xanreycirqueLa Communauté de communes  a proposé pendant les vacances scolaires aux Municipalités du Saulnois d'accueillir des stages à vocation culturelle destinés au jeune public de notre territoire. Cette semaine avait lieu à Xanrey, une session dédiée aux arts du cirque. 

Animé par Agnes et Laurent Diwo de la Compagnie nancéienne la Gigogne, le stage qui s'est déroulé du 24 au 28 août, dans la salle des fêtes du village, a concerné treize bambins âgés de 5 à 11 ans. 

Des enfants venus de Vic, Haraucourt, Marsal, Saint-Médard et Xanrey qui ont, de 10h à 12h et de 13h30 à 15h30, essayé foulards, balles, bâtons fleur, pédalettes, assiettes chinoises, rolla bolla, boules chinoises, fil de fer et échasses.

Chaque jour, on a pu constater la progression de chacun avec en point d'orgue de cette semaine studieuse le spectacle d'une grande qualité présenté aux parents le vendredi après-midi. 

Fiers et très applaudis, les protagonistes, participants et animateurs, ont partagé, avant de se séparer, le goûter de clôture d'un stage très réussi. 

Le site de la Compagnie la Gigogne

orgues2C'est un véritable monument historique qui sera fêté à partir du 30 août à Château-Salins, dans l'église paroissiale Saint-Jean Baptiste. L'orgue monumental qui trônait autrefois dans l'abbaye des Prémontrées de Salival, transféré pendant la période révolutionnaire à Château-Salins, sera au centre des festivités organisées en son honneur par l'association des Amis de l'orgue de Château-Salins.

Abîmé, restauré, transformé, l'orgue a été totalement réhabilité, en 1995, par Michel Gaillard, facteur d'orgue pour la maison Aubertin. 

L'association des Amis de l'orgue de Château-Salins propose, pour marquer cette date anniversaire de la restauration de l'exceptionnel instrument, de nombreux évènements jusqu'au mois de décembre : salival52

Dimanche 30 août, 16h : Concert des 20 ans, avec Philippe Delacour (orgue) et Joël Schwartz (trompette)

Dimanche 20 septembre, Journées du patrimoine, visites guidées et auditions, 14h à 18h

Dimanche 4 octobre, 16h, Dominique Breda et les Choeurs de Vic et Morhange dirigés par Jérôme End

Dimanche 6 décembre, 16h, concert de la saint-Nicolas, Norbert Pétry

Le programme complet en cliquant ici

Visiter le site des Amis de l'orgue

orgue

 

 

fr3

Ce que l'on va désormais appeler l'affaire des sites Moselle passion prend de l'ampleur puisque la télévision vient de réaliser un reportage sur le sujet. Le personnel s'inquiète du plan de restructuration que se trame en coulisse et  le fait savoir.

Le reportage a été diffusé au 12/13 de France 3 Lorraine, vendredi 28 août. Vous pouvez le retrouver dans la vidéo ci-dessous : 

 

 

Voir aussi les articles de Grain de sel :

La mise au point de Jean-Claude Cunat

Coup de tonnerre culturel en Moselle

conclusconfRetrouvez dans les vidéos ci-dessous l'intégralité de la conférence donnée ce vendredi 28 août, par Laurent Olivier, responsable de la quinzième campagne de fouilles archéologiques, à Marsal.

Un exposé d'une heure suivi par une cinquantaine de personnes dans lequel le spécialiste du monde celte, Conservateur en chef au musée des Antiquités nationales, dresse le bilan des recherches menées cette année sur le site du Pransieu à quelques mètres des remparts de Marsal. 

Une campagne de fouilles très lucrative qui aura permis d'accroître nos connaissances sur les sauniers qui extrayaient le sel dans notre région il y 2600 ans. 

 

calcat

Régulièrement apostrophé sur Grain de sel à propos de son attitude jugée trop discrète face au projet privé d'installation d'un méthaniseur aux limites de sa commune, le Maire de Marsal, Bernard Calcatera a souhaité s'exprimer sur notre site pour expliquer sa position. L'origine privée du projet ne l'empêche pas d'intervenir tant l'impact public est important dans ce dossier. Il a également abordé un autre thème sensible du moment : les restructurations des sites Moselle passion.

Le méthaniseur 
Pour lui, à l'origine, le projet de méthaniseur était un beau projet. Traiter des effluents pour les rendre moins nocifs est une bonne chose mais à certaines conditions.
Ecologique et à taille humaine au début (il ne concernait que quelques agriculteurs), le dossier prend des proportions industrielles qui l'inquiètent. (23 agriculteurs maintenant) Le projet a débordé. Les agriculteurs locaux sont des bons agriculteurs mais pas des industriels. Ce n'est pas une construction anodine.

