squelettemars

Dans le cadre du cycle de conférences organisé par Chemins faisant et les Amis du musée du sel, l'Archéologie préventive en Lorraine sera présentée par Laurent Forelle, de l'INRAP, vendredi 27 mars, à 20h, dans la salle des fêtes d'Haraucourt sur Seille. 

Le spécialiste évoquera également la campagne de fouille menée par l'équipe internationale "Briquetage de la Seille" qui fouille sle Saulnois depuis 2001.

Entrée libre

saulnoisfrance3

 

A l'occasion des élections départementales, les équipes de France 3 Lorraine sont venues tourner un reportage sur le canton du saulnois interrogeant Philippe Leroy, un habitant vicois et...Grain de sel !! 

A retrouver en cliquant sur la vignette ci-dessous : 

 

tronconneGrain de sel n'a pas vocation à traiter les faits divers mais il faut bien avouer que l'épisode qui s'est déroulé hier dans le petit village de Juvelize interpelle et en dit long sur les us et coutumes de quelques énergumènes en tracteurs excités par les haies et arbres de toutes espèces. 

Etonné par les bruits des pelles mécaniques, engins télescopiques et bruits de tronçonneuses, le correspondant du RL, webmaster du site du village Juvelize.com, s'est approché des hommes qui arrachaient une haie et quatre noyers sur la parcelle communale proche de son habitation. 

Mais sa curiosité n'a pas dû plaire aux bûcherons de fortune qui ont alors sorti injures, menaces et gros bras pour intimider l'administré. 

On vous laisse découvrir le récit fait par notre confrère sur le site Juvelize.com. 

La traditionnelle foire de printemps de Dieuze accueille chaque année des centaines d'habitants du Saulnois. Une belle occasion pour les candidats aux élections départementales de rencontrer leurs électeurs. 

Ainsi ce matin on a pu voir les équipes du Front de gauche d'Estelle Gallot et Emmanuel Grandjean, de la Majorité Départementale de Jeannine Berviller et Fernand Lormant, d' Annette Jost et Alain Pattar et de Naïla Hennard et Didier Conte distribuer leur tracts et discuter de leur programme avec les passants.

 

foirefdg

 

foireannette foirelormant

foiredidier

lormantbervillerL'équipe de la Majorité départementale emmenée par Jeannine Berviller et Fernand Lormant a répondu au questionnaire envoyé par Grain de sel.

Voici leurs réponses :

1) Jusqu'à présent il y avait cinq cantons et on ne sentait pas vraiment d'osmose entre les différents acteurs de ce territoire. La CCS a obligé les politiques à travailler ensemble. La réforme territoriale entérine la situation. Comment fédérer Le Saulnois, lui donner un élan commun ?
Quid des sept communes du Pays messin ?

On ne peut fédérer qu’au travers de projets et d’ambitions partagés. Le nouveau canton du Saulnois est la plus vaste de la Moselle (près de 1 000 km2) et regroupe 135 communes. La mise en place du FTTH selon le modèle proposé aujourd’hui grâce au Président Weiten est un exemple de projet à destination de l’ensemble du territoire. Fédérer, c’est également se respecter mutuellement. Nous défendrons de la même façon chaque commune du territoire. Être maire d’une commune bourg-centre induit un devoir de responsabilité et de solidarité vis-à-vis des plus petites communes. C’est un tout : les unes ont besoin des autres et réciproquement. Les sept communes du Pays messin sont bien malheureuses du nouveau découpage qui n’a tenu compte que du critère démographique et nous comprenons leur désappointement. Elles présentent elles aussi leurs spécificités que nous défendrons avec la même énergie et la même détermination.


2) Si vous êtes élus, comment allez vous défendre le Saulnois au Conseil Départemental ?

Les dossiers des communes seront montés au plus près du terrain, en mairie, en lien étroit avec les élus. Nous prendrons une position commune pour chaque dossier et nous les défendrons ensemble à l’Assemblée Départementale. Nous avons l’avantage d’être tous les deux conseillers généraux sortants et ainsi de maîtriser les circuits administratifs du Département et de posséder un solide réseau. Nos remplaçants seront des relais précieux sur le terrain pour faire remonter les attentes exprimées et nous accompagner dans l’action. Nous collaborerons naturellement tous les quatre pendant les six années à venir pour assurer la meilleure proximité possible.


