noubaLa Fanfare Nouba du 1er régiment de Tirailleurs d'Epinal a rempli l'immense salle des fêtes de la Délivrance à Dieuze.

Plus de 500 spectateurs massés pour vibrer au son des instruments de ces militaires musiciens. Ces derniers étaient accompagnés en début et fin de concert par la fanfare locale des Métronomes. Un militaire historien donnait quelques informations précieuses sur le Régiment, les tenues ou les morceaux joués. nouba2

En tout, c'est plus d'une vingtaine de morceaux qui auront été joués par la fanfare Nouba. Une formation qui aura séduit l'assemblée ravie de cette après midi applaudissant debout les musiciens au moment de leur dernière prestation. 

Pour mémoire, voici la liste des morceaux joués : 

Marche de la garde à Marengo, marche des Tirailleurs, Les dragons de Noailles, Fanfare en prélude à la Péri, Le rêve passe, Alasace-Lorraine, Le clairon, Preussens Gloria, La victoire ou la mort, Marche du 8ème RTM, Colonel Bogey, La Madelon, The Mansions of the Lords, Birdland, Libertango, Games of Thrones, Mon amant de Saint-jean, la fille du régiment, Salut au 85 ème, Fleurs de Paris.

Retrouvez un extrait du concert dans la vidéo ci-dessous :

 

 

leroylettreRégulièrement le Sénateur de la Moselle, Philippe Leroy, s'adresse aux maires de notre département. Pour cette rentrée, il a envoyé une lettre que vous pouvez retrouver dans intégralité :

 
C’est le moment pour moi de m’adresser à vous. En pleine difficulté économique, l’Europe fait face à l’afflux de demandeurs d’asile.
Nous devons nous montrer généreux et solidaires. Cependant, il n’est pas critiquable de s’inquiéter aussi pour les Français en difficulté. Cela étant dit, j’en viens à des thèmes plus locaux et non moins importants.

Économie, patrimoine et tourisme
Les dés sont jetés, la Moselle et les Mosellans s’apprêtent à entrer dans la région ALCA. Nous y allons pour valoriser toutes nos potentialités sur ce grand territoire riche de ses frontières avec l’Allemagne, la Suisse, le Luxembourg et la Belgique.
Toutes nos communes sont invitées à relever le défi : dans le pays messin, le sillon mosellan, le bassin houiller, les pays de la Nied, de Bitche et Sarreguemines, de Sarrebourg et de Château-Salins.

N’y allons pas à reculons, et offrons à nos voisins l’image d’un département ouvert et confiant, riche de son passé et de son million d’habitants. C’est l’image que nous avons su construire en diversifiant notre économie, en aménageant et fleurissant nos communes, en valorisant nos richesses patrimoniales. Nous avons su nous donner de la qualité de vie ainsi qu’une nouvelle notoriété nationale et internationale favorable aux investissements.
Région, département, villes, villages et initiatives privées ont participé, avec passion, pas à pas, au déploiement d’un formidable réseau d’initiatives patrimoniales porteuses d’avenir et de réussite. Aux côtés des aménagements diffus sur tout notre territoire, retenons quelques-uns des grands sites emblématiques : Pompidou, Amnéville, les musées des mines de fer, Malbrouck, le Hackenberg, le Simserhof, Gravelotte, le Carreau Wendel, les musées de la faïence et du cristal, la Citadelle de Bitche, Bliesbrück, Meinsenthal, Laquenexy, le Lindre, les jardins de Manom, de Pange et de Sarreguemines, Sainte Croix, le chemin de fer forestier d’Abreschviller, le plan incliné, les cordeliers à Sarrebourg, le musée Georges de la Tour à Vic, le musée du Sel à Marsal, la cour d’Or, Center Parcs,.... sans oublier notre classement dans les rangs des grands départements fleuris.
Voilà l’image d’une Moselle qui se renouvelle et qui avec son vin et ses restaurants étoilés, soutient largement la comparaison avec les départements les plus dynamiques.
Il nous faut, avec raison, faire vivre et fructifier toutes ces richesses irriguant le tissu de nos entreprises et de leurs ambitions économiques.
Dans le passé, comme dans le futur, richesse et culture ont été et seront toujours associées pour le bien-être de tous.

