anpattar1

 

Une nouvelle équipe de candidats vient de nous adresser sa profession de foi. Annette Jost, maire d'Haraucourt et Alain Pattar, conseiller général sortant, maire d'Insming se lancent à leur tour dans cette campagne électorale. Avec leurs remplaçants, Marie-Thérèse Barbier, maire de frémery et Thierry Chateaux, maire de Guébestroff ils s'associent pour dynamiser et valoriser le territoire du Saulnois. 

Ils sont partis à la rencontre des habitants, commune par commune, pour tenter de séduire et remporter les suffrages du plus grand nombre pour ces élections départementales. 

Avant de les rencontrer peut-être dans vos communes, vous pouvez d'ores et déjà lire les documents en cliquant sur les vignettes ci-dessous :

anpattar3

anpattar2

Dans trois semaines on devra voter pour les premières élections départementales. Un scrutin qui permettra d'élire les conseillers départementaux (ex conseillers généraux) sur le territoire du tout nouveau canton du Saulnois qui compte 135 communes

Un homme et une femme devront être choisis par les électeurs. 

Six couples et leurs suppléants sont en lice pour nous représenter à Metz. 

Parmi eux Didier Conte et Naïla Hennard qui se lancent dans la campagne en publiant aujourd'hui sur Grain de sel leur affiche et leur profession de foi. 

A lire en cliquant la vignette ci-dessous : 

 

conte2

 

mosellepassionLa presse régionale confirme aujourd'hui une des craintes majeures des acteurs du tourisme et de la culture dans le Saulnois à savoir la fermeture programmée pour l'an prochain pendant cinq mois des sites Moselle passion. La culture oui mais la moitié de l'année seulement !

De novembre à mars, donc, le château de Malbrouck, le Domaine de Lindre, les jardins fruitiers de Laquenexy, la maison de Robert Schuman de Scy-Chazelles, le musée de la guerre de1870 de Gravelotte et nos deux musée du Saulnois, le musée Georges de La Tour à Vic et le musée du sel à Marsal seront fermés au public. 

Une information apportée par le président du Conseil général de la Moselle en personne, Patrick Weiten, dans les colonnes du Républicain lorrain du 21 février 2015. L'argument massue pour justifier cette très longue fermeture étant une fréquentation trop faible en cette période ! 

On nous ressert donc l'argument économique et sa fumeuse rentabilité dans un domaine (la culture) qui est tout sauf un lieu où l'on doit parler de rentablité. 

Le maire de Vic s'est ému de cette très longue fermeture dans un courrier qu'il a adressé à Patrick Weiten. Une fermeture qui pour Jérôme End fragilise le territoire en terme culturel mais également économique. 

Nos musées mosellans sont fréquentés si on y organise des évènements qui attirent le public. Gallé, Friant, les chefs d'oeuvre de Georges de La Tour, la tapisserie des Gobelins ont fait déplacer les foules dans nos cités du sel ces dernières années. 

Des animations, des expositions sur la période d'hiver sont tout aussi envisageables. Fermer ces structures aussi longuement est une aberration en terme de stratégie. Quelle visibilité pour les tour opérator, les touristes français ou étrangers lorsqu'ils programmeront des sorties dans la région s'ils découvrent au moment de la préparation de leur séjour que les musées sont fermés la moitié de l'année !! 

Pire encore on annonce qu'à l'ouverture à la fin du mois de mars, les scolaires qui bénéficiaient de la gratuité et qui composaient une grande partie  des visiteurs des musées mosellans, devront payer ! 

Tout le monde est très inquiet donc, encore plus dans le Saulnois où les deux musées et le Domaine de Lindre sont les moteurs du tourisme de la région. On se raccroche alors aux quelques signes évoqués sur Grain de sel récemment comme la nomination d'un chef au musée de Vic sur Seille avec une expo importante sur Georges de la Tour. On pense aussi au gros travail que mène Laurent Olivier, Conservateur en chef au musée des Antiquités Nationales de Saint-Germain-En-Laye pour organiser une grande expo sur les Celtes en mai prochain au musée du sel de Marsal. 

 

interconnexionLe Président de la Régon lorraine renonce à la construction de la gare d'interconnexion TER/TGV suivant ainsi l'avis des Lorrains qui ont majoritairement dit non au projet lors de la consultation du 1er février. 

