audrey

Pour celles et ceux qui ne seraient toujours pas convaincus de l'intérêt de posséder des poules à la maison, voici un petit reportage de l'ADEME sur l'expérience menée dans le Saulnois par la Communauté de Communes du Saulnois.

449px Give boxIl y a quelques jours, elle avait sur la toile poussé un coup de gueule contre la redevance incitative que la comcom met en place dans le Saulnois. Sur Juvelize.com, Grain de sel, sur Facebook, plus de 3000 personnes avaient lu la missive adressée à nos élus. 

Devant un tel engouement, Nadège Husson, habitante de Dieuze, a poursuivi sa réflexion et souhaite avancer quelques propositions à destination de nos décideurs et propose un partenariat original favorisant la réduction des déchets et la participation citoynenne. 

Voici le texte qu'elle soumet aux lecteurs de Grain de sel ainsi qu'aux élus du Saulnois : 

Amis (é)lectrices, amis (é)lecteurs,

Vous êtes plus de 3000 à avoir lu mon petit mot (presque) doux et je vous en remercie vivement.

Devant autant de réactions et d’engouement, je me dis qu’on peut aller plus loin en proposant une action pour l’ensemble de notre communauté, sans forcément mettre à mal nos élus (on les aime bien quand même) voire, en les invitant à nous rencontrer.

J’ai passé le week-end à me remuer les méninges en me demandant comment valoriser nos déchets. Certains donne à l’Assajuco, d’autres laissent leur trop plein de légumes/fruits, dans des caisses au bord des routes avec une petite affiche « servez-vous ». J’ai d’ailleurs mangé de merveilleuses courgettes cet été grâce à de gentils dieuzois qui en avait déposées à la sortie de la commune. Merci à vous !

Et en ouvrant internet ce matin, je tombe sur un article (rassurez vous, je ne me suis pas fait mal), qui parle des give-box (ou boîte à dons).
J’en entends déjà : « une give-box, qu’est-ce que c’est que cette chose? »

Et bien, c’est très simple : on dépose, dans une « boite » mise à disposition dans un quartier, une rue, un endroit accessible, ce dont on n’a plus besoin, ou pour nous servir si nous en avons l’utilité, des choses qui peuvent nous intéresser : vêtements, jouets, plantes, graines pour le potager, fruits, légumes, bocaux…

Pourquoi stocker si ce n’est pas pour être utilisé un jour ou l’autre? Pourquoi jeter si cela peut encore servir? Voilà de quoi réduire les déchets tout en rendant service à autrui, voire en se rendant service à soi-même…

Les communes de Vic-sur-Seille et Château-Salins ont d’ailleurs mis en place un service similaire en transformant les anciennes cabines téléphoniques en librairie.

On peut donc en faire de même avec tout ce qui est utilisable, voire avec des services : « échange une heure de baby-sitting contre le prêt d’une perceuse », « troc vélo enfant contre trottinette adulte », « offre co-voiturage pour courses à Sarrebourg »… Le potentiel est infini et à l’heure où tout est régenté par l’argent, je vous propose donc de mettre en place un système de libre-échange et de partage d’amitié.

Il s’agit d’une action participative qui ne fonctionne que sur la bonne volonté de chacun pour le bien-être de tous.

Pour cela, nous pourrions nous réunir, avec accord des mairies, pour fabriquer une cabane, un lieu abrité, avec des objets de récupération, pourquoi pas en partenariat avec des entreprises locales qui pourraient nous fournir du bois ou autres matériaux, un peu de savoir-faire, quelques heures de leur temps… Nous pourrions également demander à nos collectivités de nous prêter les chalets de Noël qui ne servent qu’un mois sur douze.

Pour mener à bien ce projet, je vous propose d’écrire à nos élus locaux (mairie de Dieuze et ComCom) l’autorisation d’implanter ces give-box sur la Commune et éventuellement, de nous prêter lesdits chalets et pourquoi pas, rêvons un peu (peut-être pas tant que ça), de venir nous aider en participant eux-mêmes au projet qui ne leur coûterait rien. Cela serait également l’occasion pour nous, d’aller à leur rencontre et de nous rencontrer, nous aussi, de partager, de trier nos home-sweet-home, d’offrir et de rire.

