neu

Le projet d'implantation d'un méthaniseur dans le Saulnois sur le ban communal d'Haraucourt sur Seille avance.

En effet, ce 12 juin, vient de s'achever le temps de l'enquête publique. Déposés en mairie, sous la supervision du commissaire enquêteur Patrick Neu, les documents complets ont pu être, pendant plus d'un mois, consultés par les habitants de la région.

A charge pour eux de poser ou non des commentaires après lecture.

Une trentaine de personnes s'est ainsi déplacée pour s'informer, discuter avec le commissaire et les porteurs du projet et parfois écrire quelques lignes.

La plupart des intervenants (comme c'est le cas pour la grande majorité des enquêtes publiques) ont montré leur inquiétude face à l'implantation de cette unité de méthanisation. Des habitants de Marsal et Haraucourt, l'association AVOINE du Saulnois et surtout le maire de Marsal très opposé au projet ont fait des remarques.

Les griefs sont nombreux : site d'implantation mal choisi contre le site historique fortifié de Marsal, carrefour accidentogène, nuisances sonores, visuelles, olfactives, habitations situées à moins de 500m, traffic routier important, dégradation des chaussées, intérêts privés privilégiés, manque de visibilité, pétition d'opposition au projet qui a recueilli 242 signatures, utilisation de cultures dédiées  pour produire de l'énergie, projet ne garantit pas la protection des captages Grenelle, la méthanisation ne résoud pas le problème de pollution par les nitrates...

D'autres demandaient des explications surtout à propos du plan d'épandage du digestat. 

Enfin, certains ont encensé ce dossier comme le Vice Président de la Communauté de communes du Saulnois, François Florentin, qui écrit l'enthousiasme de la commission Agriculture de la CCS pour le projet qui aura des retombées économiques pour le Saulnois.

Patrick Neu, commissaire enquêteur, va faire un rapport à la lecture de tous ces arguments. Les agriculteurs porteurs du projet répondront aux remarques. A la lumière de tous ces éléments, le rapport du commissaire sera envoyé au Préfet de la Moselle qui donnera son accord ou non à la faisabilité en l'état du projet. 

 

 

Commentaires   

-3 #6 anciens 25-06-2017 15:06
Les anciens de Château-Salins n'ont toujours pas oublié l'odeur d’œufs pourris en provenance de DIEUZE certains jours sous le vent.
Merci pour la nouvelle odeur dont l'annonce ressemble fort à une pub joyeuse venant des futurs pollueurs.
Citer
-2 #5 Pamplemousse 19-06-2017 18:06
Pas d'inquiétude... Grâce à M. le Maire et à son conseil municipal et au Methaniseur ...
Marsal va, sans nul doute, prendre un nouveau et magnifique départ !...
Citer
+4 #4 SANS BLAGUE !!! 16-06-2017 19:07
Les Oui n'ont qu'à prendre le projet chez eux... Mais le fait qu'on dédie des cultures à la production de gaz est lamentable, d'autant que ce gaz n'est pas destiné au territoire essentiellement, mais à une réinjection dans le réseau...

Les gens qui y sont favorables sont évidemment ceux qui ont à y gagner financièrement ou politiquement, comme ce Monsieur Florentin dans l'article, mais les intérêts particuliers n'ont pas à prévaloir sur l'intérêt général...

Quand on voit le type du commentaire #3 qui oppose le méthaniseur au musée, ça marque le degré de culture...

Une culture limitée dans la poche de méthane qu'il a entre les deux oreilles.
Citer
-17 #3 OUI 16-06-2017 10:36
Et que le projet aboutisse, allez visiter certains sites et discuter avec les riverains, et concernant les maires dit "concernés" cela me fait rire, avec du ni oui ni non 'en conviens l'endroit a été mal choisi au départ, vos maires ont peu gesticulés un peu comme votre musée. Mais pour eux l'époque des "élections" a fait la vedette
Citer
+2 #2 Huity 16-06-2017 07:06
Un histoire qui sent la merde !
Citer
+14 #1 NON. 15-06-2017 10:56
Avec objectivité, pour dépolluer l'eau, il existe qu'un recours possible : arrêter les intrants chimiques.

Le méthaniseur promet de le faire mais en réalité, il va amener nombreux problèmes (les courageux sont allés l'écrire) et un risque paradoxal mal-évalué : la sur-pollution des eaux.

Le constat est simple : protéger l'eau devrait être l'objectif premier de nos élus.
F. Florentin et la ComCom sont déconnectés des réalités de leur territoire.

On ne peut plus soutenir les agricultures industrielles polluantes. On ne peut donc pas soutenir un projet industriel qui va amener nombreuses pollutions avérées.

Le Saulnois doit se tourner vers des activités moins polluantes et protéger la vie : l'eau, le sol, les haies, les forêts, etc. Et créer des emplois autour de ces préoccupations.

Certains projets industriels peuvent être écologiques. Mais malheureusement, ce n'est pas le cas de celui-ci. Ce n'est pas avec quelques arbres fruitiers et une haie qu'on protège la biodiversité.

L'enjeu économique numéro 1: c'est baisser les charges énergétiques pour les agriculteurs et pour le citoyens.
Or, ce n'est pas le cas ici. L'énergie produite sera consommée loin d'ici.

Enfin l'enjeu social est très discutable : ce projet est conflictuel car il va encombrer sévèrement la vie touristique, citoyenne des communes et de ses habitants. Il y aura beaucoup de plaintes et peut être même des détériorations.
Entre les agriculteurs du projet : la solidarité est financière uniquement.

Bref, pourvu que ce projet échoue et que les agriculteurs se réunissent autour d'un projet nouveau, plus créatif.
Citer
0
0
0
s2sdefault