difilippomaizieres

Le candidat LR-UDI aux élections législatives de juin prochain, Fabien Di Filippo était hier dans le Saulnois. A 19h à Maizières les Vic et à 20h30 à Vic sur Seille. Deux rendez-vous pour se présenter et présenter le programme de la Droite pour cette mandature qu'elle souhaite placée sous le signe d'une opposition constructive au nouveau Président de la République Emmanuel Macron.

Sous le regard et la bienveillance du Député sortant Alain Marty qui a d'ailleurs expliqué pourquoi il ne se représenterait pas, l'héritier a déroulé les arguments de campagne pendant une trentaine de minutes avant de répondre pour le même lapse de temps au public. 

Fabien Di Filippo reviendra dans le Saulnois : 

Insming, le 17 mai, 19h

Marsal, le 20 mai, 19h

Moyenvic, le 20 mai, 20h30

Francaltroff, le 27 mai, 11h

Bénestroff, le 30 mai, 19h00

Albestroff, le 30 mai, 20h30

Lesse, le 31 mai, 19h

Delme, le 31 mai, 20H30

Bioncourt, le 7 juin, 19h

Château-Salins, le 7 juin, 20h30

Valde Bride, le 8 juin, 19h

Diieuze, le 8 juin, 20h30

Vergaville, le 10 juin, 19h

 

Des extraits de la réunion de Maizières les Vic dans les deux vidéos ci-dessous : 

 

 

Commentaires   

+8 #6 cheminot 26-05-2017 07:34
Ne pas oublier que cette équipe a soutenu jusqu'au bout un voleur d'argent public nommé Fillon ! Cela dénote pour le moins un grand manque de discernement si ce n'est plus simplement la volonté de maintenir des castes : les puissants et riches d'un côté, les humbles et exploités de l'autre !
Citer
+8 #5 Ne pas oublier 19-05-2017 09:44
on ne peut oublier le ralliement du crabe à Fillon.
Quand on soutient un profiteur et menteur on ne peut être crédible.
Il vaut mieux donner une majorité à Macron qui est loin d'être parfait.
Citer
-7 #4 Médiapart 19-05-2017 08:50
Les casseroles des ministres de Macron :
Mediapart a passé à la moulinette de ses archives les membres du premier gouvernement de la présidence Macron. Il en ressort une série d’histoires peu reluisantes pour au moins cinq ministres – et non des moindres.

Édouard Philippe (premier ministre), un mauvais élève de la transparence
Trois jours avant sa nomination à Matignon, le premier ministre Édouard Philippe a eu les honneurs de Mediapart concernant son rapport, disons, pour le moins particulier avec la transparence. Alors député Les Républicains (LR) du Havre, Édouard Philippe a écopé, en 2014, d’un « blâme » de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), instance indépendante créée après l’affaire Cahuzac pour contrôler le patrimoine des élus.

L’affaire que Gérard Collomb (ministre de l’intérieur) voudrait oublier
Il s’agit d’un vieux dossier poisseux que le nouveau ministre de l’intérieur aimerait oublier. En novembre 2009, Mediapart publiait une enquête sur l’affaire dite de « Saint-Fons », qui a rythmé l’actualité judiciaire lyonnaise pendant des années. Saint-Fons, petite commune de l’agglomération lyonnaise, a été le théâtre d’un vaste système d’évaporation de subventions mis au jour en 2001.

Les petits arrangements d’Agnès Buzyn (ministre de la santé) avec les conflits d'intérêts
Mars 2016. Agnès Buzyn, qui vient d’être nommée ministre de la santé du gouvernement Philippe, est propulsée à la tête de la Haute Autorité de santé (HAS), un acteur clé du système de santé français. Au même moment, Mediapart rapporte les propos récurrents d’Agnès Buzyn sur les laboratoires pharmaceutiques, suscitant de vives inquiétudes sur sa passivité vis-à-vis des situations de conflits d’intérêts dans le monde de la santé.

L’emploi très flou de la femme de Bruno Le Maire (ministre de l’économie) pour le député Le Maire Bruno
C’était potentiellement une petite affaire Fillon. En octobre 2013, Mediapart révèle que la femme de Bruno Le Maire, artiste-peintre de son état, a été rémunérée plusieurs années sur un poste de collaboratrice à temps plein à l’Assemblée nationale, pour un travail dont il fut difficile d’établir concrètement la réalité.

Muriel Pénicaud (ministre du travail) et l’embarrassante soirée à Las Vegas
Le parquet de Paris ouvre en pleine campagne présidentielle, le 13 mars 2017, une enquête préliminaire « visant des faits éventuels de favoritisme, de complicité et de recel ». L’enquête, confiée aux policiers de l’Office central anti-corruption (OCLCIFF), faisait suite à un signalement de l’Inspection générale des finances (IGF) concernant une coûteuse soirée organisée à Las Vegas, en janvier 2016, par l’organisme Business France, agence nationale au service de l’internationalisation de l’économie française. Muriel Pénicaud en était alors sa directrice générale.
Citer
+3 #3 cricri 17-05-2017 06:39
Je ne sais pas si le vieux crabe peut imposer si facilement son poulain, l'offre est importante parmi tout ceux qui ont peu ou prou ce même programme de droite crispé, ringard et sans imagination.
Le FN n'a pas de candidat officiel dans ce nid de passéistes(et germanisant pour certains d'entre eux)? C'est étrange.
Citer
+18 #2 Un petit effort 16-05-2017 22:19
N'importe qui serait élu dans la circonscription du moment qu'il se colle un logo de droite sur le front. Seulement, Di Filippo pourrait faire un petit effort même si c'est gagné d'avance !!! C'est d'une mollesse !!! On dirait un collégien qui récite sa leçon non sans hésitation, le sortant assis à ses côtés semble penser que ça suffira bien pour être élu.

Si le seul argument est sa jeunesse, il y a quelques candidats aussi jeunes que lui, voire plus jeunes.

Ce n'est pas très sérieux.
Citer
+1 #1 cricri 16-05-2017 18:23
l'enthousiasme était visiblement chez les spectateurs comme chez les artistes, on est content pour eux.
Citer
0
0
0
s2sdefault