Pour ceux que cela intéresse, je pourrais vous faire parvenir le courrier en format word afin que vous puissiez l’envoyer à votre Maire. Plus on est de fous et plus on rit !

Le grand ménage de printemps approche, c’est l’occasion n’est-il pas ?

Un câlin offert à chaque participant ! Vive le free Hug et vive chacun d’entre vous !

Nadège HUSSON, une citoyenne colibri*.

* http://www.colibris-lemouvement.org/

Pour contacter Nadège Husson : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Idées trouvées sur le site :
- pour la give-box : http://lesmoutonsenrages.fr/2014/10/16/installez-une-give-box-dans-votre-quartier/
- pour les câlins : pleins de sites, il suffit de taper « free hugs » sur le net, parce que c’est beau et que ça donne envie.

On a l'habitude de lire sur Grain de sel quelques commentaires sur l'actualité du Saulnois mais l'expression des internautes sur ce site reste circonscrite à un cercle restreint d'intervenants.

Pour s'exprimer, donner son avis sur la politique locale, il reste une méthode plus traditionnelle, la lettre ouverte. C'est cette voie qu'a choisi une Dieuzoise franche et directe en écrivant à Roland Geis et Fernand Lormant, respectivement Président de l'intercommunalité et Maire de Dieuze :

"Lorsque les concitoyens sont pris pour des cons citoyens, les politiques polis tiquent ... courrier envoyé ce jour à mes chers élus, parce que Noël est passé depuis un mois et que je n'aime pas être prise pour une dinde !

Monsieur le Président
Communauté de Communes du Saulnois
17 place de la Saline
57170 CHATEAU-SALINS

&

Monsieur le Maire
Commune de Dieuze
Place de l’Hôtel de Ville 57260 DIEUZE
Dieuze, le 28 janvier 2016