Dotations
Ne revenons pas sur les mauvais coups portés aux dotations financières des collectivités, ne revenons pas sur les coûts des charges transférées et des normes imposées.
Intéressons-nous plutôt aujourd’hui et demain à l’idée de confier aux intercommunalités de tout rang – de la communauté de communes à l’agglomération – le soin de répartir les dotations financières de l’État aux communes les composant.
Dans le cadre de la baisse des ressources, jointe aux projets d’élire les délégués intercommunaux au suffrage direct, cette idée vient conforter une évolution vers la disparition de l’autonomie communale.
Peu nombreux sont ceux qui s’expriment sur cette question que je ne manquerai pas d’évoquer dans les mois qui viennent.
À travers les discussions, au cours de l’élaboration de la loi NOTRe, le Sénat a réaffirmé son attachement à la commune, cellule de base de notre démocratie locale, au sein d’intercommunalités, à la taille des bassins de vie.
La désignation des conseillers communautaires au suffrage universel dès 2020 a été supprimée : elle condamnait, à moyen terme, l’échelon communal.
L’abaissement du seuil pour les intercommunalités est passé de 20 000 à 15 000 habitants avec des dérogations pour des zones de faible densité ou montagneuses. Ce seuil n’évitera pas, en Moselle, le remaniement de la carte intercommunale.
L’allongement du calendrier de révision du schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) donnera du temps pour étudier les meilleures solutions. Prévu pour le 31 décembre 2016, il est reporté au mois de juin 201 7.
Le transfert des compétences « eau et assainissement » ne sera obligatoire qu’à partir de 2020.
Le Sénat, relayant la mobilisation des élus locaux, a réussi à faire reculer un texte qui vouait les communes à leurs disparitions. Il en résulte un texte de compromis, donc imparfait.

Tracasseries administratives
Les tracas administratifs que subissent nos vignerons mosellans mettent en péril l’extension souhaitable des vignobles sur les friches boisées qui les environnent. Contrairement à l’esprit des lois, une interprétation maligne et tracassière freine cette évolution fort souhaitable à la fois pour l’économie et l’environnement.
Maire de Vic-sur-Seille, dans les années 80, j’ai relancé la vigne dans ma commune. Président du Conseil général, avec la Chambre d’agriculture, je me suis battu pour obtenir l’A.O.C. des vins de Moselle en 2010.
Je comprends donc les viticulteurs qui après avoir réalisé des progrès énormes, rencontrent des difficultés administratives injustifiées.
Avec les maires concernés et en lien avec les professionnels, il faudra chercher le dialogue auprès de l’administration et du Préfet pour trouver des solutions ad hoc.
Les réseaux très haut débit sont un investissement indispensable pour préparer l'avenir de notre territoire.
Je souhaite bonne chance au plan du Conseil départemental à travers le syndicat mixte ainsi qu'aux initiatives intercommunales.
Par ailleurs, le Groupe la Poste, avec la création des Maisons de service public à Dabo et Alberstroff, permettra d'apporter des relais locaux à différents organismes, à travers, par exemple, des bornes internet et des permanences.
Cette initiative est à saluer.

Philippe Leroy, Sénateur de la Moselle

 

jeromehenryIl y a quelques semaines, Grain de sel présentait le projet ambitieux d'un son et lumière qui se déroulerait à Aulnois sur Seille.

Dirigé par Jérôme Henry, un habitant de Coûtures, professionel  du spectacle, les Contes et légendes du Saulnois pourrait drainer sur notre territoire des milliers de spectateurs.

Mais le dossier n'avance guère et Jérôme Henry se désespère. Il a donc pris la plume pour envoyer aux 135 maires du canton du Saulnois une lettre dans laquelle il fustige l'inertie, orchestrée par certains, qui empêche son projet de voir le jour.  Il espère ainsi convaincre la majorité d'adhérer au projet.

 

Coutures, le 18 août 2015

Objet : Présentation du projet de spectacle son et lumière LES CONTES ET LEGENDES
DU SAULNOIS.

Mesdames, Messieurs les Maires du Saulnois,

Je viens vers vous afin que toutes les personnes destinataires de ce mail détiennent les mêmes informations pour apprécier toute la justesse du projet de spectacle son et lumière intitulé LES CONTES ET LEGENDES DU SAULNOIS.

Cet apport de connaissances sur la faisabilité du projet permettra d’éviter les imbroglios, quiproquos qui sont légions depuis 2009, et qui ont eus comme conséquence de retarder ou de vouloir retarder l’aboutissement d’années d’effort et de travail.

Ce courriel va vous donner une présentation réelle, non déformée par les atermoiements de personnes assises dans leur confort et leurs prérogatives ne souhaitant pas voir évoluer Notre Territoire !
Ceux qui ont la critique négative facile, ne sont en aucun cas des forces de propositions ; que font-ils pour faire connaître notre Territoire ?
Quels sont leurs intérêts à ne pas vouloir voir aboutir ce projet ?
Veulent-ils conserver leurs prés carrés de peur qu’on leur reproche un jour de ne pas avoir eu l’idée de faire telle ou telle chose pour le Territoire ?

