voteEtrange scrutin qui a lieu ce dimanche 1er février où l'on demande aux électeurs lorrains de se prononcer sur un dossier qui est déjà acté : la réalisation de la gare d'interconnexion de Vandières. Les citoyens ont déjà du mal à se déplacer pour des élections traditionnelles, on craint la participation pour ce vote régional inédit. 

Pire encore en Moselle, où la défense partisanne de la gare de Louvigny ne va pas inciter les électeurs à se rendre dans leur mairie. La campagne électorale n'a pas vraiment eu lieu. Il n'y a qu'à voir les panneaux d'affichage occupés uniquement par les partisans du Oui. 

Ce dimanche, 2 305 bureaux de vote ouvriront jusqu'à 18h dans les quelque 2 335 communes lorraines. Soit 1 670 000 électeurs appelés à se prononcer sur la proposition de la Région de requalifier la gare de Louvigny en gare de fret TGV afin d’ouvrir la voie à l’édification de la gare d’interconnexion TGV-TER à Vandières.vandieres3

La question posée aux citoyens lorrains est la suivante : « La gare d’interconnexion TGV-TER de Vandières, dont la construction a été reconnue d’utilité publique en 2011 par décret, peut être réalisée sans être supportée par une contribution nouvelle des collectivités publiques. Compte tenu de cette possibilité sur le plan financier, pensez-vous que le conseil régional puisse s’engager dans sa réalisation et dans la transformation de Louvigny en gare de fret TGV ? »
 
Dans l’après-midi, l’hémicycle de l’hôtel de Région accueillera un PC destiné à collecter les résultats. Les premières estimations, disponibles seront connues en soirée, mais il faudra patienter quelques jours avant de connaître les résultats définitifs, officiellement prononcés dans chacun des quatre départements le vendredi 6 février.

A midi, le taux de participation était de 18 % à Moyenvic, Blanche-Eglise et à Dalhain,  6 % à Dieuze. 5% sur l'ensemble de la Lorraine. 

 

Résultats de la consultation dans quelques villages : 

Dieuze : 2052 inscrits, 264 votants, 261 exprimés, 225 non, 36 oui

Château-Salins : 1600 inscrits, 296 votants, 295 exprimés, 255 non, 40 oui

Nébing : 266 inscrits, 66 votants, 65 exprimés, 64 non, 1 oui

Moyenvic : 262 inscrits, 72 votants, 71 exprimés, 60 non, 11 oui

Dalhain : 94 inscrits, 30 votants, 25 non, 5 oui

Bellange : 45 inscrits, 25 votants, 19 non, 6 oui

Bezange : 65 inscrits, 22 votants, 17 non, 5 oui

Juvelize : 74 inscrits, 28 votants, 27 exprimés, 20 non, 7 oui

bio2Les paysans bio de lorraine se mobilisent et revendiquent une politique plus affirmée en faveur de cette agriculture vantée par tous en public mais qui dans les faits se heurte aux nombreux lobbys qui gravitent autour de l'agroalimentaire. 

Pour se faire entendre ils organisent une manifestation sous la forme d'un casse-croûte paysan, le mercredi 4 février, de 11h à 14h, place Saint-Jacques à Metz. Une pétition est également en ligne pour les soutenir en cliquant ici

 

Voici le texte de leurs revendications : 

STOP à l’hypocrisie !
Pour une politique en faveur de la bio qui ne se limite pas au discours. Notre Ministre annonce vouloir doubler les surfaces en bio or le budget alloué à la bio n’est pas capable de couvrir les besoins ! En Lorraine, il manque 40 millions d’euro pour y parvenir !
Nous demandons une réorientation budgétaire pour avoir les moyens des objectifs annoncés.


STOP aux aides à 2 vitesses !
Un paysan bio qui respecte l’environnement et la santé touche moins d’aide qu’un agriculteur qui utilise des pesticides ! De plus avec l’enveloppe actuellement prévue seuls les paysans passant en bio pourront prétendre à une aide !
Nous demandons une réorientation budgétaire pour assurer un accès équitable aux aides de soutien à la bio à TOUS les agriculteurs de Lorraine. Nous demandons aussi une vraie progressivité des aides publiques pour que les montants soient cohérents avec les efforts fournis par les agriculteurs.


STOP aux à-coups sur le développement de la bio !
Avec une enveloppe budgétaire insuffisante, premier arrivé, premier servi ! Nous allons avoir une vague massive de conversions pour certaines précipitées. Cela aura un effet destructeur sur les circuits de commercialisation. Un afflux de produits à valoriser risque de déstabiliser les filières et de fragiliser les fermes engagées dans une certification biologique. C’est une menace sur les emplois agricoles.