Objet : redevance ordures ménagères,


Monsieur le Président,
Monsieur le Maire,


Depuis juillet 2015, la redevance incitative pour les ordures ménagères a été mise en place. Pour le moment, la seule modification est celle du nombre de levée par famille qui est passé de 52 à 12 levées alors que la facturation, elle, n’a pas encore été modifiée durant cette phase test.
Premier choc !
A compter du 1er juillet 2016, soit 1 an après le début de ce « système », le nouveau plan tarifaire entre (enfin) en application. Pourquoi attendre un an pour baisser les tarifs alors que le nombre de levée a déjà été diminué ? Je pose la question.
Deuxième choc !
D’après les campagnes d’information entendues, lues, il semblerait que les tarifs diminuent. « Magnifique » se dit-on ! Que nenni, si les tarifs baissent effectivement en apparence, il s’avère que le nombre de levées étant passé de 52 à 12 (soit 4,3 fois moins ou 76%), les prix baissent d’autant. Et bien là encore, que nenni ! Ceux-ci ne diminuent en effet que de 0,49% pour une personne seule, 22,68% pour une famille de 4.
Et pire, quand on regarde le tarif à la levée, celui-ci augmente de manière incroyable : 331% pour une personne seule, 235% pour une famille de 4.
Troisième choc et celui-ci est fatal !
Explication de mon décès soudain :
- Diminuer les déchets : formidable (malheureusement, ce sont aux particuliers qu’on demande de faire attention alors que les plus gros pollueurs sont les industriels),
- Faire le tri : magnifique (je ne vois pas de sacs de tri devant les entreprises dieuzoises !),
- Prendre conscience que nous consommons trop : alléluia (et c’est une athée qui vous parle),
- Continuer à faire tourner les camions-bennes qui ramassent nos ordures chaque semaine alors que la population est limitée à 12 levées par an : les arbres et nos poumons adorent le CO2 rejeté par les gaz d’échappement,
- Mettre des bacs à puces sans serrure : les voisins peu scrupuleux vous remercient. Ils peuvent désormais jeter leurs sacs dans la poubelle d’à côté,
- Quantifier un nombre de levées aussi faible et quasi impossible à réaliser même quand on tri absolument tout : cela équivaut à laisser les plus idiots à brûler leurs déchets au fond de leur jardin (je l’ai vu faire) et donc à polluer les cours d’eau (qui sont déjà dans un triste état) et les nappes phréatiques. Et je ne parle même pas là, de ceux qui laissent leurs ordures dans la nature, au bord des routes… et dont le nettoyage va encore coûter de l’argent aux communes et donc à moi, à nous. Double peine ! Vous offrez les cordes pour se pendre ?
- Rénover les Salines pour un coût tellement élevé que le bâtiment ne sera jamais rentable (plutôt qu’une corde, mettez-moi une balle tout de suite, ça sera plus rapide et moins douloureux) et que le système de chauffage et de ventilation est une double cause de pollution (chauffage au gaz + pollution sonore),
- Changer d’heure en hiver pour faire des économies pour voir, le mois suivant, les rues s’éclairer pour les fêtes comme si nous étions à Versailles…no comment !
- Des candélabres tous les 3m alors qu’un sur deux suffirait : pourquoi faire ?!
- Laisser les commerces et les bâtiments publics éclairés la nuit : les pigeons vous remercient,
- Construire une nouvelle zone d’activité à Dieuze, sur des terres fertiles alors qu’il existe déjà une zone de ce genre à l’autre bout de la commune et que la moitié de la ville est à vendre : les insectes, oiseaux et autres mammifères préfèrent se suicider dans le Spin plutôt que de voir ça, et puis c’était à la mode dans les années 70 mais cette époque est désormais révolue,
- Imaginer une route de contournement de Dieuze traversant la nature, pour « limiter » la circulation, la vitesse et la pollution dans la ville : cela signifie la mort des commerces. Pensez-vous vraiment que la pollution reste au-dessus de la route ? Et bien, accrochez vous bien ! La pollution circule avec l’air, ce qui signifie que cela ne changera rien si ce n’est qu’à nouveau, des terrains fertiles vont être définitivement stérilisés, au profit d’une circulation qui n’a rien de comparable avec le périphérique parisien. Il existe tellement d’autres moyens pour limiter la vitesse et la circulation (pistes cyclables, transports en commun, sensibilisation de la population qui a trop tendance à prendre sa voiture pour ne faire que quelques centaines de mètres)…
- Nous faire prendre des vessies pour des lanternes : là, c’en est trop !
Mais je m’éloigne de mon sujet premier qui était, et qui reste, le tarif des ordures ménagères. Sujet passionnant, qui l’eu cru !
Avant même que ne soit mise en place cette « incitation », figurez-vous que, je faisais déjà le tri de mes déchets et ai donc 6 poubelles. Oui ! Oui ! J’ai bien dit 6, vous ne rêvez pas :
- Sac de tri,
- Verre (que j’amène dans les bacs prévus à cet effet, tout comme pour le papier),
- Papier,
- Compost (composteur au fond de mon jardin),
- Gravats de chantier (déposés à la déchetterie),
- Et la dernière contenant tout ce qui ne rentre pas dans les catégories précitées et qui vont désormais me coûter 17,80€ au lieu de 4,73€. Je ne sortais ma poubelle que 2 fois par mois et pourtant ma facture n’était pas divisée par deux pour autant. En 2015, je ne l’ai pas du tout sortie en juillet et en décembre, vais-je donc voir sur ma facture 2/12ème d’abattement ?
Je suis d’ailleurs presque certaine de ne pas être le seul énergumène du genre, et que nous sommes plus nombreux que vous ne vous l’imaginez, à avoir faire ce choix. Vous qui me lisez faites peut-être partie de cette magnifique équipe. Si c’est le cas, je vous dis bravo et merci. Continuez, vous êtes sur la bonne voie.
Je parle, je parle, je discute, donne mon avis, râle un peu, réfléchi beaucoup ! C’est bien joli de se plaindre, me direz-vous, mais qu’est-ce que vous proposez, très chère ?
Et bien, ce que je propose (je vous le dis parce que c’est demandé poliment) est assez simple, j’oserais même logique. Il s’agit d’une idée qui pourrait satisfaire tous les citoyens (et je n’ai pas dit con-citoyens) en âge de voter et donc de (se faire racketter) payer. Que pensez-vous de cela ?
- Levées : 1 semaine sur 2,
- Donc, passage des camions : 1 semaine sur 2 ! C’est magique, et même logique, osons le mot,
- Levées des sacs de tri (qui sont plus légers) : par une charrette tirée par un cheval pour les communes de moins de 1000 habitants et, soyons fous, dans les communes de plus de 1000 habitants (qui sont, avouons-le, peu nombreuses dans notre communauté de communes).
Et hop : voici une solution qui coûte moins cher à tous, qui pollue moins, qui est plus efficace, plus rentable pour tout le monde, l’habitant, la collectivité et…attention…un peu d’audace…la collectivité qui est composée d’habitants car oui, chers élus, élus par le peuple, le peuple financeur, vous faites vous même partie du peuple et, vous aussi, vous allez subir ces augmentations et donc vos propres décisions. Je sais, ça paraît fou !
Voilà, voilà, j’espère que vous ne m’en voudrez pas trop en lisant ce petit mot (presque) doux.
Bien à vous mes amis humains,
Juste une petite phrase d’Antoine de St Exupéry pour finir :
« Nous n’héritons pas la terre de nos parents,
nous l’empruntons à nos enfants ».
Embrassez vos chères têtes blondes pour moi, mes fils vous remercient.
Nadège HUSSON,
Une nancéienne de souche exilée en pays Dieuzois, pour, pensait-elle, offrir un meilleur cadre de vie à ses enfants. Ne la faites pas mentir.
PS : En pièce jointe, votre tableau de tarifs que j’ai complété avec les coûts à la levée, comme ça, pas besoin de le faire vous-même, je peux même vous l’envoyer par mail au format Excel. Ca peut vous faire gagner du temps. C’est cadeau, ça me fait plaisir.
Imprimé sur du papier recyclé, car nous le valons bien.

