirs et de la qualité de vie, une agriculture génératrice d’emploi.

 

bio

affiche les jours heureux

 

Entre mai 1943 et mars 1944, sur le territoire français encore occupé, seize hommes appartenant à tous les partis politiques, tous les syndicats et tous les mouvements de résistance vont changer durablement le visage de la France.

Ils vont rédiger le programme du Conseil National de la Résistance intitulé magnifiquement : « Les jours heureux ».
Ce programme est encore au cœur du système social français puisqu’il a donné naissance à la sécurité sociale, aux retraites par répartition, aux comités d’entreprises, etc.

Un film documentaire, réalisé par Gilles Perret, sorti en 2013 retrace cette belle Histoire de France. Il sera projeté à la MJC de Dieuze, le vendredi 6 février, à  20h. Un débat public sur l'engagement citoyen suivra la projection. 

 

Le magazine culturel lorrain l'Estrade n'en finit pas de grandir !

Après la belle réussite de son édition consacrée à tous les arts, l'équipe du journal avait créé un supplément Economie et sociéte.

Voici maintenant un cahier destiné aux Juniors. 

Très belle initiative à souligner d'autant que ce magazine est gratuit. 

Découvrez l'Estrade Juniors en cliquant sur la vignette ci-dessous : 

estradejunior