Certes, certains projets culturels ont vu le jour, en revanche sur de nombreux projets de spectacles et d’animations, la préférence s’est portée sur des compagnies ou des associations extérieures ! Alors qu’en se donnant la peine de référencer le potentiel des compétences techniques en matière d’art et de culture artistique, on aurait très bien pu fédérer des professionnels du territoire et allez chercher les compétences complémentaires ailleurs et non procéder de la manière contraire.
Pour quelles raisons ?
Serait-ce parce que des personnes extérieures ont une implication éphémère sur le Saulnois et que cela permet d’éviter qu’elles prennent trop d’importance de par leur dynamisme et compétences ? Les habitants du Saulnois sont pourtant demandeur de mouvements et non d’immobilisme.
Ou alors serait-ce que si un habitant du Saulnois se révèle une véritable force de proposition en démontrant son savoir-faire par des actions concrètes, cela pourrait lui favoriser l’accession au « trône » ? Il est certainement urgent de penser différemment et de faire bouger les choses et les idées rétrogrades !

Une certaine jalousie et incompétence à ne pas être capable de faire émerger un véritable projet fédérateur sur leur Territoire froisserait-il le « Principe de Peter » de certains ? Il faut savoir où commence son incompétence et non le contraire !
Certaines personnes mettent en doute et tentent sans connaitre de raisons valables de minorer l’impact du projet ! Il est facile de se comporter en victime et d’acculer autrui plutôt que de faire le constat des ses propres échecs, expériences et réalisations !

Des personnes jettent sans cesse la confusion dans l’esprit de certains par leurs interventions non productives et non constructives dont l’objectif me permet de m’interroger sur leurs intérêts sincères et véritables dans un projet de Territoire ?

Mieux encore, certaines personnes confondent ou font feint de confondre l’octroi ou la difficulté d’obtenir des subventions dévolues aux intérêts de leur commune avec celles destinées à ce projet d’envergure.
A ces personnes la réponse est simple et sans appel, les circuits culturels sont bien différents de ceux qu’ils tentent de maîtriser dans leurs besoins de fonctionnement.
Sur le coût global du projet et son budget de fonctionnent, qu’il eut été présenté avec « n’importe » quel montant, certains l’auraient de toute façon trouvé trop ceci, trop, cela…trop cher… alors qu’ils ne maîtrisent en aucune manière la réalité d’un projet artistique et ignorent les aspects techniques tels qu’ils vous sont présentés.
Le budget global est minoré et ajusté d’une précision millimétré (vous trouverez des informations financières dans le document de présentation en pièce jointe) grâce fait que de nombreux bénévoles y seront associés sur un plan associatif local, que les relations de 25 ans dans ce milieu me permettent d’obtenir de mes prestataires et partenaires des offres de prix préférentielles.
Etant résidant sur le Territoire, c’est une passion et envie de transmettre qui est plus forte que tout.

Admettre que certaines de ces interrogations légitimes sont bien fondées, OUI.

En Revanche, NON pour certaines d’entre elles qui jettent le doute et la confusion dans l’esprit des gens et remettre en cause le but louable et noble des CONTES ET LEGENDES DU SAULNOIS !

Ce spectacle son et lumière, qui demande quelques 18 mois de préparation (spectacle en août 2017), prodiguera une image attractive au niveau départemental, régional voire national et constituera une opération de communication interne par le recentrage de la population autour d’un grand projet commun.

Ce projet a comme point de départ une action fédératrice sur notre Territoire visant à mettre en synergie les acteurs culturels associatifs et professionnels.
Aucun projet d’une telle envergure n’a jamais été imaginé sur notre Territoire avec l’objectif de fédérer la population autour d’un grand projet social, culturel et économique.

Le spectacle apportera la possibilité de mettre à disposition du plus grand nombre des bribes de l’histoire du Pays du Saulnois.
L’histoire de notre Territoire est difficilement appréhendée par la majorité de ses habitants et encore moins par le reste de la population.
La transmission de l’histoire du Pays du Saulnois dans les classes du primaire et du secondaire sous forme d’interventions en corroborant l’état d’avancement de la mise en ouvre du spectacle sera engagée de la part de toute l’équipe de mise en scène.