tarifsri

carmesAprès les petits fours et les sourires de la cérémonie des voeux de la Communauté de communes du Saulnois de lundi dernier, la première séance de travail des délégués communautaires réunis en assemblée plénière a été plutôt musclée ! 

Dans l'immense salle des Carmes, à Vic sur Seille, 90 délégués ont évoqué les points suivants : 

Sites Moselle Passion : on attend ! 

Devant le flou artistique entretenu par le Département de la Moselle à propos de l'avenir des trois sites Moselle Passion (Musée du sel à Marsal, Musée Georges de la Tour à Vic et Domaine de Lindre) Bernard Calcatéra, maire de Marsal, a interpellé la Présidence sur l'absence de réaction de la CCS face à la situation. A deux reprises, un débat en séance plénière sur ce sujet avait été retiré de l'ordre du jour. Le Maire demandait des explications !  Un long échange (à voir dans la vidéo ci-dessous) a alors eu lieu entre le Maire de Marsal, la Présidente de la Commission Culture et Tourisme de la CCS, Annette Jost et le Maire de Vic sur Seille, Jérôme End apportant des informations intéressantes sur la situation. 

 

Internet très haut débit : Plaques d'Albestroff et de Delme servies en premier

C'est Jean-Jacques Gady, élu castelsalinois,  Vice Président de Moselle Fibre  (nouveau nom du Syndicat mixte d'aménagement numérique qui regroupe le Département de la Moselle et 18 intercommunalités) qui a présenté le plan de déploiement de la Fibre à l'abonné dans le département et dans le Saulnois.

Alors que s'achève le gros oeuvre de la tranche d'équipement de 26 villages réalisée par la CCS, on travaille chez Moselle Fibre à l'équipement des cent autres communes du Saulnois et des trois cent soixante autres de Moselle.  Le programme est ambitieux (175 000 prises à installer en cinq ans), coûteux (200 millions d'euros) mais indispensable si on veut conserver une certaine attractivité sur le territoire. On surfera entre 100 et 200 Méga (contre 4 Méga actuellement à Blanche-Eglise, 8 Mega à Moyenvic par exemple)

Moselle fibre a décidé d'un calendrier pour la réalisation de l'infrastructure et dans le Saulnois ça se passera ainsi : l'ancien canton d'Albestroff, appelé "plaque" et l'ancien canton de Delme l'an prochain. Dans deux ans, les plaques de Château-Salins et Vic, pour finir par la plaque de Dieuze en 2018. 