3) Quelles sont les grands axes de votre programme ? Les priorités ?

La première des priorités, c’est l’EMPLOI. On ne peut pas maintenir de population sans emploi. L’investissement dans des équipements d’avenir comme le FTTH est la seconde de notre priorité. Nous nous battrons également pour la préservation des services à la population, pour le bien-vivre ensemble sur le territoire. La défense de l’éducation, de la ruralité, des petites communes, de l’agriculture, du dynamisme associatif et touristique, la sécurité, … sont autant de préoccupations que nous partageons aussi.


4) Le CG a décidé de fermer les sites Moselle passion pendant 5 mois l'an prochain. Les musées de Marsal, Vic et le Domaine du Lindre sont concernés. Les scolaires qui bénéficiaient de la gratuité paieront l'an prochain l'entrée au musée. Que pensez-vous de ces mesures ?

Nous avons soutenu le maire de Vic-sur-Seille dans sa réaction vis-à-vis de la fermeture pendant 3 mois du Musée Georges de la Tour cet hiver. Il a parfaitement exposé les bons arguments au Président Weiten sur ce sujet. Ces choix ont été engagés à titre expérimental. Nous n’y sommes pas favorables et attendons que nous soit présenté le bilan des économies réellement réalisées sur cette période.


5) Le conseil départemental finance les transports scolaires et permet d'acheminer les élèves dans les écoles rurales du département. De nombreux RPI sont mis en difficulté par les velléités de scission de certains de ces membres. (RPI de Donnelay, Guéblange Gelucourt, Ley, Bezange, Tarquimpol, Moncourt, Juvelize, Lezey, RPI de Moyenvic, Marsal, Haraucourt, Blanche-Eglise, Saint-Médard, Mulcey, RPI d'Aulnois)
Quelle est votre position face aux problèmes que rencontrent les écoles rurales ?

Nous sommes confrontés à une baisse des effectifs scolaires depuis plusieurs années. Cette situation peut faire naître des difficultés pour certains RPI. Il nous appartiendra de les accompagner au mieux dans leurs réflexions et leurs évolutions éventuelles, sur la base et le respect de leur choix.


6) 135 communes à écouter, aider financièrement, conseiller, concrètement quelle sera votre organisation pour communiquer avec les localités du canton ?

Nous nous engageons à répondre à toute sollicitation mail dans les 24h. Nous serons également facilement joignables par téléphone. Nous rendrons compte régulièrement de notre action et nous adresserons chaque année aux maires un questionnaire de satisfaction afin d’améliorer ce qui devra l’être. Nous instruirons les dossiers des communes dans leur mairie en lien étroit avec les élus. Nous nous appuierons également sur nos deux remplaçants qui seront des relais précieux sur le terrain pour faire remonter les attentes exprimées et nous accompagner dans l’action. Enfin, des permanences seront mises en place afin de couvrir l’ensemble du territoire et de rencontrer chacun de nos concitoyens qui en fera la demande.


7) Comment envisagez-vous alors vos relations avec la CCS ?

Nous serons des relais précieux et des accélérateurs au niveau départemental des projets portés par la CCS et la CC du SUD MESSIN. Le monde rural va être moins bien représenté au niveau de l’assemblée départementale. A un moment de restriction des financements publics, il faudra des élus capables de se faire entendre des hautes instances pour bénéficier favorablement de certains arbitrages budgétaires au niveau départemental.


8) Comment collaborer avec les départements voisins ?

Nous devons reprendre le dialogue avec nos homologues dès le lendemain des élections. Certains sujets nous tiennent à cœur comme le désenclavement routier vers Nancy. Les collaborations réussies tiendront à des opportunités partagées, à des projets communs pouvant être portés ensemble, en matière de culture et de tourisme par exemple.