Cet évènement donnera l’occasion de la porter à la connaissance du public, grâce à une approche féerique, fantasmagorique et divertissante, des tableaux retraçant des scènes de tranches de vie populaire.


Il donnera lieu, également, à la mise en place d’actions de formation qualifiantes, non nécessairement diplômantes visant à répondre au travail réel à accomplir et non à former des généralistes sans compétence précise. Voilà un atout pour l’intégration de jeunes au sein des PME et PMI saulnoises. Elles s’orienteront vers une culture locale de l’entreprise.

Il est maintenant temps de prendre en main l’avenir de notre Territoire et de passer à des actions concrètes de réalisations fédératrices au détriment de moult petits projets épidermiques qui ne créent en rien un évènement d’envergure et de nature à faire connaître l’image du Saulnois au plus grand nombre.

Seule une économie basée sur le tourisme peut sortir le Saulnois de son isolement et le faire connaître au plan national.

De nombreuses régions françaises ont réussi à démontrer par leur force de conviction et celle de leur population qu’un grand projet culturel est fédérateur de motivations et de retombées culturelles, sociales, touristiques, économiques…

Gardons le cap, avec et pour tous ceux qui soutiennent le projet et veulent le magnifier !

Un document résumé de présentation sur le projet vous est joint, dans lequel vous trouverez le dernier article paru dans L’Est Républicain le 28 mai 2015.
Une réflexion est menée sur Le Grand Nancy.

Je reste disponible pour répondre à vos demandes d’informations et présenter ce projet à l’ensemble des élus de notre Territoire dans un élan positif et une dynamique constructive !


Recevez, Mesdames, Messieurs les Maires, l’expression de nos sentiments dévoués de la part de mes partenaires, de mon équipe et de moi-même.


Bien cordialement,


Jérôme HENRY
Directeur Technique et Artistique
De l’Association CLS

weiten2Dans les colonnes du Républicain Lorrain, ce matin, Patrick Weiten, Président du Conseil Départemental s'exprime sur les évènements qui agitent depuis quelques mois les sites Moselle Passion. 

Restructurations, fin des expos temporaires, fermetures de service, voire de sites, le flou né de la divulgation de documents de travail internes fragilise le tissu culturel mosellan. Les agents s'interrogent sur leur avenir, les syndicats s'insurgent et les acteurs culturels locaux sont écoeurés par les rumeurs de toutes sortes. 

Comme personne ne répondait au sein de la gouvernance, l'incompréhension devenait totale.

Alors Patrick Weiten s'est voulu rassurant dans le journal ce matin sans ajouter vraiement d'éléments nouveaux sur l'avenir des sites Moselle Passion. 

Pour le Président, rien n'est décidé et pour l'instant il réfléchit et la négociation s'ouvrira ensuite. Il souhaite une meilleure promotion des sites pour une meilleure fréquentation.

Il évoque la maison Robert Schumann ou les Jardins de Laquenexy qui font sa fierté, il parle du musée de Gravelotte qui ne sera pas fermé mais il dit aussi que les sites coûtent trop chers par rapport à ce qu'ils rapportent. Rien sur les sites du Saulnois, Marsal, Vic ou le Lindre ! 

Il ajoute aussi qu'il va falloir que les gens évoluent ! (?) et qu'il faudra faire des choix.  

Lire le texte de l'article du RL en cliquant sur la vignette ci-dessous : 

mosellepassionweiten

 

DSC08363Habituellement, à l'occasion des journées du patrimoine, les visiteurs découvrent les sites Moselle Passion dans une ambiance festive. Cette année, la manifestation se déroule dans un climat pesant entre mouvement de grève et rumeurs de fermeture. 

Et ce n'est pas l'article paru dans le Républicain Lorrain ce matin qui permettra d'apaiser les choses.

La presse régionale évoque en effet la divulgation d'un nouveau document interne au service culturel du Département de la Moselle qui parle des restructurations, de la fin des expositions temporaires dans les musées et même de la fermeture du musée du sel de Marsal et le transfert de ses collections vers le musée de Vic sur Seille.DSC08367

Les agents sont catastrophés et certains le font savoir. Manifestation d'une centaine de personnes devant le Conseil départemental vendredi à Metz, piquets de grève, distributions de tracts sur les sites Moselle Passion ce week-end. 

IMG 2212 Le public rencontré avant ou après les visites des sites est plutôt incrédule et se demande comment on pourrait fermer des lieux si intéressants. Il est vrai que la façon de faire de la direction des affaires culturelles est difficile à suivre. IMG 2222

Refusant de répondre à nos questions, elle entretient un flou "artistique" catastrophique pour l'image du Département.