Nous demandons des arbitrages budgétaires pour assurer un développement cohérent de la bio qui puisse répondre aux attentes des consommateurs.
Soutenez les paysans bio de Lorraine et leurs filières ! Soutenir le développement de la bio c’est soutenir une agriculture respectueuse de l’environnement,
une agriculture respectueuse de la santé,
une agriculture respectueuse des terroirs et de la qualité de vie, une agriculture génératrice d’emploi.

 

bio

voeuxsp

La traditionnelle cérémonie des voeux du Sous-Préfet aux forces vives du Saulnois avait lieu ce mercredi 28 janvier dans les locaux de la Sous-Préfecture. Une réception un peu particulière puisqu'elle était présidée pour la première fois par Eric Infante, nouveau Sous-Préfet par interim.

Eric Infante connaît bien le sud Mosellan puisque ce parisien de 44 ans, juriste de formation, est déjà depuis un an et demi Sous-Préfet de Sarrebourg.voeuxsp2

En présence du Préfet de Lorraine, Nacer Meddah, Eric Infante s'est adressé aux maires, aux autorités civiles et militaires pour leur rappeler que le Saulnois ne serait pas oublié par l'Etat  (voir la vidéo ci-dessous)

Car cette réception avait la particularité d'être aussi la dernière ! Car en effet, Château-Salins ne sera plus Sous-préfecture le 1er janvier 2016. 

Dans un an, l'infrastructure deviendra Maison de l'Etat avec de multiples services. Quant aux salons d'honneur où l'on trinquait à la nouvelle année ce soir, ils seront repris par le Conseil général pour une destination aujourd'hui inconnue. 

 

 

LORRAINE GIF3

Sur Grain de sel, la CGT Lorraine se pronnonce pour la gare d'interconnexion TGV/TER. Voici le communiqué qu'elle nous a envoyé : 

"Dès le débat lancé, la CGT a soutenu le projet de la construction d'une gare d'interconnexion reliant le réseau TGV au réseau TER Lorraine. 

Cette infrastructure va permettre de relier certaines grandes villes régionales entre elles sans passer par PARIS.
Ce projet de création d’une gare d’interconnexion TGV-TER à Vandières a fait l’objet d’un long processus décisionnel avant d’obtenir la déclaration d’utilité publique en 2011. La CGT a participé à tous les débats et initiatives pour la défendre.
Pour la CGT, le débat a donc bien eu lieu, a été tranché favorablement, et les financements sont assurés par la Taxe Intérieure sur la Consommation de Produits Energétiques (TCIPE, taxe sur les carburants)
Rien ne s'oppose à la construction de cette infrastructure, incontournable pour l’avenir du transport voyageurs par rail au niveau de la Lorraine et de notre future Grande Région, qui répond à la logique de développement durable et bien évidement d’aménagement de l’ensemble de nos territoires.
De plus, dans un contexte économique difficile, la construction de Vandières donnera une bouffée d'oxygène au BTP.
C'est pourquoi, la CGT n'était pas favorable à la consultation lancée par le Conseil Régional malgré un avis plus que réservé du CESER (dont la délégation CGT)
Ceci étant rappelé, cette consultation des lorrains est lancée et la CGT a décidé de contribuer à son succès, d'une part pour favoriser un taux de participation élevé, d'autre part pour que le OUI l'emporte massivement. tgv
Parallèlement, il faut réfléchir à la reconversion de la gare de Louvigny en ne s’interdisant aucune perspective, mais surtout en s'interdisant qu'elle soit un frein à la réalisation de Vandières.
La construction de cette gare ne peut être la seule réponse à notre revendication sur un meilleur service public ferroviaire au service des lorraines et des Lorrains.
Pour être efficace, la gare d'interconnexion nécessite un véritable maillage de notre territoire, avec de nouvelles dessertes et arrêts de trains, la réouverture et la rénovation de gares, le renforcement du personnel.
Comme vous le voyez, au-delà de la construction de Vandières, la réponse aux besoins de transports des Lorraines et Lorrains nécessite de nouveaux investissements.
Enfin, si nous abandonnons la construction de cet ouvrage, d'une part l'investissement budgété ne pourra pas être reporté sur d'autres travaux, d'autre part l'investissement déjà réalisé à hauteur de 23 millions d'Euros, n'aura servi à rien."

point

Les élections départementales approchent et les candidats se déclarent petit à petit. C'est au tour du Front National d'annoncer par communiqué la présence d'un binôme dans le Saulnois : Bénédicte Oudin et Norbert Degrelle. 

Malheureusement chers lecteurs je n'ai aucune information pour l'instant à vous donner sur cette équipe déclarée ni sur les titulaires ni sur les suppléants. 

 

 

 

 

Les autres candidats : 

Jeannine Berviller et Fernand Lormant

Annette Jost et Alain Pattar

Estelle Gallot et Emmanuel Granjean

Didier Conte et Naila Hennard