Annoncé comme l'un des plus grands méthaniseurs de France avec ses quatre cuves de vingt-cinq mètres de diamètres, le bassin de plus de 100 mètres de long, plus de 50 mètres de large où l'on stockera une demi-année de production d'effluents, le méthaniseur n'est pas installé, pour le premier magistrat marsalais, à un endroit propice et stratégique pour son exploitation.

Le site n'est pas très accessible aux engins qui vont circuler là. Le lieu est pentu. Ce ne sont pas les agriculteurs qui vont apporter eux-mêmes la matière première ou enlever les matières traitées. Ils vont utiliser, par tous les temps, les services d'un transporteur extérieur (à part peut-être les Marsalais ou Haraucourtois) ce qui aura un impact important sur la circulation. Bernard Calcatera a mis d'ailleurs des restrictions sur l'utilisation des chemins sur la commune qui ne sont pas prévus pour supporter de telles charges.

L'impact environnemental n'est pas bon également. Au départ ce projet est élaboré pour protéger l'environnement. Il ne faut pas que l'installation elle-même pollue cet environnement : pollution visuelle, pollution olfactive, proximité d'un site historique, proximité de la Seille et des ultra-sensibles labéllisées « Natura 2000 » et en ZNIEF.

Le maire de Marsal ne comprend pas qu'un tel projet ait été validé par les ABF et les intégrations paysagères prévues ne sont pas là pour le tranquilliser ni pour le satisfaire.
Autre inquiétude est l'apport prévu de culture dédiée, le maïs, notamment qui nécessite pour sa croissance beaucoup d'eau et de nombreux engrais et de produits de traitement. Incompatible avec cette idée de projet écologique vanté par certains. 

Le maire de Marsal, ex-spécialiste de la gestion industrielle, a aussi un grand doute sur la rentabilité du projet dans les conditions annoncées. Le but de toute entreprise économique étant de générer des résultats ; l’investissement lourd des agriculteurs, déjà appauvris par les prix bas contestés de toutes part de leur production, ne sera pas un gage certain de résultats positifs et de survie. De nombreuses structures de méthanisation ne sont pas aussi rentables que ce qui avait été annoncé lors de l'élaboration des projets. 

Sur l'emplacement maintenant, Bernard Calcatera pense que d'autres sites beaucoup moins sensibles étaient envisageables. Par rapport aux localisations des exploitations agricoles concernées, entre Dieuze et Moyenvic, il y avait d'autres lieux plus accessibles et tout aussi non inondables le long du pipeline qui recevra le gaz produit sans coût supplémentaires et surtout avec l’avantage de ne pas être situé aux portes du site touristique le plus important de notre arrondissement.

Sites Moselle passion et les restructurations à venir
A propos des sites Moselle passion, le maire est très inquiet. Egalement Président de l'Office de Tourisme du pays du Saulnois, de Vic et environs, le maire de Marsal déplore que le Conseil départemental se désolidarise complètement des acteurs locaux.
Le Département de la Moselle est en train de scier l’arbre public qui a été planté par plusieurs générations de ses prédécesseurs et de bénévoles du milieu touristique et culturel local.

La politique de l'OT s'appuie sur les sites Moselle passion du Saulnois  et les fermetures pendant cinq mois des musées de Vic et Marsal sont des handicaps lourds pour notre territoire. A aucun moment, le Département n'a évoqué la gestion et l'avenir de ces sites avec le président de l'OT, avec les maires concernés, avec la Communauté de communes du Saulnois, avec les associations locales. Les nominations changeantes à la tête des musées, les incertitudes concernant le personnel ne contribuent pas au travail serein des structures. 

Preuve du dédain départemental, le premier magistrat s'étonne de voir débarquer des élus de Sarreguemines ou d'ailleurs lors des inaugurations d'expositions ou manifestations comme la fête gauloise sans que lui ne soit associé. Il regrette aussi l'urgence et la légèreté avec laquelle on a sollicité les associations locales pour les repas lors de cette fête. 
Bernard Calcatera ajoute pour la défense du département, il faut aussi dire que de nombreux élus de notre territoire pensent que le tourisme et la culture n’ont rien à faire chez nous, que cela ne sert à rien…que cela coûte trop cher…

Il nous reste encore beaucoup de travail, conclut le maire, si l’on ne veut pas que d’ici une vingtaine d’années notre territoire ne soit peuplé que d’agriculteurs et de personnes du quatrième âge…