Le raccordement devrait coûter entre 50 et 100 € pour les habitants auxquels il faudra ajouter entre 15 et 30 € par mois pour l'abonnement auprès de l'opérateur choisi. 

Pépinière d'entreprises vendue 500 000 € au Département

Le bâtiment qui abritait la pépinière d'entreprise sur la zone de Dieuze devrait être vendu au Conseil Départemental. Ce dernier compte y regrouper les différents services techniques du Saulnois. Mais le prix de vente pose problème à de nombreux délégués qui estiment qu'un autre financement (vente par crédit bail) était possible évitant de payer ainsi une régularisation de 110 000 € deTVA pour cette opération. Le projet de vente sera tout de même voté par les délégués. 

 Zone de Delme : lancement de la Déclaration d'Utilité Publique

carmes2

Le président de la CCS a proposé à l'assemblée de solliciter le Préfet afin d'engager une DUP pouvant conduire à l'expropiration de deux parcelles nécessaires à l'extension de la zone d'activité économique communautaire de Delme dans la mesure où les négociations ne pourraient aboutir avec un propriétaire possédant des parcelles qu'il ne désire pas vendre.

Aide aux commerçants, le plan de financement du FISAC

L'assemblée a autorisé le Président à déposer l'appel à projet FISAC (Fond d'intervention pour les Services, le Commerce et l'Artisanat). Ce programme permet d'aider à l'aménagement des vitrines, à l'accessibilité des commerces, la rénovation de la signalétique, la réhabilitation des centres bourgs.... La CCS s'engage à hauteur de 130 000 €. 

Règlement des Multiaccueils

Le Président de la Commission Petite Enfance, Jérôme End,  a fait voter le nouveau règlement des cinq crèches du Saulnois. Un règlement que vous pourrez retrouver sur le site de la CCS avec les menus des crèches, les tarifs, les dossiers d'inscriptions....

Avant de rendre la parole, le Maire de Vic a rendu un hommage appuyé à Sophie Gervais, chargée de mission Petite Enfance, pour ses qualités et son professionalisme et qui quitte, au grand regret des élus, la CCS très bientôt. 

Après deux heures de travail, le Président a levé la séance. 

 

voeuxgeis2016Ce lundi avait lieu, dans la salle polyvalente de Château-Salins, la présentation des voeux du Président de la Communauté de Communes du Saulnois, Roland Geis aux forces vives du Saulnois.

Maires, Député, Conseillers Départementaux, Sous-Préfète, Délégués, personnel, partenaires économiques, présidents d'association, producteurs locaux.....tous étaient là, autour du Président en ce début d'année 2016.

Cinq orateurs ont pris la parole pour prononcer autant de discours évoquant les défis et les projets qui s'annoncent. La fibre optique, dont l'installation touche à sa fin dans les 26 premières communes de la CCS a tenu la vedette de cette cérémonie. IL faut dire que l'Internet très haut débit constitue un des enjeux majeurs pour notre territoire. Une exposition et une simulation d'installation ont été présentées à l'assemblée. Les responsables de l'entreprise Circet, qui pose la fibre optique, ont assuré que le très haut débit sera dans les tuyaux dans ces villages concernés pour Noël prochain. 

On parla aussi beaucoup des zones d'activités à Delme, Dieuze, Morville et Château Salins, de la loi Notre aussi et des transferts de compétences que devra supporter la CCS. 

Vous pouvez retrouver, ci-dessous, l'intégralité des discours des orateurs : le Directeur Général de Services de la CCS d'abord, Roland Geis ensuite, le Conseiller Départemental du Saulnois Fernand Lormant, le Député Alain Marty et la Sous-Préfète Béatrice Blondel.