Certains parlent d'une belle preuve de démocratie de la part d'un homme politique qui respecte l'avis du peuple. D'autres, ses opposants politiques, parlent d'un camouflet, d'une gifle qui restera gravée dans la carrière politique de Jean-Pierre Masseret. 

Mais un autre argument se fait jour. Il insinue que le président socialiste aurait joué ici un fin coup politique qui lui permet d'abandonner un projet qu'il ne portait pas vraiment dans son coeur. Le résultat de la consultation lui donne toute légitimité pour se débarasser d'un dossier coûteux et controversé à quelques mois des élections à la nouvelle grande région. 

Vous pourrez lire ci-dessous le discours prononcé par Jean-Pierre Masseret hier lors de la séance plénière du Conseil régional : 


1. La consultation populaire du 1er février en Lorraine est une première en France. Le Conseil Régional de Lorraine est le premier à avoir mis en oeuvre cette procédure. Elle a ouvert un chemin qui ne sera pas refermé.

2. Les procédures légales ont été respectées. A la lumière des faits, nous proposons au législateur des améliorations de forme et de procédures afin que les citoyens soient davantage impliqués.

Fixer un seuil minimal de participation,
rendre obligatoire l’envoi, sous enveloppe, au domicile des citoyens inscrits sur les listes électorales, du matériel de vote, 
rendre obligatoire l’ouverture de l’ensemble des bureaux de vote, tel que cela est le cas lors de toutes les consultations électorales,
envisager le vote électronique sécurisé.
3. Cette consultation était nécessaire comme l’ont souligné les débats que nous avons eus ici même le 28 novembre dernier ainsi que les 29 et 30 janvier 2015, compte tenu également des propos et des écrits entendus et lus lors de la brève campagne qui a précédé la consultation du 1er février.

4. Chacun a pu apprécier en ces occasions la qualité des arguments et leur rapport à la vérité et à l’intérêt général des usagers du rail. Le thème de la consultation : réaliser un investissement ferroviaire connectant le réseau TER lorrain au réseau international et national grande vitesse, a été occulté au bénéfice de postures politiciennes partisanes.

5. La consultation a donné un résultat exposé et détaillé dans le rapport écrit qui vous a été adressé.

6. La participation a été faible c’est vrai mais c’était une première fois

Le Non l’a emporté arithmétiquement.
Deux départements ont dit Oui.
Deux départements ont dit Non.
Dans le sillon lorrain, où vivent 1.400.000 Lorrains directement intéressés par la connexion TER/LGV, 4 maires et 4 présidents d’agglomération ont pris position pour le non.
Deux Maires sur les 4 ont été suivis. Deux ne l’ont pas été.
Deux Présidents d’agglomération ont été suivis, deux ne l’ont pas été.
La consultation a concerné toute la Lorraine et une voix vaut une voix quel que soit le lieu où cette voix s’est exprimée.

7. Les cartes qui sont dans le rapport font démonstration de la répartition géographique des votes.

8. Respectueux de l’expression des Lorrains et des Lorraines du 1er février, respectueux aussi du mandat que j’ai reçu des électeurs et électrices en 2010.
Je considère que le projet contesté de la gare de Vandières ne peut pas être engagé par cette majorité.

Je demande aux Commissions chargées du Développement Durable, des Aménagements, des Affaires Economiques ainsi qu’à la Commission des Finances, avec l’appui des administrations d’examiner les conséquences du vote du 1er février sur le désenclavement ferroviaire de la Lorraine et sa connexion à l’espace grand régional en construction. De traiter ainsi les problèmes d’aménagement qui pourraient se poser à moyen terme.

Ces travaux techniques seront portés à la connaissance des Lorrains et des Lorraines, ils éclaireront les décisions de celles et ceux qui auront la responsabilité de défendre les intérêts lorrains à l’intérieur de la nouvelle Région.

Source : Conseil Régional de Lorraine

 

 

JP Masseret photo JP Cour

 

La décision est tombée ce midi ! Le président de la région lorraine abandonne le projet de gare d'interconnexion TER/TGV prévue à Vandières.

Après la consultation publique au résultat très négatif (60% contre), Jean-Pierre Masseret renonce. 

La gare restera donc à Louvigny !